L'avocate et militante des droits des animaux Anne-France Goldwater espère pouvoir s'entretenir lundi avec la mairesse de Longueuil, Sylvie Parent. Photo : Radio-Canada
L'avocate et militante des droits des animaux Anne-France Goldwater espère pouvoir s'entretenir lundi avec la mairesse de Longueuil, Sylvie Parent. Photo : Radio-Canada
L'avocate et militante des droits des animaux Anne-France Goldwater espère pouvoir s'entretenir ce lundi avec la mairesse de Longueuil, Sylvie Parent, afin de trouver des solutions pratiques pour éviter l'abattage prévu par la Ville de cerfs de Virginie du parc Michel-Chartrand.

La Ville de Longueuil a annoncé plus tôt en novembre sa décision d'euthanasier une quinzaine de cerfs en raison de la surpopulation dans le parc Michel-Chartrand.

Les autorités municipales précisent que cette surpopulation menace l'avenir écologique du parc. De plus, il y a augmentation du risque d'accidents routiers près du parc et de transmission de la maladie de Lyme. Des dommages aux propriétés riveraines ont aussi été constatés.

Et la Ville ajoute que le déplacement des cerfs dans d'autres régions présenterait des inconvénients importants.

Mme Goldwater assure que cette affaire l'empêche de dormir. Dans une note transmise sur Facebook, elle ajoute que si la voie de l'abattage est retenue, les survivants vont devenir plus fertiles et qu'un nouveau problème de surpopulation surviendra d'ici un an ou deux.

La Ville a aussi promis que la viande des animaux abattus serait distribuée à des organismes de bienfaisance. Mme Goldwater estime qu'il s'agit d'une mauvaise affaire sur le plan financier, considérant les coûts engendrés par l'abattage.

La mairesse Parent assure que la Ville de Longueuil a tenté de trouver d'autres solutions avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs.