Me Dean Chenoy, associé chez Miller Thomson
Me Dean Chenoy, associé chez Miller Thomson
Ils sont avocats et le cinéma fait partie de leur domaine phare. Logique, alors, qu’ils se soient proposés pour siéger au conseil d’administration du festival de films de genre Fantasia. Les trouvera-t-on cette semaine assis devant le grand écran? Droit-inc leur a posé quelques questions.

Comment vous êtes-vous engagé auprès de Fantasia?

Me Dean Chenoy, associé chez Miller Thomson : « Cela fait 4 ou 5 ans que je suis administrateur mais ça fait 20 ans que je vais au festival, j’ai pour ami Mitch Davis, qui est l’un des programmateurs, et j’ai toujours été un grand admirateur des films de genre! »

Me Stéphane Gilker, avocat à son compte : « Une avocate avec qui je travaillais a conseillé l’un des dirigeants du festival. Il cherchait des personnes pour constituer le conseil d’administration et elle a pensé à moi, dont la pratique était axée sur le droit du divertissement. J’ai lunché avec Pierre Corbeil et c’est comme ça que tout a commencé! Ça fait au moins trois ou quatre ans maintenant. »

Me Éric Julien, associé chez Raymond Chabot Grant Thornton : « C’est Marc Lamothe qui m’a approché et qui cherchait un expert en matière d’industrie cinématographique. Le cabinet dans lequel j’exerce travaille beaucoup avec des entreprises de l’industrie du cinéma, le monde des médias et du divertissement. Moi j’ai l’expertise en fiscalité, notamment en réclamations de crédits d’impôts, pour des producteurs TV et cinéma, de longs métrages ou d’émissions télé. »

Et vous y faites quoi?

Me Stéphane Gilker, avocat à son compte
Me Stéphane Gilker, avocat à son compte
Me Stéphane Gilker :« Mon rôle est celui d’administrateur pur, même si vu mon domaine de pratique je joue parfois le rôle de conseil sur des questions contractuelles ou litigieuses. Je n’hésiterai pas à suggérer des films le cas échéant, mais croyez-moi il y a des gens de talent qui le font bien mieux que moi! (Il rit) »

Me Éric Julien : « Au conseil d’administration de Fantasia, je me prononce sur des questions d’ordre général, on me demande mon avis de professionnel sur les tendances et les évolutions du marché en matière d’évolution de crédit d’impôts et de subventions d’organismes gouvernementaux. Des réflexions sur l’avenir de Fantasia, un festival subventionné, et sur la croissance de ce dernier. On s’assure de cogner à toutes les portes. »

Est-ce que vous participez au festival ou aimez-vous le cinéma?

Me Éric Julien, associé chez Raymond Chabot Grant Thornton
Me Éric Julien, associé chez Raymond Chabot Grant Thornton
Me Dean Chenoy : « Oui! j’aime tous les films de genre, horreur et autres d’ailleurs. Je veux juste que ce soit des bons films (il rit). Mais vous savez les meilleurs films sont les films de genre, le monde se rend compte de ça aujourd’hui et c’est pour ça que des festivals comme Fantasia ont du succès. Je ne peux pas aller tous les soirs voir des films, parce que je travaille fort quand même mais je vais y aller deux ou trois fois dans la semaine. J’étais impatient de voir Guillermo del Toro, qui a animé la master class. Et les films du réalisateur japonais Takashi Miike. »

Me Stéphane Gilker : « J’ai vu le film d’ouverture mais je ne suis pas encore passé à travers la liste, je m’apprêtais à le faire là (il rit). Je vais souvent voir deux ou trois films. Je privilégie l’imagination, le travail visuel, c’est ce qui fait pour moi un bon film de genre, surtout s’il est sur un sujet ou un propos original. Je fais partie de cette marge qui apprécie les films d’auteurs au sens plus large. »

Me Éric Julien : « En termes de cinéma, j’aime beaucoup les vieux classiques mais je n’ai pas le temps d’aller au cinéma sur une base régulière. Je me suis occupé des déclarations d’impôts de producteurs d’X-Men, alors je m’assure au moins de voir les films dans lesquels je suis impliqué. »

Me Dean Chenoy est un avocat spécialisé en droit des affaires et associé du bureau de Montréal de Miller Thomson. Il concentre sa pratique sur le droit du divertissement et des médias dans les industries du cinéma, de la télévision, de l’édition et du jeu vidéo. Droit-inc lui avait consacré un portrait en 2013.

Me Stéphane Gilker pratique le droit depuis 1986 dans les domaines de la propriété intellectuelle, plus particulièrement du droit d’auteur, du droit du divertissement et des technologies de l’information. Il a été membre du cabinet Fasken Martineau de 1986 à 2014 où il a été associé principal responsable des groupes de technologies de l’information et de droit du divertissement.

Me Éric Julien est associé au sein du cabinet Raymond Chabot Grant Thornton. Ses domaines d’intervention regroupent la fiscalité canadienne (fusion, acquisition et réorganisation d’entreprise), la fiscalité liée aux entreprises de production cinématographique, la planification fiscale et financière des dirigeants d’entreprises et des actionnaires.