Les 100 lobbyistes les plus puissants : où sont les avocats?

Main image

Gilles Des Roberts

2013-06-20 12:30:00

Cette semaine, un classement qui ne plaira pas aux lecteurs de Droit Inc., Fasken Martineau tire des ficelles en Afrique pour une pétrolière et des membres du Barreau du Québec auront besoin de beaucoup de chasse-moustiques ou de vêtements chauds.

Les 100 lobbyistes les plus puissants

Me Gerald Kerr-Wilson
Me Gerald Kerr-Wilson
Ils ne sont que 100, mais selon The Hill Times ils occupent le sommet de la chaîne alimentaire du lobbying au Canada. Ce sont les hommes et les femmes qui pilotent les plus gros mandats, qui ont le meilleur accès auprès des mandarins et politiciens fédéraux et qui font souvent la différence dans l’élaboration de politiques publiques importantes.

Et combien d’avocats en pratique privée apparaissent dans ce classement exclusif des 100 lobbyistes les plus influents? Un seul : Gerald Kerr-Wilson, associé chez Fasken Martineau. Cet expert en propriété intellectuelle est devenu un incontournable pour tous les règlements et projets de loi qui touchent le secteur de la câblodistribution.

Ce sont surtout les anciens politiciens qui ont la cote puisque près de la moitié du classement est composé d’ex ministres, députés et de leurs principaux conseillers.

Fasken Martineau protège les arrières de Vanoil

Me Daniel Brock
Me Daniel Brock
Vanoil prend un gros risque avec un programme d’exploration pétrolière et gazière sur un territoire exclusif de 1 631 kilomètres carrés au Rwanda qui est en conflit ouvert avec son voisin, le Congo.

La société de Vancouver protège toutefois ses intérêts en retenant les services de Fasken Martineau et de son associé Daniel Brock, qui fut conseiller politique de plusieurs ministres du cabinet de Paul Martin, après une courte mais brillante carrière de journaliste à la CBC.

Me Brock a la tâche de tenir informé le cabinet du Premier ministre et les Affaires étrangères du Canada de l’évolution du dossier de Vanoil au Rwanda et également au Kenya où l’entreprise est très active dans l’exploration pétrolière.

Les juristes traducteurs sont menacés par l’AMF

Me Louis Fortier
Me Louis Fortier
Un petit article de loi québécois peut faire toute la différence dans l’avenir professionnel de beaucoup de jurilinguistes, rédacteurs législatifs, traducteurs et réviseurs juridiques canadiens. L’Association canadienne des juristes traducteurs, a retenu les services du lobbyiste Louis Fortier pour s’assurer que l’Autorité des marchés financiers maintienne l’article 40.1 de la Loi sur les valeurs mobilières.

Mes Dyane Perreault, Johanne Brodeur, Claude Provencher et Bernard Synott
Mes Dyane Perreault, Johanne Brodeur, Claude Provencher et Bernard Synott
Cet article prévoit que tous les documents acheminés par les émetteurs à l’AMF sont disponibles en anglais et en français. Plusieurs émetteurs hors-Québec, dont de grandes banques canadiennes, font des pressions sur l’AMF pour qu’elle abandonne cette pratique. Louis Fortier recevra de zéro à 10 000 dollars (Me Fortier affirme ne rien toucher pour ce travail) pour convaincre les décideurs du ministère de la Culture et des communications, des Finances et de l’économie et de l’Office québécois de la langue française que l’article 40.1 doit être conservé et son interprétation étendue.

Le Barreau du Québec prend le Nord

Le Barreau désire ouvrir un nouveau marché pour les avocats québécois. Les cinq lobbyistes inscrits de l’organisme sont Mes Johanne Brodeur, Dyane Perreault, Claude Provencher, Marc Sauvé et Bernard Synott. Ils ont le mandat d’influencer le ministère de la Justice du Québec pour que les personnes et organismes des régions visées par le Plan Nord disposent aient accès à des services juridiques.
10462

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires