Avec le succès de Droit-inc.com, vous êtes de plus en plus nombreux à nous appeler pour un tas de renseignements, en particulier concernant les services autour de la profession d’avocat.

Devinez-quoi, cela nous a donné l’idée d’y consacrer une série d’articles!

On débute cette semaine avec la société CRAC. Pourquoi par cette société ? Parce que lorsqu’on visite son site, on se dit qu’il y a peu de services que celle-ci n’offre pas aux avocats.

Me Annie Fredette, 29 ans, récemment nommée directrice générale de cette société de 30 personnes, dont quatre avocats, m’a reçue pour remettre de l’ordre dans tout cela.

« La porte d’entrée chez nous, c’est bien souvent la recherche de disponibilité de noms pour les incorporations qui nous sont confiés par bureaux de toutes tailles », dit Me Fredette.

La société, qui est aujourd’hui une filiale de Davis + Henderson, a été créée en 1979, par Me Thérèse Fredette. « A cette époque, ma tante a vu qu’il y avait un marché pour un intermédiaire entre les gouvernements et les cabinets d’avocats », dit Annie Fredette.

Depuis, la société n’a cessé de se diversifier et aujourd’hui, il est peu probable que vous n’ayez jamais fait appel à ses services, puisqu’elle devenue le plus gros fournisseur québécois de fournitures corporatives, tels que livres de minutes et autres registres, et le seul bureau provincial autorisé au titre de l’article 427 de la Loi sur les Banques.

A ces activités, s’ajoutent un service de renseignements sur les entreprises, un autre de recherche et dépôt de marques de commerce, et également du corporatif.

Le corporatif est devenu une part importante de l’activité de la société qui offre aujourd’hui des services d’incorporation en ligne, qu’elle propose potentiellement au grand public, mais plus spécifiquement aux juristes avocats et notaires.

Image

Gravage en action


« Compte tenu des terminologies utilisées, le site s’adresse en réalité aux juristes. Nous pouvons aider les utilisateurs à naviguer sur le site mais ne donnons pas de conseils juridiques, alors quand une personne nous demande par exemple ce qu’est un capital-actions nous l’invitons à passer par un avocat », dit-elle.

Quel est l’intérêt de faire affaire avec un intermédiaire pour un juriste ?

La mission d’origine de l’entreprise est de servir d’interface avec les services gouvernementaux, comprenez : faciliter la vie des avocats dans ses rapports avec les administrations.

« Les bureaux, notamment les plus gros, nous utilisent également comme un second œil sur les documents d’incorporation », dit-elle.

Maintenant cela va plus loin, puisqu’en quelques clics vous pouvez utiliser le site de la société pour créer celle de vos clients. Ce service est également utilisé par tous les types de bureaux: des plus petits, ou moins spécialisés en droit corporatif, qui profitent à bon escient du soutien logistique de CRAC, aux plus gros qui envoient les dossiers d’incorporations par dizaines.

Image

Madeleine Cadieux, Directrice des services corporatifs de CRAC


Deux options sont possibles : soit un service traditionnel pour environ 250 $, où c’est l’avocat ou le notaire qui remplit l’ensemble des renseignements utiles pour l’incorporation de son client, ce qui lui prend autour d'une demi-heure.

Pour le double du prix, c’est un service clé en main qu’offre la société CRAC.

Dans ce cas, elle accompagne pas à pas le juriste dans l’incorporation de l’entreprise de son client, en commençant avant même qu’il le rencontre, par la remise d’une fiche « ami » qui liste l’ensemble des documents qui seront nécessaires pour l’incorporation. Ensuite, tout se passe au téléphone avec un conseiller CRAC et se termine par la remise des livres complétés de l’entreprise.

Alors à bon entendeur …