Nominations

Un nouvel avocat en PI chez…

Main image

Sonia Semere

2023-04-28 08:30:00

Le cabinet agrandit son groupe en propriété intellectuelle en accueillant un nouvel avocat. Qui est-il ?

Gaspard Petit avec le Café Olimpico en arrière-plan. Sources: Lavery et Café Olimpico
Gaspard Petit avec le Café Olimpico en arrière-plan. Sources: Lavery et Café Olimpico
Me Gaspard Petit rejoint Lavery à titre d’avocat et conseiller technique au sein du groupe de Propriété Intellectuelle.

Droit-inc est parti à la rencontre de cet avocat au profil atypique. Et pour cause, Me Gaspard Petit a eu une première vie dans le milieu de l'ingénierie.

Le rendez-vous est donné au Café Olimpico, à deux pas du cabinet situé dans le Downtown. Puis finalement, sous la chaleur des premiers jours du printemps, l’interview se déroule dans un parc, une glace et un cappuccino en main.

Il aura fallu attendre dix ans pour que ce Barreau 2013 décide de rejoindre un cabinet d’avocats. En effet, une fois son diplôme obtenu, Me Gaspard Petit a continué d’exercer le métier d’ingénieur.

Récemment, la société spécialisée dans les jeux vidéo pour laquelle il travaillait, Square Enix, a été revendue à un autre groupe. Le parfait timing pour changer de carrière.

« Ma fille est rentrée à la maternelle, je dors mieux donc c’était un bon moment pour moi. Je n’avais plus de raison de ne pas prendre de risque », ajoute-t-il.

C’est Benoit Yelle, agent de brevets chez Lavery qui l’a convaincu de rejoindre le cabinet.

« Je connaissais un peu le cabinet de nom, mais ce qui m’a accroché, c'est qu’ils ont une pratique orientée vers l’économie du Québec », nous confie Me Gaspard Petit.

Selon lui, il y a également une vraie diversité dans les profils. « Un parcours différent amène une vision différente, ce qui est totalement mon cas ».

Une force

Assurément, ses expériences passées dans le domaine des jeux vidéo vont être une véritable force.

Une passion qui remonte à l’enfance. « Je me souviens quand j’accompagnais ma mère à son travail, il y avait un jeu d’arcade pas loin. J’y passais tout mon temps ».

Ce qui le fascine dans ce domaine ? L’aspect artistique, les règles de jeu et le défi de donner une expérience maximale aux joueurs avec des ressources illimitées.

D’après Me Gaspard Petit, le domaine des jeux vidéo, c’est aussi la rencontre du cerveau gauche et du cerveau droit, à savoir d’un côté, les ingénieurs et de l’autre, les créatifs et les artistes.

Dès cette époque, celui-ci développe un intérêt pour la propriété intellectuelle. Avec le traitement des images et de la vidéo, il réalise qu’il y a énormément de contraintes avec les brevets.

Interpellé par les questions d’ordre juridique, il décide alors de se lancer dans un baccalauréat en droit tout en continuant de travailler en parallèle en tant qu’ingénieur et chargé de cours à l’Université de Sherbrooke.

« Le droit était un milieu étranger pour moi, j’avais très peur au début en reprenant mes études parce que j’avais cette idée que le droit, c’était énormément de par cœur. J’avais plutôt un esprit d’intuition », confie Me Gaspard Petit.

Finalement, il réalise qu’en droit aussi, il y a une logique, et qu’il y a toute une structure qui a un sens.

Grâce à son vécu et ses expériences professionnelles passées, celui-ci reconnaît qu’il était également plus simple pour lui de comprendre certains aspects juridiques.

C’est assurément la période de la course aux stages qui a été l’épreuve la plus difficile à vivre. « J’ai vraiment ressenti la pression qui s'exerçait sur les étudiants. Malgré tous mes bagages et mes expériences, je n’ai eu aucune entrevue. C’était très anxiogène ».

« J’espérais pouvoir me reconvertir parce que j’avais vraiment pris goût au droit. Il y a l’égo aussi là-dedans, un échec, c'est toujours dur à prendre. Sur le coup, on vit vraiment une détresse », ajoute l’avocat.

Finalement, celui-ci décide tout de même de passer le Barreau et obtient, in extremis, un stage chez Gowling. Le Saint-Graal.

« Au dernier moment, ils m’ont appelé pour me dire qu’une personne se désistait. C'était une belle surprise quand ils me l’ont annoncé, je flottais pendant des semaines », confie-t-il, le sourire aux lèvres.

Si ce stage n’a pas débouché sur une offre d’emploi à l’époque, il s’est révélé particulièrement formateur et lui a permis de développer un intérêt pour le rôle d’agent de brevets.

Un intérêt toujours bel et bien présent, dix ans plus tard. Et pour cause, la prochaine étape pour cet avocat, c’est de passer les examens pour devenir agent de brevets. De quoi étoffer encore un peu plus son CV…
2021

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires