Nominations

Cinq nominations au conseil des ministres

Main image

Didier Bert

2022-12-19 08:30:00

Cinq avocats sont nommés à des postes dans la haute fonction publique québécoise. Qui sont-ils?

Nicolas Paradis. Source: Nicolas Paradis
Nicolas Paradis. Source: Nicolas Paradis
Le conseil des ministres a procédé à la nomination de deux avocats.

Me Nicolas Paradis est nommé sous-ministre associé au ministère de la Justice. Il est jusqu’à présent sous-ministre adjoint au ministère des Affaires municipales et de l’Habitation.

Ce barreau 1997 a débuté comme avocat en droit municipal au sein du cabinet Cain Lamarre Casgrain Wells, avant de rejoindre le service des affaires juridiques de la Ville de Québec en 2001.

Huit ans plus tard, il entre dans la fonction publique provinciale au ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire, d’abord comme avocat et légiste en droit municipal, puis comme directeur des affaires juridiques.

Me Nicolas Paradis occupe ensuite les mêmes fonctions au ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur et au ministère de la Culture et des Communications.

En 2017, il est nommé sous-ministre adjoint aux politiques et aux relations du travail dans les réseaux au ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur. C’est deux ans plus tard que le conseil des ministres le nomme sous-ministre adjoint aux politiques au ministère des Affaires municipales et de l’Habitation.

Me Nicolas Paradis détient un baccalauréat en droit de l’Université Laval. Il a été le maire de la municipalité de Dosquet, dans la MRC de Lotbinière.

Me Catherine Lapointe est nommée à nouveau membre et vice-présidente de la Commission des transports du Québec, une fonction qu’elle occupe depuis 2018.

Auparavant, cette barreau 1983 a œuvré durant deux décennies comme associée chez BCF Avocats, spécialisée dans les fusions et acquisitions, ainsi que dans le financement de capital de risque et de développement. Elle était coresponsable de l’équipe stratégique capital de risque du cabinet. Elle était aussi membre de l’équipe stratégique fusions et acquisitions.

Me Catherine Lapointe a commencé à pratiquer au cabinet Vermette, Dunton, Rainville, DeWever, Caron et Toupin, puis à l’Office des professions du Québec, avant de se joindre à Clarkson, Tétreault, Avocats.

Me Lapointe devient ensuite conseillère juridique en appui aux investissements pour le Fonds de solidarité des travailleurs du Québec (FTQ).

C’est après cette expérience qu’elle fonde son propre cabinet en droit commercial et corporatif. Elle rejoindra par la suite le cabinet Brouillette Charpentier Fournier comme associée, puis la firme Cambior comme directrice des services juridiques, avant de se joindre à BCF Avocats.

Me Catherine Lapointe détient une maîtrise en droit de l’Institut de droit comparé de l'Université McGill, ainsi qu’un baccalauréat en droit de l’Université Laval. Son directeur de thèse était Paul-André Crépeau, qui fut président de l'Office de révision du Code civil du Québec et fondateur du Centre de recherche en droit privé et comparé du Québec (CRDPCQ) - renommé Centre Paul-André Crépeau - à l'Université McGill.

Me Marjolaine Parent est nommée membre de la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ). Elle est avocate principale à la Ville de Longueuil.

Cette barreau 2007 a d’abord exercé comme avocate à la Ville de Montréal, avant de devenir avocate principale à la Ville de Longueuil en 2013.

Me Marjolaine Parent détient un baccalauréat en droit de l'Université Laval.

Jean Nobert. Source: LinkedIn
Jean Nobert. Source: LinkedIn
Me Jean Nobert est nommé à nouveau membre de la CPTAQ. Il a été nommé pour la première fois en janvier 2020.

Ce barreau 2003 a d’abord eu une carrière d'exploitant agricole à Ste-Anne-de-la-Pérade, avant de se tourner vers le droit à l’âge de 35 ans. Me Jean Nobert détient un baccalauréat en droit de l'Université Laval, et un DEC en exploitation d'entreprise agricole de l’Institut de technologie agricole et alimentaire de St-Hyacinthe.

L’avocat a eu une carrière politique avant de devenir membre du barreau. Celui qui était alors propriétaire d'une ferme laitière est entré au Parti libéral du Québec (PLQ), jusqu'à siéger à l'exécutif national du parti au début des années 1990, aux côtés de Robert Bourassa. Il quittera ensuite le PLQ pour faire partie des premiers membres de l’Action démocratique du Québec (ADQ), avec Mario Dumont.

Devenu avocat, Me Jean Nobert cède son exploitation agricole, et il oeuvre au cabinet du chef de l’opposition officielle (ADQ) à l’Assemblée nationale, de 2007 à 2009. Il se lance à son compte en 2010 pour proposer ses services en litige civil et commercial.

Deux ans plus tard, il rejoint le cabinet Tassé Bertrand Avocats, puis Dion Rhéaume Avocats, avant de pratiquer en litige civil et commercial chez Lacoursière Avocats jusqu’à sa nomination à la CPTAQ.

Me Jean Nobert a collaboré à l’émission Mordus de politique à Radio-Canada.

Chantale Girardin. Source: LinkedIn
Chantale Girardin. Source: LinkedIn
Me Chantale Girardin est nommée à nouveau membre du Tribunal administratif du travail (TAT).

Cette barreau 2006 est membre du TAT depuis 2017. Jusqu'à cette première nomination, elle a travaillé successivement dans trois cabinets. Avocate plaidante chez Masson D.Gagnon avocats, elle devient ensuite avocate associée chez Gagnon Tremblay Girardin.

En 2013, elle rejoint le cabinet Cain Lamarre comme avocate plaidante en droit du travail.

Me Chantale Girardin détient un baccalauréat en droit de l'Université Laval.
4242

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires