Me Natacha Mignon vient d'être nommée avocate-conseil auprès du consulat général de France à Montréal.
Me Natacha Mignon vient d'être nommée avocate-conseil auprès du consulat général de France à Montréal.
Si ses débuts en tant qu'avocate venue d'un Barreau étranger n'ont pas été des plus faciles, Me Natacha Mignon a fait son chemin depuis son départ de la France et son arrivée au Québec en novembre 2008.

Elle vient d'être nommée avocate-conseil auprès du consulat général de France à Montréal.

«J'en avais très envie je suis contente d'avoir été choisie», a déclaré l’avocate qui pratique chez Kaufman Laramée.

Dépôt de dossier et entretien, c'est à la suite d'un processus de sélection rigoureux qu'elle a été choisie pour occuper cette fonction.

En tant qu'avocate du consulat, elle devra notamment assurer une mission de conseil et défendre les intérêts du poste consulaire advenant une action judiciaire dans différents domaines de droit, tels que le droit immobilier, ou le droit du travail.

Elle aura aussi à se prononcer sur l'établissement de la liste de notoriété du barreau.

«J'étais à l'aise avec les trois parties de la mission», précise celle qui prend son titre avec beaucoup de sérieux.

Une pionnière

Passionnée par les relations existant entre la France et le Québec, il faut rappeler que Me Mignon fut l'une des premières avocates françaises à bénéficier de l'ARM au Québec.

Très investie dans sa communauté, elle est aussi vice-présidente de l'Association des avocats de France du Barreau du Québec et écrit des chroniques sur Droit-inc dans lesquelles elle s’adresse aux confrères qui souhaiteraient prendre le même chemin.

Elle voit aussi dans sa nomination une marque de reconnaissance envers un avocat qui a obtenu le droit de pratiquer outre atlantique en passant par l'ARM.

«Un avocat qui a obtenu l'examen en vertu de l'ARM est tout à fait apte à représenter une institution française au Québec», témoigne Me Mignon.

Elle souhaite d'ailleurs profiter de la tribune que lui procurent ses nouvelles fonctions pour promouvoir les compétences des avocats français exerçant dans la belle province.

Admise au Barreau du Québec depuis 2010, elle pratique depuis deux ans au sein du cabinet Kaufman Laramée à Montréal en litige civil et commercial. Avant d’immigrer au Québec, elle a notamment travaillé au sein de la SCP Granut Avocats et Lamy Lexel.

Et quelle sera la prochaine étape?

«Tout ce qui va dans le sens des relations France-Québec ou Union-Européenne Canada m'intéresse», lance l'avocate qui visiblement ne s'arrêtera pas dans une si belle lancée …