Me John Archibald d’Investigation Counsel PC et Mes Jean-Philippe Caron et Alessandra Esposito Chartrand de Calex Legal se chargent du dossier.
Me John Archibald d’Investigation Counsel PC et Mes Jean-Philippe Caron et Alessandra Esposito Chartrand de Calex Legal se chargent du dossier.
Une demande d’action collective a été déposée vendredi à la Cour supérieure par l’utilisateur de Google Photos Michael Homsy, révèle La Presse.

Me John Archibald d’Investigation Counsel PC et Mes Jean-Philippe Caron et Alessandra Esposito Chartrand de Calex Legal se chargent du dossier pour le demandeur.

Celui-ci reproche à Google Photos l’utilisation de la technologie de reconnaissance faciale FaceNet pour analyser les photos transférées dans l’application et convertir les visages qui y paraissent en données biométriques.

La technologie permet d’identifier les individus avec un taux de précision de 99,63 %, que les visages appartiennent à des utilisateurs de Google Photos ou non. Cette pratique a déjà fait l’objet de plusieurs poursuites contre la plateforme, dont l’une s’est soldée par un règlement à l’amiable de 550 millions $US l’an dernier en Illinois.

« Les identifiants faciaux biométriques sont uniques du point de vue biologique, et intrinsèquement privés pour chaque personne concernée par cette action collective, indique M. Homsy dans cette requête. Comme les empreintes digitales et l’ADN, ils permettent l’identification d’un individu avec précision dans un vaste éventail de circonstances. »

M. Homsy déplore que Google Photos n’ait jamais divulgué le but, la durée et la disponibilité à d’autres entreprises de ces données biométriques.

« Chaque participant à cette action collective a le droit de contrôler ses propres identifiants biométriques faciaux, souligne-t-on dans la requête. (Google) n’a pas obtenu le consentement de ces participants pour l’extraction, la collection, le stockage et l’utilisation de ces identifiants à travers Google Photos. »

Michael Homsy réclame pour tous les utilisateurs québécois de Google Photos le paiement de « dommages moraux, matériels et punitifs à être déterminés par la Cour sur la base des preuves présentées au procès. »