Il risquait un maximum de 14 ans de prison, compte tenu des 200 accusations de fraude, fabrication de faux, complot et recyclage des produits de la criminalité pesant contre lui dans l’affaire Norbourg.

Les spécialistes prévoyaient que le juge pourrait tenir compte de la peine déjà prononcée pour les mêmes faits par l’AMF et temps déjà passé derrière les barreaux par Vincent Lacroix dans le prononcé de sa sentence.

Le juge y aura finalement été peu sensible.

Le juge Wagner a dit en outre avoir accordé très peu d'importance à la lettre de remords de Vincent Lacroix destinée aux investisseurs floués, rapporte le site LesAffaires.

Rappelons que la Couronne recommandait une peine de 10 à 14 ans de détention, tandis que la défense suggèrait de 10 à 12 ans.

Sur Droit-inc.com, 2 lecteurs avaient vu juste.