Avant la pause printanière, M. Trépanier avait catégoriquement nié avoir mis sur pied le fameux système de ristournes de 3 % demandées aux firmes de génie pour qu'elles soient assurées de recevoir des contrats de la Ville de Montréal.

Celui qui est néanmoins surnommé «Monsieur 3%» a tout d’abord été questionné sur ses liens avec l’entreprise d'affichages publicitaires Astral, lundi.

Bernard Trépanier avait catégoriquement nié avoir mis sur pied le système de ristournes de 3 % avant la pause printanière
Bernard Trépanier avait catégoriquement nié avoir mis sur pied le système de ristournes de 3 % avant la pause printanière
L'homme de 74 ans, qui a notamment reçu 109 070 $ de la part d’Astral en 2002, a expliqué que la compagnie trouvait des sites potentiels, et que sa tâche était de la présenter auprès des municipalités. Il recevait une redevance en fonction du panneau publicitaire installé.

«J'ouvrais la porte. Après ça, j'introduisais un représentant d'Astral qui expliquait son projet», a-t-il expliqué.

Lorsqu’interrogé sur la raison des différents paiements d’Astral à son endroit, Bernard Trépanier a dit ne pas savoir en précisant qu'il était «un bon vendeur, mais pas un administrateur».

Il a aussi nié que les cotes qu’il recevait de cette entreprise approchaient les 3 %.

Le procureur Denis Gallant s’est aussi intéressé à une facture de golf chargée à Astral, joute à laquelle Bernard Trépanier avait invité le maire de La Plaine, Daniel Belec et le maire de Terrebonne, Jean-Marc Robitaille. «C'était pour faire du développement d'affaires», s’est défendu le témoin.

Vaillancourt

Les questions du procureur Gallant se sont ensuite orientées vers une facture de 60 000 $ datant de 2003, de la Ville de Laval. Le témoin a affirmé avoir travaillé avec l’ancien maire Gilles Vaillancourt, notamment durant une élection. Le tout bénévolement.

Il a cependant soutenu n'avoir jamais fait de financement pour les municipalités pour lesquelles il a travaillé, sauf pour Montréal en 2004.
Par ailleurs, le témoignage de Bernard Trépanier pourrait être frappé d'un interdit de publication en cours de journée en raison des enquêtes policières qui se déroulent sous la houlette de l'UPAC.

Zampino, prochain témoin

Il a été confirmé, lundi matin, que l'ancien président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Frank Zampino, prendra le relais de Bernard Trépanier à la barre de la commission Charbonneau.

Son témoignage s’amorcera probablement mardi.

Frank Zampino, selon plusieurs ingénieurs de firmes de génie-conseil, a été la tête pensante du système de collusion à Montréal.