Pour éviter les conflits d'intérêts, Me Fortier a décidé de quitter
Pour éviter les conflits d'intérêts, Me Fortier a décidé de quitter "Ogilvy, (sa) deuxième famille"
Après 50 ans passés chez Ogilvy Renault et Norton Rose, l'avocat de 76 ans a décidé de quitter ce cabinet en décembre prochain. C'est avec un gros pincement au cœur qu'il en est venu à prendre cette décision.

"Pour moi, Ogilvy, c'est ma deuxième famille", dit-il de sa chambre d'hôtel de Lausanne, en Suisse.

Mais il n'avait pas le choix. Depuis 1992, après son passage aux Nations-Unies, Me Fortier ne pratiquait plus que comme arbitre international, une fonction où l'indépendance et l'impartialité sont très importantes.

Or, depuis la fusion d'Ogilvy avec Norton Rose, cela devenait de plus en plus difficile d'accepter de siéger sur des affaires, en raison des multiples conflits d'intérêts. Il y en avait aussi avec Ogilvy, mais beaucoup moins que maintenant que le cabinet est présent partout sur la planète.

"Plusieurs fois j'ai dû refuser des invitations", raconte-t-il.

Me Fortier souligne qu'il devra probablement louer des bureaux ailleurs pour être totalement indépendant de son ex-cabinet, bien que la location d'un espace chez Norton Rose ne soit pas totalement exclue.

"Tout est sur la table pour le moment, mais chose certaine, je n'aurai plus aucun lien monétaire avec la société après mon départ en décembre", explique-t-il.

Par ailleurs, Me Fortier voit d'un très bon œil la fusion d'Ogilvy avec Norton Rose et plus récemment avec Macleod Dixon.

"Le droit à l'échelle de la planète, c'est la pratique de demain", conclut l'avocat.