Le cabinet Heenan Blaikie sera officiellement débranché ce soir.
Le cabinet Heenan Blaikie sera officiellement débranché ce soir.
Droit-inc a appris qu’un vote aura lieu aujourd’hui en fin d’après-midi ou ce soir au plus tard et que les associés voteront pour la dissolution du cabinet. Les détails et modalités suivront plus tard.

Hier soir, Heenan Blaikie a demandé à son personnel administratif de quitter le bureau de Montréal, là où est né le cabinet il y a plus de 40 ans, rapporte de Financial Post. Une autre source indique toutefois que même si le cabinet fermait officiellement boutique, il resterait ouvert physiquement au moins jusqu'au 28 février.

La vague de départs accélérés des derniers jours – dont Droit-inc a fait état - a sans doute sonné le glas pour de bon.

Jusqu’à lundi, pourtant, les dirigeants y croyaient encore, eux qui sont même allés cogner aux portes de leurs banquiers dans l’espoir de sauver la baraque. Manifestement, cela n’a pas fonctionné.

Triste fin

C’est une triste fin pour ce cabinet qui a longtemps été perçu comme très entrepreneurial et qui, il n’y a pas si longtemps, en 2010, a connu la meilleure année de son histoire.

Mais c’est surtout triste pour les employés et avocats qui n’ont pas réussi, pour le moment, à se dégoter une niche ailleurs. Plusieurs scénarios demeurent possibles, mais on sait que la majorité des avocats d’Heenan Blaikie se retrouveront sans rien.

À Montréal, on parle que le bureau pourrait renaître sous la forme d’une super boutique en droit du travail. À Québec, certains avancent que Me Marcel Aubut pourrait reprendre le bureau avec une partie de son équipe.

À Toronto, un groupe d’environ 80 avocats – principalement en droit minier et en droit des affaires – est toujours en discussions avec le cabinet international DLA Piper.

Plus de détails à venir…