La nouvelle associée de 46 ans s’est brièvement confiée sur les raisons de son départ de chez Stikeman et de son arrivée chez Davies. Il s’agit en fait d’un retour au bercail pour Me Ruf, puisqu’elle avait débuté sa carrière chez Davies en 1985.

Droit-inc.com : Changer de cabinet, vous y songiez depuis longtemps?

Franziska Ruf : Pas du tout, je ne cherchais pas à quitter Stikeman, l’occasion s’est tout simplement présentée. Richard Cherney m’a contactée, nous sommes allés prendre un petit déjeuner et voilà.

Ça fait longtemps que vous parliez avec Davies?

C’est très récent, ça c’est décidé y’a un mois, un mois et demi maximum. Ce n’est pas le genre de décisions que l’on fait traîner très longtemps.

Pourquoi ce changement de cabinet?

Pour le nouveau défi bien sûr, mais surtout pour des raisons bien professionnelles. Tout comme Stikeman, Davies est un cabinet haut de gamme mais de plus petite taille. Ça implique que les conflits d’intérêts sont moins nombreux. On a donc plus de chances d’accepter des mandats importants.

Dans une organisation plus petite, les gens se connaissent mieux…

Tout à fait, le côté humain y est plus important. Cela me plaît bien parce qu’on peut travailler plus étroitement avec les gens. Et J’avais envie de bâtir quelque chose avec des gens que j’aime.


De gros mandats!

Me Ruf est une pro des grandes transactions. Voici quelques exemples de mandats où elle a été impliquée:

- Conseillère auprès de FLSmidth & A/S du Danemark dans le cadre de son acquisition, par voie de plan d'arrangement, de la division de transformation du Groupe Laperrière & Verreault Inc. au montant de 1.3 milliard de dollars.

- Conseillère juridique de la Caisse de dépôt et placement du Québec, dans le cadre de son investissement de 300 millions de dollars auprès de la société en commandite ACH, une filiale d'Abitibi-Consolidated Inc.

- Conseillère à Astral media Inc., dans le cadre de son acquisition, au montant de 1.1 milliard de dollars, des actifs de Standard Radio Inc.

- Conseillère juridique auprès du New York Mercantile Exchange (NYMEX), dans le cadre de son investissement de 10% dans la bourse de Montréal Inc. ainsi que dans certains autres projets de co-entreprises et d'acquisitions.

- Conseillère dans le cadre de l'acquisition par Banque de développement du Canada d'un portefeuille d'investissements de la Caisse de dépôt et placement du Québec et constitution par la BDC et CDPQ de fonds d'investissements gérés par la BDC.