Opinions

Affaire Paletta : Une question qui vaut au moins 37 millions de dollars

Main image

Extra Junior Laguerre

2023-01-31 11:15:00

Une activité ayant pour unique objectif l’évitement fiscal peut-elle être qualifiée d’entreprise?

Me Extra Junior Laguerre, l’auteur de cet article. Source: Laguerre Fiscaliste
Me Extra Junior Laguerre, l’auteur de cet article. Source: Laguerre Fiscaliste
De 2000 à 2007, M. Paletta a touché des revenus d’autres sources d’une valeur de 38 millions. Or, 37 millions ont été effacés pour fins fiscales par des pertes qu’il a réalisées à la suite d’opérations de change à terme.

La Cour devait déterminer si les activités de change constituaient une source de revenu d’entreprise. Si oui, les pertes de 37 millions étaient déductibles. Dans le cas contraire, les pertes de 37 millions n’étaient pas déductibles.

À retenir, en 30 secondes :
#Pour l’imposition, le concept fondamental est la source de revenus;
#Il n’y a pas d’imposition sans revenu (sauf exception);
#Il n’y a pas de revenu sans source;
#L’affaire est maintenant devant la Cour suprême du Canada, donc créer une entreprise simplement pour fin d’évitement fiscal est certainement un jeu payant, mais aussi risqué.
D’après les faits présentés devant la Cour, « M. Paletta a conclu des paires de contrats avec des bureaux de courtage, par lesquels il s’engageait simultanément à acheter et à vendre des montants équivalents d’une devise étrangère, et ce à différentes dates très rapprochées à venir.

À mesure que le cours de la devise fluctuait, un des deux contrats passait en position de gain, et l’autre en position de perte. Avant la fin de l’année, M. Paletta réalisait la portion équivalant à une perte, cristallisant du même coup la perte aux fins d’imposition.

La portion équivalant au gain, quant à elle, était cristallisée au début de l’année d’imposition suivante. Grâce à cette stratégie de décalage, M. Paletta a structuré ses contrats de change de telle sorte que, bien que les montants transigés se contrebalançaient, l’un des deux donne lieu à une perte au cours de la première année et l’autre, à un gain correspondant l’année suivante.

M. Paletta a répété les mêmes étapes à chacune des années en question, de façon à subir des pertes suffisantes pour neutraliser le gain qui serait généré par la réalisation du contrat de change en début d’année, mais aussi suffisantes pour couvrir son revenu (…) au cours de l’année. Ainsi, M. Paletta parvenait à différer indéfiniment le paiement de l’impôt. »

L’agence du revenu du Canada (ARC) lui a émis des avis de nouvelles cotisations en 2014, soit après l’expiration de la période normale de nouvelle cotisation. L’ARC lui a refusé les pertes de 37 millions découlant des activités de change qu’il a déclarées.

L’ARC a également imposé des pénalités pour faute lourde à l’égard de toutes les années où M. Paletta avait déclaré des pertes découlant de ses activités de change.

En première instance, la Cour canadienne de l’impôt accueille l’appel de M. Paletta et annule les avis de nouvelles cotisations de l’ARC. Elle conclut que M. Paletta exploitait une entreprise malgré le fait que ses activités de change avaient pour unique et seul objectif de l’évitement fiscal.

L’ARC porte le jugement en appel devant la Cour d’appel fédéral. Cette dernière infirme la décision de première instance. D’après celle-ci, les activités de change de M. Paletta n’étaient pas de nature commerciale, car celui-ci n’avait aucune intention de réaliser des profits.

Alors, ces activités ne peuvent être une source de revenus puisque leurs objectifs ne servent qu’à réaliser des pertes. Ce faisant, les activités de M. Paletta ne constituent pas l’exploitation d’une entreprise.

Référence : Canada c. Paletta, 2022 CAF 86

À retenir

Le dernier chapitre de cette histoire n’est pas écrit. La décision de la Cour d’appel fédéral a été portée en appel devant la Cour suprême du Canada. Si M. Paletta gagne, c’est à peu près certain que la ministre des Finances du Canada évaluera rapidement ses options législatives. Restez à l'affût pour la suite de cette saga.

À propos de l’auteur

Me Extra Junior Laguerre du cabinet Laguerre Fiscaliste à Montréal aide ses clients à trouver des solutions pour régler leurs différends avec l’Agence du revenu du Canada et Revenu Québec.

Il intervient dans tous les types de dossiers impliquant les autorités fiscales, mais spécifiquement lors d’une divulgation volontaire, la contestation d’un avis de cotisation, une vérification fiscale, la négociation d’entente de paiement, une demande d’annulation des pénalités et intérêts, etc.

2301

4 commentaires

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    Your main man
    Bravo Extra!

  2. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    Mais quelle idiotie !
    Si ses 37M$ de revenus sont effacés, il aura de l'impôt à payer sur 38M$ de revenus, alors que le but de la planification était s'implement de compenser des revenus considérablement plus modestes. Bref, c'est l'équivalent de nager à travers une piscine remplie de crocodiles afin de diminuer l'usure de ses semelles de souliers, plutôt que de faire le tour de la piscine à pieds.

    Les professionnels derrière cette statégie à 25 cennes méritent le record Guiness de la planification fiscalité la plus nulle.

  3. Angélique
    Angélique
    il y a un an
    Parajuriste
    EXPECTATIVE DE PROFITS SI YEN A PAS pendant 5 ans alors il n’existe aucune activité commerciale viable alors IL N’Y A PAS D’ENTREPRISES puisque le MOT ENTREPRISE à la connotation d’être a but lucratif donc de faire des profits….. si il déclare une seule année avec PROFIT alors là …….

  4. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    Lisez le jugement de la Cour canadienne de l'impôt !
    "si il déclare une seule année avec PROFIT alors là ...."


    Vous constaterez dans le jugement de première instance que pour une des années, les activités découlant des paires de contrats dégagent un profit.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires