Les avocats feront valoir que ces primes sont nécessaires pour remonter le moral des troupes, rapporte La Presse Canadienne.

Plus tôt ce mois-ci, des tribunaux canadiens et américains avaient donné leur feu vert au versement d'environ 22 millions $ US en primes versées à quelque 900 ingénieurs clés et d'autres professionnels du géant des télécommunications, soit environ cinq pour cent de sa main-d'oeuvre.

La compagnie se présentera aujourd’hui en cour avec une liste des hauts dirigeants qui recevraient les primes, mais celle-ci ne comprend pas son chef de la direction, Mike Zafirovski, a précisé un porte-parole de Nortel.

Selon l'entreprise, la perte d'importants membres du personnel a souvent pour effet d'atténuer la capacité d'une entreprise à fonctionner efficacement et nuit au développement des produits.

Le programme de primes pour les dirigeants les récompenserait l'atteinte d'objectifs de réduction de coûts et de recentrage des activités. Les primes seraient calculées à partir du salaire de base des dirigeants.

Les créanciers de Nortel se sont objectés à ces primes et réclament par ailleurs de la compagnie qu'elle présente ses prévisions de résultats pour l'année 2009.

D'autres employés impliqués dans cette affaire ont soit appuyé les objections des créanciers ou demandé à s'assurer que les primes visent vraiment à récompenser les employés, et non simplement à les encourager à rester dans la compagnie pendant cette période d'incertitude.

Nortel s'est placée en janvier sous la protection de la cour contre ses créanciers au Canada et aux Etats-Unis, et tente de vendre certaines de ses activités jugées non essentielles. Elle devrait présenter son plan de restructuration en avril ou en mai.