A la mi-mai, lors une réunion de planification annuelle, le Jeune Barreau du Québec a défini les missions et défis, pour l’année à venir, de ses douze administrateurs, et de la Présidente sortante Me Marie-Eve Paré.

« En vue du centenaire, nous allons continuer sur notre lancée : donner de la place aux jeunes avocats, être leur voix, les rendre plus visibles au sein de la communauté juridique de Québec, nous rendre plus disponibles pour eux », déclare Me Joanie Proteau, Présidente du JBQ.

Le Jeune Barreau de Québec représente près de 1300 membres, soit presque la moitié des avocats membres de la section de Québec et organise pour l’ensemble de la section activités sociales, professionnelles et sportives.

Dynamisme

« Les jeunes avocats doivent savoir qu’ils peuvent s’y impliquer et que l’on est là pour eux », raconte Me Proteau.
« Les jeunes avocats doivent savoir qu’ils peuvent s’y impliquer et que l’on est là pour eux », raconte Me Proteau.
Son dynamisme, le JBQ le doit à tous ses projets, activités, comités.

« Pour l’année à venir, sont prévus l’organisation d’un Gala de reconnaissance pour les membres de la section, des conférences selon les besoins des membres, des réunions d’anciens Présidents. »

A l’occasion de la célébration de ses cent ans, le JBQ va se replonger dans son passé, fouiller dans sa mémoire, énumérer ses activités notables, ses évolutions.

Son dynamisme, le JBQ le doit également à toutes ses initiatives.

« La création du Comité des Affaires publiques, sorte de chien de garde qui veille sur tout l’aspect législatif, les jugements, ou celle du Comité des Nouvelles Technologies qui répertorie les services utiles pour les jeunes avocats. »

C’est simple, explique la Présidente, le JBQ est à l’origine de toutes les activités sociales.

« Les cocktails annuels, les tournois sportifs, les formations moins chères et accessibles… Tout est fait sous l’égide du JBQ. »

Sans oublier la parution cinq fois par année du journal Proforma, bulletin de liaison sur papier, et disponible sur leur site web, qui traite de divers sujets juridiques.

Le message du JBQ ?

« Les jeunes avocats doivent savoir qu’ils peuvent s’y impliquer et que l’on est là pour eux », conclut Me Proteau.