Me John Robert Kelly, co-fondateur de Lex Start
Me John Robert Kelly, co-fondateur de Lex Start
Lorsque les start-up qui font affaire avec Lex Start auront besoin de conseils juridiques, Dunton Rainville sera là pour les aider.

Voilà le but ultime derrière le partenariat entre le cabinet d’avocats et la jeune compagnie montréalaise : offrir aux entrepreneurs du Québec des services juridiques clé en main et à prix fixes.

«Avec mon confrère et associé Me John Robert Kelly, qui est aussi co-fondateur de Lex Start, nous nous sommes demandés comment on pouvait leur rendre des services, explique à Droit-inc Me Jean-Jacques Rainville, également président du Conseil de direction. Ce qu’ils proposent c’est du prêt-à-porter. Et de façon générale, les cabinet d’avocats, on aime le sur-mesure.»

Acteur des legal tech au Québec, la firme veut en fait bousculer les processus d’affaires traditionnels de l’industrie, notamment en abaissant les barrières au démarrage d’entreprise et en simplifiant les procédures, comme l’a indiqué Me Gilles de Saint-Exupéry, cofondateur de Lex Start.

Comment ça marche?

Me Jean-Jacques Rainville
Me Jean-Jacques Rainville
Lex Start a développé une plateforme Internet qui, à travers différents formulaires sécurisés, permet aux entrepreneurs de renseigner les informations nécessaires à la rédaction des actes.

La plateforme simplifie également les procédures juridiques et les rend plus compréhensibles.

C’est à partir de ces informations que le cabinet Dunton Rainville génère et valide les documents, à des tarifs «garantis et maîtrisés», disent-ils. Ce qui permet aux entrepreneurs de maîtriser leurs coûts dans le développement de leur plan d’affaires tout rendant les services juridiques plus accessibles.

« Grâce à notre partenariat, nous espérons que Lex Start devienne rapidement la plateforme juridique de référence pour les entrepreneurs en démarrage au Québec en leur garantissant la qualité de service de notre cabinet », explique Me Rainville.

Mieux vaut prévenir que guérir

Gilles de St-Exupéry
Gilles de St-Exupéry
Selon Me de Saint-Exupéry, encore trop d’entrepreneurs ne consultent un avocat qu’au moment où ils sont dans des situations désagréables, et non par prévention.
«Avec Lex Start, nous proposons des solutions juridiques adaptées aux besoins et à la réalité des entrepreneurs tout en soutenant les objectifs stratégiques du Barreau du Québec en matière de Legal Tech», dit-il.

Pour finir, Me Rainville souligne pour sa part l’investissement de son cabinet dans la promotion et la pérennité des legal tech au Québec.

«Nous les considérons comme un véritable atout et un levier de démocratisation des services juridiques aux entreprises et aux particuliers», a-t-il indiqué.