Dans la première partie de son témoignage, Lino Zambito a décrit le système de collusion et de corruption qui prévaut à la Ville de Montréal pour l'attribution de contrats.

Lino Zambito a décrit le système de collusion et de corruption qui règne à la Ville de Montréal
Lino Zambito a décrit le système de collusion et de corruption qui règne à la Ville de Montréal
Il a évoqué les redevances qu'il devait payer à la mafia et le 3 % du montant des contrats qu'il devait remettre à Union Montréal, le parti du maire Gérald Tremblay.

Il a également été question, sous le coup d'une ordonnance de non-publication qui a été partiellement levée, du financement du Parti libéral du Québec, qui aurait amassé des dizaines de milliers de dollars en contributions illégales grâce à la complicité d'entrepreneurs et de firmes de génie-conseil qui avaient recours à des prête-noms et de la fausse facturation.

L'ancien entrepreneur a aussi expliqué qu'en 2008, pour l'anniversaire de Nathalie Normandeau, qui était vice-première ministre à l'époque, il lui avait fait parvenir un bouquet de 40 roses.

Plus tard cette semaine, il sera notamment question de contrats qu'il a obtenus auprès du ministère des Transports du Québec.