Nouvelles

Une salle d'audience virtuelle perturbée par des participants anonymes

Main image

Radio -canada

2022-09-01 12:00:00

Musique électronique, observateurs expulsés… La journée de mercredi a été mouvementée au Palais de justice d’Ottawa.

Le palais de justice d'Ottawa. Source: Radio-Canada
Le palais de justice d'Ottawa. Source: Radio-Canada
La matinée de mercredi a été chaotique au Palais de justice d'Ottawa où plusieurs interruptions ont perturbé les procédures de la cour, tant en personne qu'en mode virtuel.

Les journalistes de CBC ont pu observer le personnel de la Cour de justice de l'Ontario recommencer une audience virtuelle au moins deux fois, après plusieurs interruptions causées par des participants non identifiés.

Mis en place durant la pandémie, il est désormais possible de rejoindre des salles d'audience en mode virtuel, via les identifiants de réunion Zoom et les codes d'accès fournis par le Palais de justice.

Il est assez courant pour ceux qui ne sont pas directement impliqués dans une procédure d'utiliser des titres autres que leurs noms, tels qu’ « observateur » ou « citoyen », et de couper leurs microphones et d'éteindre leurs caméras d’ordinateur pour éviter d'interrompre les procédures.

Mercredi matin, dans la cour virtuelle d'Ottawa, plusieurs utilisateurs non identifiés se sont joints à l’audience et ont joué de la musique avant d'être mis en sourdine et expulsés par le greffier du tribunal à la demande de la juge de paix, Anne Colterman.

Une partie de la musique jouée ressemblait à de la chorale russe, et une partie était électronique.

Le producteur de la CBC, Stephen Hoff. Source: Twitter
Le producteur de la CBC, Stephen Hoff. Source: Twitter
Le producteur de la CBC, Stephen Hoff, a raconté qu'il « n'avait jamais vu aucune interruption de cette ampleur dans une salle d'audience virtuelle d'Ottawa depuis les audiences initiales de Pat King, plus tôt cette année ».

M. King est l’une des personnes clés de la manifestation du convoi des camionneurs qui a encombré les rues du centre-ville d'Ottawa pendant des semaines, en janvier et février. Il fait face à des accusations de méfait, de conseil pour commettre un méfait, de conseil pour commettre l'infraction de désobéissance à une ordonnance du tribunal, de conseil pour faire obstruction à la police, d'entrave à la justice et de parjure.

Sa prochaine comparution devant le tribunal est prévue début septembre.

Un partisan du convoi expulsé du tribunal

Plus tard mercredi matin, Walter Derksen, un partisan du convoi des camionneurs – communément appelé Brian Derksen, « le camionneur qui n'est jamais parti » – a comparu en personne dans la salle d'audience 14 et a interrompu à plusieurs reprises le juge de paix Colterman, la Couronne et le greffier.

M. Derksen a déclaré que Dieu était son avocat, entre autres choses, et a insisté à maintes reprises sur le fait qu'il était lui-même la Couronne.

De telles opinions sont courantes dans le mouvement citoyen souverain, qui prétend, entre autres, que les tribunaux n'ont aucune compétence sur les personnes.

M. Derksen est accusé d'avoir fait obstruction à un agent de la paix et d'avoir causé des troubles à l’ordre public en étant ivre.

Le juge de paix Colterman a finalement ordonné que M. Derksen soit expulsé de la salle d'audience par la police. Sa prochaine comparution est prévue début septembre.
2303

2 commentaires

  1. A
    A
    Faut être très incompétent si on ne sait pas comment admettre des gens dans la salle avec leur caméra à off et leur micro à off.

    Cette greffière n'a pas sa place.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a un an
      Quelle incompétence?
      Probablement que les gens sont admis avec les micro et les caméras coupés. Mais pendant le déroulement de l'audience, il faut bien que les avocats et le juge s'expriment. Ils ne vont quand même pas passer leur temps à lever la main pour que la greffière débloque à chaque fois leurs périphériques vidéo et audio.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires