Le ministre de la Justice et procureur général du Manitoba, Cameron Friesen. Photo : Radio-Canada
Le ministre de la Justice et procureur général du Manitoba, Cameron Friesen. Photo : Radio-Canada
Le ministre de la Justice et procureur général du Manitoba, Cameron Friesen, a formellement demandé à la Société du Barreau du Manitoba d’enquêter sur le Centre juridique pour les libertés constitutionnelles.

L’ancien président du Centre, John Carpay, a quitté ses fonctions mardi après avoir admis qu’il avait retenu les services d’un enquêteur privé pour surveiller le juge en chef de la Cour du Banc de la Reine, Glenn Joyal.

Le juge préside en ce moment un procès impliquant sept Églises de la province qui contestent les mesures sanitaires imposées par la santé publique pendant la pandémie. Le Centre juridique pour les libertés constitutionnelles représente les Églises dans cette poursuite, et John Carpay agissait comme avocat.

Dans un communiqué paru jeudi, Cameron Friesen se dit « préoccupé par l’embauche d’un détective privé dans l’intention évidente d’embarrasser ou d’intimider un juge ».

« C’est une intrusion évidente dans la vie privée et il est difficile de croire que ces gestes n’avaient pas pour but d’influencer l’issue de la cause », affirme le ministre.

« Les avocats impliqués doivent être tenus responsables de leurs actions pour maintenir la confiance en l'administration de la justice, protéger l’intégrité de l'indépendance judiciaire et faire respecter la règle du droit au Canada », rappelle le ministre.