M. Trépanier a demandé à Me René Houle s'il avait une dent contre Frank Zampino
M. Trépanier a demandé à Me René Houle s'il avait une dent contre Frank Zampino
"Jamais M. Zampino n'a été impliqué dans l'octroi des contrats", a martelé M. Trépanier devant la Commission Charbonneau mardi.

M. Trépanier a ainsi résumé sa logique, à l'époque où il s'occupait du financement du parti politique au pouvoir à Montréal: les firmes qui étaient avec son parti Union Montréal étaient celles qui recevaient les contrats de la Ville.

"T'avais été avec nous autres, et bien c'était ceux qui feraient partie pour avoir des contrats. C'était ma philosophie", a résumé M. Trépanier.

Il a déjà admis s'être personnellement occupé de la répartition des contrats entre les firmes de génie-conseil, pendant un certain temps, avant que deux responsables des firmes de génie se plaignent de sa compétence en la matière, préférant le faire eux-mêmes.

Mais M. Zampino ne s'en est jamais mêlé à l'époque où M. Trépanier s'en occupait. "Je n'ai jamais discuté avec M. Zampino, jamais" s'est-il exclamé.

M. Trépanier s'est porté à la défense de M. Zampino avec une telle ardeur qu'il s'est même permis de demander à l'avocat qui le contre-interrogeait, Me René Houle, s'il avait "une dent contre M. Zampino".

M. Trépanier est présentement contre-interrogé par les avocats représentant les parties participantes à la commission.

Ensuite, la commission poursuivra l'audition du témoignage de M. Trépanier, mais il sera cette fois frappé d'une ordonnance de non-publication. Après seulement, la commission entendra M. Zampino.