Distinctions

Une associée devient Super plaideuse !

Main image

Jean-francois Parent

2022-03-14 15:00:00

Une plaideuse de choc, spécialiste des litiges civils et commerciaux, est consacrée par un club exclusif. Elle confie tous ses secrets à Droit-inc…

Me Sophie Perreault. Source: Site web de Langlois
Me Sophie Perreault. Source: Site web de Langlois
C’est la consécration d’une carrière bien remplie pour Me Sophie Perreault, Barreau 1994 et associée chez Langlois à Montréal, qui a été nommée fin février ''Fellow'' de l’''American College of Trial Lawyers''.

Un membership prestigieux auquel on n’accède que sur invitation. Droit-Inc lui a parlé.

''Fellow'' de l’ACTL, ce n’est pas rien…

C’est une distinction que l’on reçoit avec beaucoup d’humilité et de gratitude, car c’est vraiment la reconnaissance ultime pour une avocate plaidante. Pour être membre de l’ACTL, il faut être choisi par ses pairs et par la magistrature.

Et lorsque je regarde les autres ''fellows'' de l’organisation, ce sont tous des gens de grande qualité, les meilleurs dans leur domaine. Selon les règles, seulement 1% des membres du barreau d’une région peuvent y être nommés, ce qui est aussi un gage de la qualité des membres.

Est-ce que la nomination permet d’envisager d’autres avenues pour votre pratique, de l’amener plus loin?

Tout au long de ma carrière, j’ai toujours cherché à me dépasser, et à amener mon cabinet plus loin. Il est donc certain que de faire partie d’un réseau tel que celui de l’ACTL m’expose à davantage de professionnels, parmi les meilleurs aux États-Unis et au Canada, qui me permettront d’offrir encore plus de valeur à mes services. Et à mes clients.

Je pourrai également en faire profiter mon cabinet et mon équipe, qui m’ont déjà fait l’honneur et me témoignent de leur confiance en m’ayant invitée à siéger au conseil d’administration de Langlois.

Qu’est-ce qui vous a conduit au litige?

Depuis que je suis jeune, j’ai toujours voulu plaider. Pour aider en plaidant, en convaincant, en argumentant. Quand j’ai commencé mes études, j’ai vu le défi intellectuel, mais en pratiquant j’ai été exposée au côté stratégique de la pratique.

C’est également un grand plaisir de travailler en équipe – avec mes confrères qui sont souvent des adversaires, mais également des amis. Car la collégialité domine dans la pratique – il le faut, puisqu’on doit négocier, en plus de plaider.

On représente également des clients de divers milieux, d’industries diverses, avec des problématiques qui sont toujours différentes, les défis sont donc nombreux. C’est un privilège de représenter quelqu’un qui nous fait confiance. Il faut s’assurer qu’on comprend très bien sa position, ce qui requiert énormément de travail. Il y a bien sûr le juridique, mais aussi l’humain, les marchés, l’économie, et surtout un important aspect relationnel à la pratique, pour s’assurer que la représentation se fasse avec les valeurs du client.

Comment se démarque-t-on en litige? En le prévenant, ou en le gagnant?

Les deux ! Avec les clients on cherche à trouver des solutions aux problématiques, souvent en amont d’un passage à la cour.

Et ce faisant, il faut évidemment témoigner le plus grand respect envers tout le monde, des greffiers au juge en passant par les confrères et le personnel de la cour. Parce qu’il faut représenter son client avec vigueur, le respect et la collégialité sont particulièrement importants. Et ça rend les négociations, et les plaidoiries, beaucoup plus productives.

Quelles compétences sont requises?

Le relationnel est certainement un aspect important, car il faut aussi aimer les gens, et faire preuve d’écoute.

Développer des relations à long terme est l’une des clés du succès. Chaque fois qu’on travaille avec un même client, on peut lui proposer un argument juridique nouveau, ou des critères sur lesquels arrimer la négociation qui tiendront vraiment compte de ses besoins. Car à long terme, on connaît notre client, mais également son industrie, son marché et ses défis, et on peut dès lors cerner encore plus rapidement ses besoins, et lui proposer les meilleures solutions selon le contexte.

Quels sont vos bons coups?

J’accompagne des clients depuis plus de 20 ans et, au fil des ans, des bons coups il y en a dans tous les dossiers, justement parce qu’on les connaît bien et qu’ils nous font confiance.

Cela dit, dans ma pratique, j’ai appris le plus des dossiers les plus inusités. J’ai travaillé sur des sujets inconnus. Pour cela, il faut avoir confiance en soi, car ces dossiers m’apportent les plus gros défis et pour les surmonter, il ne faut pas avoir peur de plonger.

De l’extérieur, on constate que la plaidoirie et le litige exigent beaucoup. Pourtant, vous êtes très active en marge de votre pratique : publications, conseil d’administration, conférences…

J’arrive à tout faire cela car j’adore mon travail, mes collègues et mon cabinet. Je travaille fort c’est certain, mais quand on a du plaisir et de la collégialité, on en retire du plaisir. Il y a aussi que mes collègues, ma famille et mes amis sont tous des gens qui sont bienveillants envers moi.

Cela dit, il est important de ne pas vouloir tout faire, d’où l’importance de la complémentarité avec les collègues. Cette complémentarité est essentielle à ma pratique, et mes clients le savent. Ils peuvent ainsi me demander des références dans un domaine en dehors de mon expertise, et ils sont confiants que je leur indiquerai le collègue qui pourra le mieux les aider.

Et c’est d’autant plus important qu’on ne sert jamais aussi bien une client que lorsqu’on travaille en équipe.

Qu’est-ce que vous ne referiez pas dans votre pratique?

Il y a des choses que j’ai moins bien faites, que je n’ai pas aimé, mais on grandit dans ces expériences. Et on apprend à se connaître. Je n’y changerais donc rien ; en plus d’être formatrices, ces expériences nous aident à mieux servir les clients.

Vos conseils pour ceux et celles qui débutent?

Il faut croire en soi, tout part de là. Il ne faut pas non plus avoir peur de l’inconnu et, bien sûr, travailler fort avec les autres.

11802

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires