Sa passion pour les voitures anciennes date des années 1970. A l'époque, il est plongé jusqu'au cou dans le travail, soit s'occuper de son cabinet et parallèlement à cela, désengorger la prison de Parthenais, une mission pour laquelle il a été engagé. Il cherche alors un exutoire. " Je me suis acheté une Chrysler 1937 et ç'a été le début de mon engouement ", confie-t-il à La Presse.

Aujourd'hui, douze petits bijoux de mécanique et d'élégance constituent sa collection d'amateur de belles voitures : une Rolls-Royce 1927, une de 1961 et une de 1981, une Bentley datant de 1948, une Mustang 1965 et enfin, une Jaguar de 1990. Toutes sont dans un état impeccable. Le juge Boilard a tout fait pour. Il a patiemment parcouru les marchés aux puces pour y dénicher les pièces anciennes nécessaires à leur conservation.

Le juge Boilard devant quelques uns de ses modèles
Le juge Boilard devant quelques uns de ses modèles
Si au quotidien il conduit une Volvo X90 Cross-Country 2011, à l'arrivée des beaux jours, il s'assoit au volant d'une de ses pièces de collection. "Dès que le beau temps revient, je conduis chacune de mes vieilles voitures. C'est un plaisir dont je ne me lasse pas", explique-t-il.

L'an prochain, ce passionné qui appris à conduire à l'âge de neuf ans, aura 75 ans. Il prendra alors sa retraite. Il aura donc tout le loisir de s'adonner au plaisir de prendre le volant de chacune de ses vieilles voitures, qu'il est le seul à conduire.

"Avec mes voitures anciennes, j'aime écouter le moteur et j'aime jouir de cette sensation de vétusté", déclare-t-il. Et dans son inventaire du bonheur que trouve-t-on à votre avis ? "Du pâté, des baguettes et de bonnes bouteilles dans le coffre d'une voiture ancienne"... Pour lui, c'est ça, le vrai bonheur!


Pour lire la totalité de l'interview, cliquer ici.