Me Antoine Guilmain. Source : LinkedIn
Me Antoine Guilmain. Source : LinkedIn
C’est un pari réussi pour le chargé de cours Antoine Guilmain qui a donné un cours d’été qui a une nouvelle fois plu aux étudiants de l’Université de Sherbrooke.

Offert à chaque été depuis quatre ans, le cours porte sur les données numériques et sciences de la vie. Il traite notamment de l’impact et des enjeux des données numériques dans le domaine des sciences de la vie.

« À chaque été son école d’été ! Ma semaine d’enseignement intensive à la Faculté de droit - Université de Sherbrooke vient de se terminer. Et, encore une fois, ce cours sur les données numériques et sciences de la vie m’a comblé sur le plan personnel et professionnel, grâce à un groupe d’étudiants hors-pair », a-t-il écrit sur une publication Linkedin.

La vingtaine d’étudiants provenait de différents programmes en droit et sciences de la vie allant du baccalauréat à la maîtrise.

Pendant cinq jours intensifs, le chargé de cours Guilmain a abordé de nombreuses thématiques dont la protection des renseignements et de la vie privée ainsi que des sujets d’actualités tels que le projet de loi 64 sur la protection des renseignements personnels.

« Cette année, les sujets abordés étaient la vie privée, la cybersécurité, la question du traitement des données de santé, les enjeux de l'intelligence artificielle, la nouvelle réglementation et les nouveaux projets de loi au Canada », explique-t-il.

Contrairement à l’an passé, il a donné ce cours en mode hybride. En effet, il y a eu une première journée complète qui s’est déroulée à distance et le reste s’est fait en présentiel.

« Dans le contexte actuel, j'ai essayé de privilégier l'enseignement à l'extérieur et de respecter les gestes barrières. C’était intéressant parce que j'ai vécu les deux situations car j'ai enseigné en présentiel durant les les deux premières sessions et, durant la pandémie, le cours s’est déroulé à distance. Le mélange de ces deux types d'enseignement s’est bien prêté à l'école d'été surtout sur une formule aussi intensive », précise-t-il.

Durant cette semaine complète, les étudiants ont eu l’occasion d’échanger des idées sur différentes questions comme la protection des données et de la vie privée, d’apprendre des concepts théoriques en matière de vie privée et ont pu les mettre en pratique. Ce cours a pour but de mieux comprendre les enjeux sociétaux.

« J’essaie d’intéresser les étudiants en interagissant avec eux le plus possible, parce que ce n'est pas évident de les faire venir en plein été. Par exemple, je leur demande de regarder des épisodes de la série Black Mirror pour pouvoir échanger sur certains sujets durant les cours. Ils ont également beaucoup de présentations à faire pour mettre en pratique les concepts qu’on discute », explique-t-il.

Un domaine en constante évolution

Pour lui, l’enseignement est un plaisir, presque une passion. Chaque année, il revoit son cours car il y a toujours de nouveaux phénomènes, des nouvelles décisions, des nouvelles lois et des nouveaux enjeux qui émergent. Grâce à ce cours, il peut questionner certaines pratiques, mettre en application de nouveaux concepts et trouver des nouvelles pistes de solutions.

« Le cours évolue à une vitesse extraordinaire. Avec ce genre de cours, on a la possibilité d'avoir un droit un peu plus réactif par rapport au changement technologique et particulièrement dans le domaine des sciences de la vie. (...) Chaque année, mes étudiants me parlent de nouvelles choses et font des liens avec ce qu'ils ont vu dont je n’étais pas nécessairement au courant », dit-il.

De plus, les étudiants ont pu assister à deux conférences organisées par des avocats spécialisés de Fasken, Me William Denault-Rouillard et Me Aya Barbach qui n’hésitent pas à revenir chaque année à l’Université de Sherbrooke durant l’été.

« Ce sont des collègues que j’apprécie. Ils prennent le temps pour enseigner alors qu’ils ont un horaire bien chargé et que c'est l'été à chaque fois. Je ne leur ai jamais demandé deux fois car dès que je leur propose, ils répondent toujours positivement. C’est une des plus belles choses qu'on puisse faire en tant qu'avocat : avoir la possibilité d'expliquer ce qu'on fait, ce qu'on vit et potentiellement de stimuler l'intérêt des étudiants », soutient Antoine Guilmain.

Alors qu’il poursuit sa carrière à titre de conseiller en protection des données pour Facebook, il ne mentionne jamais son expérience professionnelle à ses étudiants pour des raisons de confidentialité. Étant donné l'étendue du sujet, il peut facilement adapter son cours sur la protection des données et de la vie privée à ses étudiants.

Créé en 2017, le cours a été fondé par Me Paul Gagnon de AppDirect et par Me Antoine Guilmain quand il pratiquait encore chez Fasken.

« Le cours découle d’une discussion, en voiture après une séance de théâtre, avec Mélanie Bourassa Forcier, responsable du programme droit et sciences de la vie et professeure à la Faculté de droit, pour rendre les étudiants encore plus polyvalents. Paul Gagnon et moi-même avons créé ce cours mélangeant concepts théoriques et applications pratiques », se rappelle cet ancien avocat de Fasken.