Les requérantes allèguent que le médicament le Trasylol «présente notamment des risques sérieux d'événements cardio-vasculaires ou cérébraux vasculaires, d'insuffisance rénale ou de décès».

Constance Ramacieri, de Montréal, affirme que son conjoint est décédé durant l'intervention chirurgicale au cours de laquelle le Trasylol lui a été administré, en 2004. La corequérante, Nicole Laporte, de Pointe-aux-Trembles, affirme avoir développé des problèmes cardiaques, en plus de devoir subir une angioplastie rénale, après avoir reçu du Trasylol lors d'un pontage aorto-coronarien, en 2004.

Le Trasylol a été retiré du marché par Bayer au printemps 2008. Santé Canada, qui avait approuvé ce médicament à l'automne 1995, a demandé à Bayer de suspendre sa commercialisation au pays dès novembre 2007, selon la requête.

«En tout temps pertinent, Bayer savait ou devait savoir que l'utilisation du Trasylol pouvait entraîner des complications graves nécessitant un traitement à vie ainsi que des effets secondaires», écrivent les avocats du cabinet Siskinds Desmeules, procureurs des requérantes.