Nominations

Nouvelle recrue

Main image

Céline Gobert

2015-07-30 08:30:00

C’est au mois de juillet que cette avocate a fait son entrée dans les bureaux du cabinet De Louya Markakis, situés près du Vieux-port à Montréal. Qui est-elle ?

Me Sidonie De Coster rejoint le cabinet De Louya Markakis
Me Sidonie De Coster rejoint le cabinet De Louya Markakis
Me Sidonie De Coster, membre du Barreau du Québec depuis 2013, rejoint le cabinet De Louya Markakis. Elle quitte ainsi une pratique solo pour une pratique en cabinet après deux ans et demi passés à exercer en droit de la famille, droit civil et commercial, marque de commerce et litige.

C’est après des études de droit en France, à Paris et Strasbourg, que Me De Coster rejoint l’UdeM en 2009 avant de suivre une formation de huit mois à l’École du Barreau.

Elle se spécialise entre autres en divorce, séparation, garde d'enfant, vices cachés, régie du logement, troubles de voisinage, dépôt et suivi des demandes d'enregistrement de marques de commerce.

Des débuts d’assistante juridique

En attendant son assermentation au Québec, elle a pratiqué comme assistante juridique.

De janvier 2010 à juin 2010, l’avocate a travaillé chez Transit Éditeur où elle s’occupait de la rédaction des contrats d’édition, de la préparation des dossiers de demande de subvention ou encore de la recherche face aux litiges. Puis, pendant environ un an, elle rejoint la compagnie Anaya où elle s’occupait notamment de l’enregistrement de marques de commerce.

En 2012, Me De Coster a collaboré avec deux avocats : avec Me Miray Zahab, ainsi qu’avec Me Stephen Angers pour du travail de recherche et d’accompagnement à la cour municipale et au Palais de justice. Elle a ensuite été stagiaire bénévole pour le cabinet James Smirnios avocat.

Son stage de six mois avait ensuite débuté à l’automne 2012 chez Sabbah Mergui Avocats. Elle a été en charge de l’analyse des dossiers, des entrevues avec les clients ou encore des recherches juridiques.
8581

13 commentaires

  1. Jobless
    Jobless
    il y a 8 ans
    Pas facile pour les jeunes
    Bravo à Me de Coster pour s'être trouvée un emploi (stable).

    Mais ne trouvez-vous pas ça déplorable qu'il existe au Québec, des emplois de "stagiaires bénévoles"?

    Pendant que les grands cabinets paient leurs recrues dans les 6 chiffres, d'autres jeunes avocats peinent à gagner leur vie. Et ça devient lourd pour leur esprit et encore plus sur leur entourage.

    • Blazé
      Blazé
      il y a 8 ans
      Pas facile en effet
      Alors quel est votre suggestion, Jobless?

      Forcer les cabinet à engager? Demander au barreau de verser un salaire? Règlement davantage?

      Je ne trouve ça aucunement "déplorable" d'avoir des stages bénévoles. C'est comme ça dans bien des métiers. Et les personnes qui sont (ou qui sont perçues) comme les plus performantes sont payées plus.

      Ceci n'est pas un scandale.

    • C'est la vie
      C'est la vie
      il y a 8 ans
      Anon
      Ceux qui sont forcés de faire des stages non rémunérés n'Avaient qu'à obtenir de meilleurs résultats scolaires ou à se faire des contacts dans les grands bureaux.

      Life is unfair, get used to it.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 8 ans
      re Où ça, 6 mois de bénévolat?
      Dans quel métier ou profession fait-on de façon bénévole des stages obligatoires de six mois à plein temps ?

      Et dans des entreprises privées à but lucratif, pas de communautaire / caritatif / humanitaire.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 8 ans
      wow
      Wow, ces commentaires sont ridicules.

      Bon, des stages carrément non rémunérés, c'est un peu ridicules, mais la grande majorité des stagiaires n'ont pas eu d'autres choix que d'accepter un stage à ''salaire'' minable (200-300-400$ par semaine).

      Obtenir de meilleurs résultats... come on... les grands bureaux prennent un nb restreint de stagiaires.

      C'est vrai qu'on a des conditions déplorables et qu'il faut faire quelque chose pour reglementer les stages.

      Pour ce qui est de l'emploi, d'abord félicitations à Mme, et ensuite M. Jobless, il ne faut pas se décourager. Il y a toujours des solutions.

      lancez vous à votre compte, cherchez activement du boulot, cognez aux portes des bureaux. en perseverant on fini toujours tôt ou tard par avoir des résultats

  2. Anonyme
    Anonyme
    il y a 8 ans
    Tout à fait
    EffectivEment c'est obsc;ene et ça crée un cercle vicieux. Généralement seuls les stagiaires de familles fortunées peuvent se permettre des stages non rémunérés et donc ils ont un avantage en terme d'accès à l'emploi. Cela devient de plus en plus ainsi. La classe moyenne disparait à vue d'oeil

  3. Anonyme
    Anonyme
    il y a 8 ans
    READ
    You all did not read it properly. Her stage was not on a volunteered basis. She worked as a student prior to her stage on a volunteered basis.

  4. Jobless
    Jobless
    il y a 8 ans
    Réponse
    @Blazé @Anon

    Je ne suis pas en désaccord avec ce que vous dites.

    Je suis d'avis qu'on (le Barreau, l'École du Barreau, les facultés de droit, les avocats juniors et séniors) doit faire un meilleur effort de présenter le portrait actuel de la profession d'avocat, surtout à Montréal. Il y a en ce moment un surplus d'avocats sur l'île qui pousse les plus jeunes et ceux avec de moins bonne notes soit d'accepter le premier vénu des emplois/stages ou de tout simplement partir à leur compte et d'éventuelllement recourir à notre Fonds d'assurance.

    Le récent rapport de l'AJBM témoigne de cet important malaise sans faire de vagues jusqu'à présent dans la communauté.

    C'est désolant de voir les jeunes (sans bac "undergrad") s'inscrire en droit à 18 ans avec la tête remplie d'idées préconçus provenant des Suits et Toute la Vérité de ce monde.

    Congrats once again Me de Coster.

    • Nuance
      Nuance
      il y a 8 ans
      Undergrad ou non
      Je suis daccord avec votre propos, sauf avec la partie sur ceux qui entrent en droit sans bacc ''undergrad'', à 18 ans. De mon expérience, ces ''jeunes'' obtiennent très souvent des résultats en droit bien supérieurs à ceux qui sont déjà passés par l'université pour la simple et bonne raison qu'ils ont prouvé avoir l'intelligence et les méthodes de travail nécessaire pour bien réussir au cegep. Les jeunes intelligents qui proviennent du cegep et qui réussissent bien en droit n'ont aucune misère à se placer en grand cabinet, croyez moi.

      De plus, que dire des étudiants médiocres au cegep qui font des baccs inutiles (du genre science politiques/études internationales) sans débouchés d'emplois sérieux et qui considèrent le droit comme une panacée? Sont-ils autant désillusionnés que ceux inspirés par Suits?

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 8 ans
      Re Undergrad ou non
      Votre perception des "baccs inutiles" est clairement basée sur vos préjugés et sur une méconnaissance profonde ce ce type de formation. Pour avoir certains bons amis qui sont passé par ce genre de formation, ils étaient des étudiants aussi doués (sinon plus) que certains autres qui ont choisi la filière du droit. En ce qui concerne les débouchés d'emplois sérieux, ces mêmes personnes ne sont possiblement pas un échantillon représentatif mais la majorité occupent des emplois intéressants/biens rémunérés/utiles. Considérant les difficultés des jeunes diplômés en droit sur le marché de l'emploi, ils ont un cheminement de carrière tout à fait enviable en comparaison de ces derniers.

  5. Eric
    Au lieu de parler de problèmes (reels ou pas)
    Au lieu de parler de problèmes (reels ou pas), prenons le temps de féliciter quand même Me Sidonie De Coster pour son nouvel emploi, car c'est en réalité de cela qu'il s'agit dans cet article !

    Félicitations Sidonie!!!!

  6. Anonyme
    Anonyme
    il y a 8 ans
    Félicitations !
    Toutes mes félicitations Me De Coster, De Louya Markakis est un très bon cabinet. Bonne continuation !

  7. Krishna
    Krishna
    il y a 8 ans
    Congratulations!
    Félicitations Me De Coster!

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires