Claire Barrette-Joncas s’est éteinte… Photo : Alfred Dallaire Memoria
Claire Barrette-Joncas s’est éteinte… Photo : Alfred Dallaire Memoria
Claire Barrette-Joncas s’est éteinte à l’âge de 89 ans. Elle a siégé durant 33 ans comme juge à la Cour supérieure du Québec.

Née à Montréal en 1933, son parcours dans le milieu juridique québécois aura ouvert la voie à de nombreuses femmes. Admise au barreau en 1957, Claire Barrette devient un an plus tard la première femme à plaider devant la Cour des assises criminelles de Montréal. Elle exerce alors seule, pratiquant en droit criminel et en droit de la famille.

En 1962, Claire Barrette est la première femme à devenir présidente de l'Association du jeune barreau de Montréal. Elle succède alors à Claude Joncas… qu’elle épousera. Claude Joncas deviendra juge de la Cour du Québec. Il est décédé en 2008.

En 1963, l’avocate devient la première femme à siéger au Conseil du barreau de Montréal, et la deuxième femme – après Gabriel Vallée – à siéger au Conseil général du barreau du Québec.

Claire Barrette-Joncas a été la première femme à enseigner le droit criminel à l’Université de Montréal et à l’Université McGill.

Claire-Barrette-Joncas, entourée de Benoît Moore et de Paul André Mathieu (remise prix ADDUM). Source: Droit-inc (2014
Claire-Barrette-Joncas, entourée de Benoît Moore et de Paul André Mathieu (remise prix ADDUM). Source: Droit-inc (2014
En 1975, Claire Barrette-Joncas est nommée juge à la Cour supérieure du Québec. Elle exerce durant 33 années, dont 15 ans à titre de juge coordonnatrice. Dans les années 1980, la juge et son mari deviennent le premier couple à siéger dans le même dossier.

Dans un hommage rendu à la juge Barrette-Joncas en 2021, par l'Association du barreau canadien (ABC), l’ancienne juge en chef de la Cour d’appel Nicole Duval Hesler se souvenait: « la juge Barrette-Joncas a toujours été une mentore formidable. Elle n’abandonnait pas ses nouvelles recrues au bon vouloir du destin et des péripéties des procès avec jury. Non seulement m’a-t-elle assigné un juge d’expérience (le regretté Fraser Martin) pour me guider à travers les écueils de mon premier procès avec jury, mais elle m’a appelée tous les soirs afin de prendre le pouls et de me donner des conseils, toujours judicieux, sur ce qui allait suivre. »

La défunte avait reçu la médaille du Barreau de Montréal en 2005, la trentième année de la juge à la Cour supérieure. « Malgré la difficulté des tâches qu’elle assumait, elle a toujours traité avec beaucoup de respect tous les acteurs du système judiciaire et particulièrement les membres du Barreau », saluait alors le Barreau de Montréal.

« Grâce à sa capacité de travail remarquable et à sa très grande disponibilité – elle acceptait même de recevoir les avocats chez elle, en pleine nuit, pour disposer de procédures urgentes – l’honorable Claire Barrette-Joncas s’est mérité l’admiration de tous les avocats, principalement des criminalistes montréalais. J’ai réalisé plus tard que c’était là sa façon de faire avec toutes et tous les nouveaux arrivants. »

Claire-Barrette-Joncas. Source: BANQ
Claire-Barrette-Joncas. Source: BANQ
En 2014, l'Association des Diplômés en Droit de l'Université de Montréal (ADDUM) l’a honoré pour son parcours professionnel exceptionnel. « C'est une pionnière en droit criminel. Quand j'ai débuté en droit, il n'y avait qu'une poignée de femmes avocates. Une figure comme Mme Barrette-Joncas a été un exemple », soulignait celle qui était alors la juge en chef de la Cour du Québec, Élizabeth Corte.

L’hommage est remis par Paul André Mathieu, alors président de l’ADDUM et aujourd’hui avocat chez Delegatus, et par Benoît Moore, alors doyen de la faculté de droit de l’Université de Montréal et à présent juge à la Cour d’appel du Québec.

Claire Barrette-Joncas a été membre du conseil d'administration de l'Institut Philippe-Pinel.

La défunte laisse dans le deuil ses deux enfants, Louis Joncas et Lucie Joncas, qui est avocate chez Joncas, Nouraie Roy & Massicotte.