Intéressé entre autres par le droit des affaires, le droit fiscal, l'immobilier, le litige civil et commercial, le droit international, le droit criminel et pénal, les droits de la personne, Me Jean-Paul Melko obtient son barreau en 2009.

Il est d’abord stagiaire en droit criminel, dans un bureau à Longueuil, avant de travailler par la suite deux ans à Revenu Québec.

Jean-Paul Melko étudie la common law pour se ménager des portes ouvertes ultérieurement
Jean-Paul Melko étudie la common law pour se ménager des portes ouvertes ultérieurement
Aujourd’hui, il est retourné aux études afin d’apprendre la common law à l’Université d’Ottawa.

Un "atout" nécessaire selon lui, qui souhaiterait travailler au sein du Ministère des affaires étrangères ou d'organismes gouvernementaux tel que Exportation et Development Canada (EDC)

"Dans les gros cabinets, aussi, la plupart des associés sont diplômés en common law. Personnellement, je voulais élargir mes horizons, ne pas me limiter, m’ouvrir des portes."

L’an dernier, il avait postulé pour faire un stage à EDC. Mais comme il est déjà avocat, on le refuse.

"C’est très restrictif. Je me suis dit: “My God, si j’avais été étudiant, j’aurais eu l’entrevue...", dit-il.

C’est ainsi qu’il se retrouve avec un statut d’étudiant sur les bancs de l’Université d’Ottawa, osant rêver à la Cour Suprême.

"Pourquoi ne pas viser haut ?", dit-il.

Vœu exaucé

C’est dans le cadre du Séminaire sur la pratique des tribunaux fédéraux offert dans le JD, Programme national de l'Université d'Ottawa, que Me Melko passe une journée par semaine au sein de la Direction du droit de la Cour suprême du Canada.

"Passer du temps à la Cour suprême, vivre cette expérience unique et donner mon apport à la Cour suprême, c’est comme un rêve", confie l’avocat.

Sous la supervision d'un avocat chevronné, il apprend comment procèdent les affaires devant la Cour.

S’il n'interagit pas avec les juges ou les auxiliaires juridiques à la Cour suprême, sa présence lui permet d’élargir ses horizons, de se former, de s’enrichir.

"C’est tellement intéressant que je ne vois pas le temps passer ! Je suis avec un avocat très compétent, sympathique et charismatique, qui possède plusieurs années d’expérience."

En juin prochain, Me Melko passera le Barreau de l’Ontario. Il prévoit aussi de courir le Marathon à Montréal et à Ottawa.

En plus de la course, il aime le soccer, le badminton, le ski alpin, la randonnée, le camping et la pêche.