Pierre Arcand

Le droit mène-t-il à un cul de sac ?

Main image

Pierre Arcand

2011-08-15 08:30:00

N'ayant jamais réussi à trouver ne serait-ce q'un stage, un avocat en droit civil a fini par quitter le pays. De retour, il est confronté aux mêmes difficultés au point de se demander si le droit ne l'a pas mené à une impasse. Pierre Arcand, recruteur juridique lui répond.

Question

Bonjour,

Je suis avocat diplômé en droit civil et en common law, et détenant une maîtrise en droit international, le tout, avec distinction. Je suis parfaitement trilingue. À l’université, les profs me disaient que j’avais un bel avenir devant moi. Dès le début de mes études il y a plus de 10 ans, j’ai tenté de trouver de l’emploi en firme et ailleurs, mais malgré plusieurs centaines de CV envoyés, je n’ai rien trouvé. Et ce n’est pas faute d’avoir adapté mon CV et lettre de présentation pour chaque employeur potentiel. Bref, je n’ai même pas eu d’offre de stage!

J’ai donc quitté le pays, là où le boulot m’a amené, et maintenant que je tente de revenir, je fais face au même mur qu’au début. Ça fait plus de trois ans que je tente de me trouver de l’emploi mais aucun recruteur ne semble intéressé par mon CV, ni aucun employeur.

Je suis complètement découragé, c’est comme si les études en droit m’avaient amené irrémédiablement vers un cul de sac. J’ai dû envoyer plus de 1000 CV ici et ailleurs depuis 3 ans, et même pas une entrevue. Je gratte mes cennes toutes les années pour payer mes cotisations au barreau. Je ne sais plus quoi faire. Même le barreau ne comprend pas pourquoi je n’arrive pas à me rendre au stade de l’entrevue pour un emploi rémunéré. Bref, je ne sais plus où me diriger. J’ai besoin d’un avis professionnel car tous les avocats que je connais ne peuvent pas non plus comprendre.

Merci!

Un avocat fauché et déprimé.


Réponse

Cher lecteur,

Je compatis avec vous mais il m’est difficile, comme d’ailleurs ceux qui vous côtoient, de comprendre ce qui vous a amené dans la situation que vous vivez présentement.

Une partie de la réponse réside probablement dans la décision que vous avez prise de quitter le pays il y a quelques années. Je devrais plutôt dire le fait que vous ayez quitté la pratique du droit (du moins c’est ce que je comprends de votre question). Bien qu’il soit normal que vous ayez du aller là ou vous pouviez gagner votre vie, vous en payez le prix aujourd’hui.

 Me Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Me Pierre Arcand, recruteur juridique, répond à vos questions
Dans presque toutes les situations ou un juriste cesse de pratiquer (ou ne peut pratiquer) le droit de façon actif pendant plusieurs années, ce juriste fera face à de nombreux obstacles le jour ou il voudra reprendre une pratique active. La seule exception étant possiblement de faire un saut dans l’arène politique et encore, le retour en pratique active n’est pas garanti à moins d’être un Bouchard, Mulroney ou Trudeau. Ce difficile retour à la pratique est encore
plus vrai si vous n’avez pas accumulé suffisamment d’années d’expérience avant de quitter le droit. Ce qui semble être votre cas.

Cette réalité est une des raisons qui motive mon discours aux jeunes juristes qui pensent à quitter la pratique. Je leur dis qu’ils doivent persévérer au moins 3 années avant de laisser tomber. Après trois années, la pratique devient plus intéressante (implication et qualité des dossiers, rémunération, etc…) et plusieurs changent d’idée. S’ils ne changent pas d’idée, au moins leur diplôme aura une certaine valeur car un diplôme jumelé à moins de trois années de pratique ne vaudra pas grand chose dans quelques années.

Je conviens que je ne fais rien pour vous remonter le moral mais j’aime mieux vous expliquer la réalité que de vous induire en erreur.. Quelles sont vos options ? La plus accessible est celle que bien de jeunes juristes choisissent à défaut d’avoir le choix. Retroussez-vous les manches et ouvrez votre cabinet dans votre salon ou sous-sol. Vous payez déjà vos cotisation alors vos frais seront limités au minimum. Ensuite sortez de chez- vous, faite du bénévolat, rédigez dans le journal local, impliquez-vous dans votre quartier, toutes des activités qui ne coûtent pas cher en plus d’aider à vous remonter le moral.

Les premières années ne seront pas faciles mais ça ne peut pas être pire que ce que vous vivez présentement. Dans quelques années, vous aurez probablement, au fil des mandats, développé une base de clientèle qui vous permettra de vivre ou à tout le moins de survivre et, encore plus important, vous aurez de l’expérience dans certains types de dossiers. A ce moment vous serez surpris de constater comment une combinaison d’expérience et d’un minimum de clientèle vous rendra alléchant pour un cabinet. Dans la vie j’ai tendance à croire que l’on récolte ce qu’on sème alors il est temps pour vous de commencer à semer.

Je vous lance une autre piste de solution, vous pourriez consulter un coach de carrière qui pourrait vous aider au niveau de la préparation de votre CV et du comportement à adopter en entrevue. Quelques fois on s’ancre dans de mauvaises habitudes et on a tendance à répéter les mêmes erreurs d’une fois à l’autre ce qui expliquer les refus à répétition.

J’espère vous avoir aidé à y voir plus clair et je vous souhaite de vous en sortir mais aidez-vous à y arriver…. Semez, semez, semez…

Pierre Arcand


La Question au Recruteur

Chaque semaine, le recruteur juridique Me Pierre Arcand répond à une question posée par vous, chers lecteurs.

La Question au Recruteur de la semaine est choisie parmi toutes celles reçues sur le site. Toutes les questions sont bonnes en autant qu’elles concernent votre carrière de juriste.


Sur l'auteur

Pierre Arcand s'est spécialisé en recrutement juridique après avoir pratiqué le droit pendant une douzaine d'années. Ayant été associé au sein de cabinets boutiques ainsi que d'un important cabinet de Montréal, il connaît bien la communauté juridique et les enjeux reliés à la pratique du droit tant en cabinet qu'en entreprise. Arcand et Associés, une entreprise spécialisée dans le recrutement de cadres et de professionnels, a été fondée en 1999. Pierre Arcand et son équipe apporte un soutien professionnel tant aux entreprises qu'aux cabinets qui cherchent à recruter les meilleurs candidats disponibles.
15682

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires