Source: Shutterstock
Source: Shutterstock
Les avocats accordent davantage de valeur à la culture d’entreprise et à leurs relations de travail qu'à la hausse de leur rémunération.

Une étude américaine a demandé aux avocats ce qui pourrait les convaincre de rester dans le cabinet qui les emploie, rapporte Reuters.

Les avocats interrogés ont répondu en donnant la priorité aux possibilités d'évolution de carrière, aux relations positives avec leurs collègues et à la qualité du travail. Ces trois critères passent avant la rémunération, disent-ils selon le rapport du Center on Ethics and the Legal Profession de Georgetown Law et du Thomson Reuters Institute.

Le rapport montre que certains cabinets parviennent davantage à faire face au départ de leurs avocats. Certains cabinets connaissent ainsi un taux de rotation deux fois plus important que d’autres cabinets de taille équivalente.

Dans les cabinets capables de fidéliser, les avocats expriment des niveaux de satisfaction plus élevés envers leur cabinet actuel dans plusieurs domaines clés: le traitement équitable, la possibilité d'être soi-même, la gestion du cabinet, le système de récompense et de rémunération, les opportunités de carrière et de développement personnel.

Interrogés sur les facteurs qui pourraient les inciter à partir ou à rester, les avocats ont privilégié les relations avec leurs collègues de travail, la culture du cabinet, la qualité de leur travail, la possibilité d'adopter des modes de travail flexibles. Tous ces éléments sont mentionnés comme étant prioritaires par rapport au niveau de rémunération.

Quand ils sont sollicités par d'autres cabinets, les avocats cherchent souvent des signaux de la part de la direction de leur cabinet actuel pour savoir s'ils doivent rester ou partir. Selon l’étude, il apparaît que les avocats décident de plus en plus en fonction de leurs aspirations professionnelles à long terme.

De ce point de vue, la rémunération n’est pas un facteur décisif… en tout cas, pas autant que la qualité de leur vie au travail, et l’équilibre entre vie privée et vie professionnelle. Or, c’est dans la culture d’entreprise et dans leurs relations avec leurs collègues que les avocats trouvent des réponses.