Source: Shutterstock
Source: Shutterstock
Les bénéfices des cabinets américains connaissent un fléchissement, au moment où le nombre d'emplois juridiques s’approche de son sommet historique. Et ce n'est pas un hasard.

Les cabinets connaissent un ralentissement de leurs bénéfices au premier trimestre 2022, malgré une croissance continue de la demande de services juridiques. Cependant, les dépenses des cabinets ont explosé. Le recrutement et le marketing ont généré des dépenses en hausse de 10 % sur un an, alors que la rémunération des avocats s’est élevée de plus de 13 %, rapporte Reuters.

Et on ne parle pas d’un simple fléchissement des bénéfices… L’ indice financier des cabinets d'avocats du Thomson Reuters Institute n’a jamais été aussi bas que depuis le troisième trimestre 2009.

La croissance de la demande en matière de fusions et acquisitions, et des transactions en général, a stimulé les besoins en recrutement, faisant flamber les rémunérations. Et au moment où le rythme des transactions commence à ralentir, la demande en matière de litiges débute l'année par une accélération, avec une croissance de 2 %.

En conséquence de cette croissance des besoins, le secteur juridique s'approche de son sommet historique en matière d’emplois. Au mois d'avril, 4 700 nouveaux emplois se sont ajoutés pour totaliser 1 177 900 emplois juridiques aux États-Unis, souligne Reuters.

Le sommet historique date de mai 2007, quand le secteur employait 1 179 500 professionnels. L'emploi avait ensuite connu un recul brutal lors de la crise financière. La survenue de la pandémie en mars 2020 avait aussi conduit à une réduction du nombre d'emplois dans le secteur juridique.

Le record pourrait donc être dépassé au cours des prochains mois. Face à une telle croissance de la demande en emplois juridiques, les cabinets pourraient devoir continuer à entretenir l’inflation des rémunérations… quitte à rogner encore sur leurs bénéfices?