Me Catherine Claveau. Source: LinkedIn
Me Catherine Claveau. Source: LinkedIn
Il est urgent que Québec délie les cordons de la bourse et accorde un financement bien plus important à la justice, réclame la bâtonnière du Québec, Me Catherine Claveau. Elle presse les partis aspirant à former le gouvernement « de faire de la justice une véritable priorité sociétale, au même titre que la santé et l'éducation ».

Dans une déclaration transmise par voie de communiqué, la bâtonnière affirme « que les besoins criants et les appels à l'action des différents acteurs du milieu juridique sont autant de signaux indicateurs d'une crise de confiance majeure, au sein de la population, envers les institutions judiciaires québécoises ».

Pour s'attaquer à ce problème, Me Claveau exige que le financement de la justice soit doublé et passe de 1,1 % à 2,2 % du budget du gouvernement du Québec. Pour la période 2020-2021, le ministère de la Justice a recensé des dépenses de l'ordre de 908,6 millions de dollars.

Toujours selon la bâtonnière, ce réinvestissement massif permettrait d'agir sur deux plans, soit l'accessibilité de la justice et sa modernisation. « L'heure est aux choix de société. Le financement massif visant à revitaliser la justice est une question de protection du public. Le prochain gouvernement du Québec doit adopter un plan de revitalisation de la justice et un financement à la mesure des problèmes critiques que nous vivons », plaide Me Claveau.

« Notre système de justice a atteint ses limites et présente des risques alarmants de dérapage ou de rupture de services », ajoute-t-elle.

Le Barreau du Québec propose par ailleurs que, dans une optique de facilitation de l'accès à la justice, les honoraires des avocats, ainsi que les frais judiciaires, soient déductibles d'impôts.

On invite également Québec à faciliter l'autodétermination et l'autonomisation des communautés autochtones en matière de justice, en plus de « mettre en œuvre sans délai » les 224 recommandations liées aux rapports portant sur la réforme de l'aide juridique.

Enfin, la bâtonnière du Québec presse le gouvernement d'appuyer sur l'accélérateur dans le dossier de la modernisation de la justice.

« La négligence vis-à-vis de la justice au fil du temps et les effets sous-estimés d'une telle négligence envers le respect des droits des citoyens ont poussé le système judiciaire au bout du rouleau. Il faut réagir et repositionner la justice sans délai », martèle encore Me Claveau.