Nouvelles

Toujours pas d'entente entre la famille Gatti et Amanda Rodrigues

Main image

Agence Qmi

2011-09-21 11:15:00

Contre toute attente, le procès Gatti-Rodrigues a repris mercredi matin, au palais de justice de Montréal, après que les avocats des deux parties eurent informé le tribunal qu'ils étaient « toujours en négociations » pour le partage de l'héritage du boxeur, mais qu'aucune entente n'avait encore été conclue.

L'avocat de la famille Gatti a demandé un délai à la juge Claudine Roy pour avoir « plus de temps avec ses clients » et « avoir des réponses » sur les propositions sur la table. De toute évidence, c'est au New Jersey - où habite Erika Rivera, l'ex-conjointe d'Arturo et mère de leur fille de cinq ans, qui s'est jointe à la famille Gatti pour contester l'héritage légué à Amanda - que l'accord bloque.

Mais la juge a refusé sa demande sous prétexte qu'on prenait « du retard dans le procès », compte tenu de la possibilité que les pourparlers achoppent entre les deux clans.

Fabrizio Gatti, frère d'Arturo qui revendique avec sa mère Ida une partie de la fortune de 3,4 millions $, poursuivait mercredi son témoignage entrepris lundi.

Amanda en larmes

Pendant ce temps, Amanda Rodrigues est sortie de la salle d'audience en pleurant, visiblement exténuée par le round de négociations qui n'a toujours pas abouti, par toutes les procédures judiciaires dont elle doit se défendre et par la pression financière que ces procédures exercent sur elle.

La juge Roy a vertement critiqué la poursuite civile intentée au New Jersey contre la veuve du boxeur et sa succession par Erika Rivera, qui allègue qu'Amanda est responsable de la mort du champion. Cette action en dommages et intérêts a incité un juge américain à geler tous les actifs de la succession Gatti jusqu'à nouvel ordre.

« Cela signifie qu'Arturo Jr (le fils de 3 ans d'Amanda et d'Arturo) ne mange plus parce qu'il n'a plus accès à sa pension alimentaire. De plus, ces procédures ont été instituées alors que l'avocat de la demanderesse savait fort bien que Mme Rodrigues était en plein procès à Montréal et ne pouvait se défendre contre l'ordonnance de gel de ses fonds et de ceux de la succession. C'est une façon de faire que je trouve bien curieuse », a laissé tomber la juge.

Erika Rivera est venue assister au procès à Montréal pendant quelques jours, la semaine dernière, et devait même témoigner. Elle est toutefois repartie aux États-Unis sans s'être fait entendre.
4259

1 commentaire

  1. DSG
    Lay blame where blame is due
    Instead of laying blame solely on the attorneys in the US, why doesn’t the judge investigate in order to uncover whether that attorney is in cahoots with the Gatti family attorneys? Is it not probable that the case in New Jersey was designed solely to freeze the assets and thereby force Amanda to negotiation table since she no longer has money to proceed with this trial? Could it be that the Gatti family is covering both angles by trying to invalidate the will in Quebec and suing for wronglful death in the US? Why am I raising these questions and not the judge or Amanda's attorney?

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires