La Bâtonnière passe à l'offensive

Main image

L'équipe Droit-inc

2015-07-23 10:45:00

Lu Chan Khuong contre-attaque. La bâtonnière élue a déposé aujourd'hui à Québec une requête en annulation des résolutions du Barreau qui ont prononcé sa suspension.

Maître Khuong demande également d'être réintégrée dans l'exercice de ses fonctions de bâtonnière en attendant que la Cour statue définitivement sur la légalité desdites résolutions.

Pour consulter la Requête introductive d'instance, cliquez ici.

Pour consulter les Pièces, cliquez ici.

Le 1er juillet, le Barreau du Québec a suspendu la bâtonnière nouvellement élue après avoir appris que Mme Khuong avait demandé la déjudiciarisation d’une plainte pour vol à l’étalage dont elle avait fait l’objet.

Quelques jours plus tard, la bâtonnière avait fait parvenir une mise en demeure au Barreau du Québec pour que les membres du conseil d’administration annulent sa suspension.

«J’entends demeurer en poste et réaliser les réformes souhaitées par 63 % des avocates et avocats qui m’ont élue démocratiquement le 22 mai dernier», avait indiqué l’avocate par voie de communiqué.

«J’entends mettre fin aux dépenses somptuaires, diminuer la cotisation de nos membres et travailler pour les citoyens qui méritent une justice plus simple et plus accessible. Je ne me laisserai pas distraire par quelques individus qui, par des moyens illégaux et immoraux, tentent de saboter le résultat électoral», avait-elle ajouté.

- Avec QMI

!
Sondage Express

18103

31 commentaires

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a 9 ans
    Bien coloré
    À mon très humble avis de juriste inexpérimenté, on ne gagne pas vraiment de crédibilité à tenter de colorer le débat juridique avec des teintes du genre exposés en détail sans vrai lien (juridique) avec les conclusions recherchées...

    • Pigeon Dissident
      Pigeon Dissident
      il y a 9 ans
      En réponse à Me.Anonyme
      Malgré une lecture attentive de la requête ,je ne vois aucun propos biaisés ou colorés, au contraire ,les faits et le droit sont présentés de façon objective..

      De toute façon, il appartiendra à la cour de trancher.

    • Pas naif
      Pas naif
      il y a 9 ans
      Question à BIEN COLORÉ
      Avez-vous laissé ce commentaire de votre propre chef ?
      Ne seriez-vous pas plutôt en service commandé pour laisser, ici et là, des commentaires favorables au C.A. du Barreau et défavorables à la bâtonnière élue ?
      Le bruit circule que le C.A. a retenu les services du ''Cabinet de relations publiques NATIONAL'' pour gérer le gâchis médiatique qu'il a provoqué. Votre commentaire s'inscrit-il dans le cadre d'une stratégie orchestrée pour ''"spinner"'' le point de vue - par ailleurs indéfendable - du C.A. dans cette affaire ?
      Ayez au moins la décence d'opter pour un pseudonyme plus original que ''"Anonyme"''...

    • "National"
      "National"
      il y a 8 ans
      Re: Votre réponse
      Je pense que vous n'avez pas vraiment saisi la teneur de mon commentaire. Je ne m'exprime aucunement sur le fond.

    • Maurisse
      Maurisse
      il y a 8 ans
      Bien là
      J'ai beau être contre la decision du CA de suspendre la bâtonnière, je ne puis partager votre avis.

      Ce style de procédure est pompeux et digne d'un autre âge où le spectacle primait sur le droit.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 8 ans
      Réponse d'un autre anonyme
      'gérer le gâchis médiatique qu'il a provoqué'

      Je pense plutôt que le gachis médiatique découle d'une étourderie de Me Khuong en avril 2014 et pour laquelle le CA ne saurait etre responsable.

      En ce qui a trait au 'point de vue indéfendable', attendez donc le résultat du processus, vous risquez d'être surpris.

      En passant, belle façon de laisser entendre que peut etre (je ne sais pas, c'est un bruit qui circule) le CA aurait embauché la plus grosse firme de PR au Québec.

      Dites-moi donc, quelle firme a été retenue par Me Khuong? D'après P-23, elle aurait reconnue en avoir une depuis le début. Est-ce possible que Rodriguez qui s'évertue à laisser le plus de commentaires sur ce site et qui semble ne pas être avocat en fasse partie?

      Finalement, "anonyme" n'est pas un pseudo, c'est le nom attribué par le site quand on n'en inclus pas. Nous sommes plusieurs anonymes, et ce des 2 bords de l'argument

  2. JPG
    Fascinante lecture
    Fascinante lecture, en particulier en ce qui a trait aux fuites d'information ayant précédé et suivi l'article dans La Presse. Comme je l'avais écrit précédemment dans un autre commentaire, il n'existait aucune urgence de quelque nature que ce soit à agir ainsi, et il est atterant de voir à quel point le C.A. a adopté une attitude confrontationnelle dans toute cette histoire.

    À une époque où tout le système judiciaire encourage la médiation et la conciliation, voilà nos confrères qui agissent brusquement et de manière draconienne. Pourtant, une approche plus posée à la situation était manifestement la meilleure à prendre, ce qui aurait permis à tout le monde de réfléchir calmement avant de prendre des décisions.

    D'autre part, je suis extrêmement troublé de lire les allégués concernant le rôle joué par la directrice générale du Barreau. Depuis le début de cette triste comédie, je m'interroge à savoir pourquoi le C.A., et non la bâtonnière, bénéficie des avantages institutionnels du Barreau du Québec. Comment justifier que les communiqués de presse du C.A. portent l'en-tête du Barreau, et non d'éventuels communiqués émanant de la bâtonnière. Encore là, les employés du Barreau du Québec n'auraient jamais dû prendre partie, et auraient dû adopter la plus stricte neutralité, en accordant aux deux parties les mêmes ressources.

    J'avais été frappé en lisant les commentaires de la directrice générale rapportés par le journaliste de La Presse, mais je constate maintenant que celle-ci doit fournir des explications non seulement à la Cour, mais également aux membres du Barreau qui paient son salaire.

    Finalement, il est tout de même assez désolant de prendre conscience que La Presse a probablement simplement exécuté un article sur commande, en utilisant des informations illégalement communiquées. Ça me rappelle il y a quelques années, quand La Presse avait attaqué la réputation du juge Léger de la Cour d'appel, en suggérant qu'il avait déjà représenté les Hells Angels, sur la seule foi du fait que son bureau, spécialisé en propriété intellectuelle, avait enregistré des marques de commerce pour des entreprises soupçonnées d'entretenir des liens avec le crime organisé. C'était tellement clair que le but de l'article était de détruire la réputation du juge Léger, un peu comme dans le cas présent.

    Les journalistes exercent un pouvoir énorme, et il me semble que l'intérêt public devrait être véritablement pris en considération, plutôt que de privilégier des "unes" sensationnalistes. On ne saura probablement jamais quel adversaire de la bâtonnière a "coulé" l'information au journaliste, mais il est tout de même déplorable que la confidentialité du système de déjudiciarisation n'existe plus aux yeux du Barreau et des médias, dès lors qu'il s'agit d'une personnalité connue.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 8 ans
      Questions sur la/les source(s)
      Le journaliste en question ne sera-t-il pas interrogé comme tiers (avec permission de la Cour)? Dans ce cas, pourra-t-il valablement cacher sa ou ses sources? La Presse voudra-t-elle intervenir sur cette question? Un beau débat en vue...

    • Succession MacDonald c. Martin
      Succession MacDonald c. Martin
      il y a 8 ans
      Conflit d'intérêts en perspective
      Si le journaliste est cité comme témoin, son employeur LA PRESSE (Gesca ltée) voudra sans doute qu'il soit représenté. Ça pourrait faire poindre à l'horizon un conflit d'intérêts: l'avocat du C.A. du Barreau, Me Raymond Doray, représente régulièrement GESCA devant les tribunaux:
      http://www.canlii.org/fr/index.html#search/all=raymond%20doray%20gesca

  3. Themis OUF
    Themis OUF
    il y a 9 ans
    Lecture avant le dodo
    Qui a dit que la vie d'un avocat-te est plate .......

  4. Vérité Justice
    Vérité Justice
    il y a 9 ans
    Pertinence
    Perso je ne vois pas la pertinence de rendre ces documents public car l'instance débutera à la fin août 2015.

    De plus, n'est-pas fragile de publier l'affidavit de la Bâtonnierre alors que son adresse personnelle est inscrite en introduction ? Question sécurité, je ne crois pas que cette information relève de la sphère publique.......

    Perso je trouve que ce procès s'engage plus sur la voie publique que devant les décideurs....

    • Avocat
      Avocat
      il y a 8 ans
      Avocat
      >>>> De plus, n'est-pas fragile de publier l'affidavit de la Bâtonnierre alors que son adresse personnelle est inscrite en introduction ? Question sécurité, je ne crois pas que cette information relève de la sphère publique.......

      Les fleurs du tapis, encore... L'avocat décide si il fait signer sa cliente avec son adresse de domicile, ou domicile élu, ou domicile professionnel. Un choix qui ne change rien. La bâtonnière est assez mature pour savoir que si on judiciriaise, certaines informations vont faire partie de la sphère publique.

  5. Vérité Justice
    Vérité Justice
    il y a 9 ans
    Pertnence
    Perso je ne vois pas la pertinence de rendre ces documents public car l'instance débutera à la fin août 2015.

    De plus, n'est-pas fragile de publier l'affidavit de la Bâtonnierre alors que son adresse personnelle est inscrite en introduction ? Question sécurité, je ne crois pas que cette information relève de la sphère publique.......

    Perso je trouve que ce procès s'engage plus sur la voie publique que devant les décideurs....

  6. Capitaine Bonhomme
    Capitaine Bonhomme
    il y a 9 ans
    requête rejetée car...
    prématurée: Harelkin c. Université de Regina

  7. Anonyme
    Anonyme
    il y a 9 ans
    $
    On sait d'où ça vient:

    Mugesera c. Canada (Ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration), [2005] 2 R.C.S. 91:

    «Bien que cela ne soit pas coutumier, la teneur de la requête et de ses allégations nous oblige à en dénoncer le caractère inadmissible à tous les points de vue. Elle comporte une véritable attaque contre l’intégrité des juges de notre Cour. Pour tenter d’établir le prétendu complot juif et l’abus de procédure dont la famille Mugesera serait victime, cet acte de procédure utilise systématiquement l’insinuation et la spéculation irresponsables. Il invoque aussi des pièces sans pertinence, au contenu totalement inapproprié et trompeur. L’étude de la requête et des pièces à son soutien confirme l’emploi d’une méthode de rédaction peu soucieuse des exigences de rigueur, de modération et de respect des faits qui s’imposent à tout avocat, en sa qualité d’officier de justice, dans la mise en œuvre de la procédure judiciaire. Nous devons alors constater qu’aucune des allégations de la requête, qu’aucun élément des déclarations assermentées produites au soutien de celle-ci, qu’aucun des documents auxquels ces déclarations renvoient ne justifie la demande à l’égard des membres de notre Cour ou de la décision de l’appelant d’entamer et de poursuivre le présent appel. Le seul abus de procédure dans cette affaire est celui que provoque cette requête. Il n’est attribuable qu’à l’intimé, M. Mugesera, et à Me Bertrand.»

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 8 ans
      ?
      Je ne vois aucunement la raison de citer cette décision de la CsC. Vous semblez vouloir l'attribuer à l'avocat de Me Khuong alors qu'elle a été plaidé par Me ===Guy=== Bertrand et non Me ===Jean-François=== Bertrand.

    • Amalgame
      Amalgame
      il y a 8 ans
      Amalgame
      C'est un procédé que les francs-maçons désignent sous le nom d'''amalgame''. Ils le dénoncent vigoureusement quand l'un des leurs en est la victime, mais le pratiquent énergiquement à l'égard de qui n'est pas dans "le club".

      Amalgame: confusion délibérée d'idées ou de concepts distincts afin de discréditer une personne ou un groupe. Synonyme : confusion.

    • $
      ?
      qui est le fils de Guy....

      The apple does not fall far from the tree.

  8. Justicier
    Justicier
    il y a 8 ans
    Cotisations
    Après avoir lu les conclusions de la requête et constaté le nombre de défendeurs, qui seront tous représentés par des avocats payés par nos cotisations, on peut dire adieux aux baisses de cotisations proposées par la Bâtonniere ....
    Elle saborde son propre programme!

    • Rodriguez
      Rodriguez
      il y a 8 ans
      M
      Bon un autre de ces énergumènes toujours prêts à blâmer la victime.

    • Crédibilité
      Crédibilité
      il y a 8 ans
      Pathétique
      Le vice-président Asselin connaît bien les pouvoirs de l'assemblée générale, mais ne semble pas connaître les règles entourant le rôle et les obligations du CA!

      Aussi, comment peut-il prétendre être digne de confiance en tant que représentant du Barreau alors qu'il apparaît clairement que lors d'une réunion, au lendemain des élections, il avait déjà planifié son rôle et ses appuis auprès d'autres administrateurs, ceux-là même qui avaient tant travaillé durant la campagne à discréditer celle qui serait élue par une forte majorité. Un "texto" qui en dit long sur le respect qu'il lui accorderait par la suite...

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 8 ans
      Avocat
      Oh non pas tout à fait ! Le Barreau veille à remplir ses coffres ! Testaments par exemple : inscriptions au registre par périodes de 15 jours. Étourdi, j'ai pensé que le délai pour l'inscription était aussi de 15 jours. Erreur ! J'ai reçu du Barreau en moins de temps qu'il ne faut pour le dire une belle facture de 125,00 $ !
      Voilà ma contribution au paiement des honoraires des avocats qui vont défendre le CA ...

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 8 ans
      Vous avez raison
      "au lendemain des élections, il avait déjà planifié son rôle et ses appuis auprès d'autres administrateurs"

      Comment a-t-il pu? En fait, il aurait dû attendre le texto de Me Khuong afin de planifier son rôle avec ELLE et par la suite compter sur SON appui pour "travailler" les membres du CA.

      En fait, vous reprochez à Asselin de faire ce que Me Khuong a voulu faire avec lui... le même jour! À la lumière de son texto, était-elle digne de confiance des autres membres du CA?

      C'est quand même différent puisque je présume que Asselin n'a pas terminé son texto en disant qu'il embrassait ses confrères et consoeurs.

  9. Avocat ML
    Avocat ML
    il y a 8 ans
    Exaspéré
    La requête et les pièces méritent d'être lues avec attention. On apprend des choses disons, intéressantes.

    Si ce qui est avancé est vrai, i.e. que Me Asselin (lire "les supporters du candidat défait") connaissait déjà l'arrestation de la bâtonnière et la déjudiciarisation de son dossier et qu'il a choisi son moment pour sortir la nouvelle, soit juste après les élections, et de surcroît en la divulguant à La Presse, sachant que ceci affecterait l'image du Barreau, il ne mérite tout simplement pas sa place au sein du CA.

    Mais MONSEIGNEUR Asselin en rajoute en commentant cette requête mais surtout l’assemblée générale extraordinaire demandée par les avocats.

    Avec condescendance alors que les avocats ont obtenu leur 100 signatures pour forcer la tenue d'une assemblée générale extraordinaire, Me Asselin s'exprime (!)

    Dans le Devoir : "En entrevue, le vice-président du Barreau, Louis-François Asselin, ne s’est pas montré impressionné outre mesure par le fait qu’on a pu amasser les 100 signatures requises en 48 heures, et ce au beau milieu de l’été. Chose certaine, les avocats ne pourront pas obtenir la destitution du conseil d’administration réclamée par certains, dit-il. « L’assemblée générale a le pouvoir d’approuver les vérificateurs et de se prononcer sur le montant de la cotisation annuelle, ils n’ont aucun autre pouvoir. »

    Aussi bien dire qu'il se fout littéralement de ce que pensent les membres... même pas préoccupé un tant soit peu par leurs préoccupations...il ne pense qu'à son poste à préserver à tout prix...presque méprisant...


    Le pire dans tout cela, c'est que je reste mitigé quant au dossier de la bâtonnière. Si les choses avaient été faites selon les règles de l'art, avec bonne foi et diligence, sans précipitation, et sans apparence de coups bas, je n'aurais probablement pas réagi comme je le fais aujourd'hui. Mais les personnes victimes de tels coups bas méritent d'être appuyées, et les instigateurs méritent d'être ramenés à l'ordre.

    J'ai connu personnellement dans le passé certains membres de ce CA et je suis très surpris de leur empressement à réagir, un 1er juillet, sans prendre le temps de suivre une procédure minutieuse et diligente dans les circonstances. Je serais également très surpris qu'elles aient été au courant de cette divulgation volontaire à LA Presse, sachant que ceci affecterait l'opinion publique à l'égard du Barreau. Il fut un temps où ils ou elles faisaient preuve de plus de rigueur et de méthodologie et je dirais de bonne foi. Tellement que je me demande si ces personnes n'ont pas été influencées outre mesure par certaines autres ayant une grande "capacité de persuasion", sans savoir dans quelle manigance elles étaient entraînées.

    Si tel est le cas, ces personnes de bonne foi, pourraient revenir intelligemment sur leur position lors d'une assemblée du CA. Et se lever, prendre position, même si c'est à l'encontre de certains membres du CA plus... "influents", et ce, même si elles ne sont pas nécessairement des partisan(e)s de la Bâtonnière. Maintenant qu'elles prennent connaissance de l'ensemble du dossier et des intérêts personnels de certaines personnes, pourquoi ne pas se permettre d'agir avec intégrité et réévaluer la situation ? C'est un comportement empreint d'intelligence que de reconsidérer une situation après avoir pris du recul. Il n'y a rien de déshonorant. Et ça réglerait une partie de cette impasse qui devient, disons-le, ridicule. Réintégrée pour mieux réévaluer et trancher de manière objective et réfléchie ensuite.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 8 ans
      autrement dit
      "Aussi bien dire qu'il se fout littéralement de ce que pensent les membres"

      Ou encore qu'il se fout de ce que pense 100 membres sur près de 25,000, 100 membres qui n'ont pas tous les faits.

  10. Me Stéphane Lacoste
    Me Stéphane Lacoste
    il y a 8 ans
    Sub judice
    J'invite tous mes confères et toutes mes consoeurs à faire preuve de retenue et de respect du sub judice. La demanderesse s'est exprimée et tous peuvent lire les documents qui sont publics. Les défendeurs s'exprimeront aussi et la Cour se prononcera. La primauté du droit doit être soutenue et respectée. Reconnaissez que tous les faits ne sont pas connus, tous les points de vue non plus. La demanderesse a présentée une théorie de la cause. Elle ne l'a pas encore démontrée. Les interrogatoires, de part et d'autres, promettent d'être intéressants. Quant aux conspirationistes, veuillez s'il vous plait retirer vos chapeaux de papier d'aluminium.

    • Avocate
      Avocate
      il y a 8 ans
      la sagesse de Me Lacoste
      Vous avez bien raison. Respect du sub judice... il s'agit sûrement d'une façon différente de dire ce que les membres du CA nous rappellent aujourd'hui avec sagesse :

      "Entretemps, le Barreau (...) rappelle que les officiers de justice doivent en tout temps soutenir l’administration de la justice."

      Alors à tous les membres du Barreau, je crois qu'il vaut mieux s'abstenir d'émettre nos opinions personnelles. En tant qu'officiers de justice.
      Nous ne sommes plus concernés (sauf, comme disaient avec raison certains, pour ce qui est de la facture salée de frais juridiques que nous devrons payer avec nos cotisations...)

    • Michael Louvet, PEng
      Michael Louvet, PEng
      il y a 8 ans
      Tiens quelle surprise voilà le hallebardier!
      Quelle entrée splendide Me Stéphane Lacoste! Auriez-vous ainsi retrouvé votre mémoire!

      Du ‘papier d’aluminium’ – c’est en effet ce qu’il manquait dans le sac fleuri de Me Kuong pour étayer une accusation de vol à l’étalage! Vous voyez cela vous reviens par bride – c’est donc peut-être inutile que je vous rappelle comment un voleur aurait dû procéder – c’est même plus facile que d’être ingénieur – c’est tout dire!

      Toujours est-il que sous le couvert du «Traitement non-judiciaire d’une infraction commise (sic) par la bâtonnière du Québec», le CA du Barreau continue de se vautrer dans le déni - en violation continue du principe fondamental de présomption d’innocence, tel que défini par la Charte des Droits et Libertés Canadienne!

      En résumé l’ajout de la déclaration sous serment de Me Kuong implique que:
      L’attitude de ce Monsieur Benoit n’est que pur bullying, avec une connotation ethnique.
      La cible du bullying est la Bâtonnière de Québec, et le Procureur n’a plus la moindre évidence de vol ni d’intention de vol!

      A priori ce Procureur aurait dû abandonner la poursuite sinon il commet un déni de Justice! Alors pourquoi a-t-il pris le risque de garder sous son coude des évidences de bullying contre une Bâtonnière aux traits asiatiques – et pour ce faire, de commettre présumément le méfait de prétendre à la déjudiciarisation – parce qu’en fait la déjudiciarisation c’est secret et qu’il ne risquerait pas de s’y faire prendre en aucune manière!

      À priori tout cela n’est que l’œuvre d’un petit gribouille qui aura comme voulu s’abriter de la pluie en plongeant dans une flaque d’eau – c'est-à-dire corriger une erreur sociétale par une erreur de son cru.

      En aparté: Ainsi seriez-vous rendu quasiment comme chez Pol Pot (celui qui en panne de cerveau perpétuelle en voyait des complots partout – ce n’est pas le bon exemple à suivre Me Stéphane Lacoste) – on vous a seulement envoyé en campagne avec interdiction de trop étaler votre culture – mais c’est très bien Me Stéphane Lacoste que vous puissiez ainsi rester dans le champ – (éviter seulement d’y semer votre latin – c’est une langue morte – cela ne poussera pas)

  11. Anonyme
    Anonyme
    il y a 8 ans
    Pas convaincant
    J'avais hâte qu'elle passe à l'offensive. Je dois reconnaître cependant être très déçu de la lecture de cette procédure et des pièces.

    1. Il y a plusieurs allégués d'une utilité douteuse qui semblent servir à des fins politiques plus que légales. En effet, qu’elle utilité de connaître tout le passé de Me Khuong et, en plus de joindre son curriculum vitae, elle réitère certains exploits spécifiques. Aussi, le blâme qu'elle fait porter aux membres du CA quant à la divulgation des informations confidentielles ayant trait à son dossier de déjudiciarisation n’ont pour but que de colorer le dossier. On voit clairement que la bataille ne se passe pas seulement devant les tribunaux.

    2. Le message qu'elle transmet à Me Asselin (P-3) est décevant. Elle lui mentionne qu'elle aura du travail pour lui, des beaux projets, elle veut qu'il soit VP, elle lui écrit en premier, les autres messages seront moins complets . Elle fait ça dans le dos des autres membres du CA qu'elle offre de "travailler" dans ce sens. Après ça, elle semble s'offusquer que d'autres membres du c.a. ait eu la même idée qu'elle. Autrement dit, elle s'offusque du fait que les autres membres du c.a. aient choisi la même méthode, c'est-à-dire travailler en coulisses pour obtenir le vice-président de leur choix.

    3. La portion de la réponse de Me Asselin qui est reproduite dans la procédure semble effectivement très sèche, cependant remise en le contexte avec la première phrase non reproduite (je te remercie d'avoir pensé à moi pour le poste de vice-président !), ce n'est vraiment pas si mal. Quoi qu'il en soit, je ne vois pas comment on peut sérieusement conclure que ce message « démontre clairement sa volonté ainsi que celles des autres administrateurs qui ont assisté à ladite rencontre, de mépriser le choix démocratique des électeurs, et ce, par la création d'un c.a. obscur, parallèle et illégal ». Disons qu'il manque certains éléments afin d'effectivement pouvoir tirer une telle conclusion.

    4. Il est très inquiétant de constater qu'il semble possible que des membres du c.a. aient coulé de l'information à La Presse.

    5. La conclusion paragraphe 80 de la requête à l'effet que la demande de démission du c.a. est une reconnaissance implicite du fait qu'il n'avait pas le pouvoir de suspendre est rien de moins que farfelu. En effet, il est courant de demander la démission dans de tels cas et de procéder au congédiement que rien de moins, lorsqu'il refuse.

    6. De la même façon, la conclusion malheureuse « qu'elle a été victime d'une basse stratégie électorale visant à lui faire perdre son poste de bâtonnière » est difficile à gober. Il y a sept membres qui se sont présentés avec une autre équipe, équipe qui n'existe plus, par ailleurs. Néanmoins, les 15 membres du c.a., incluant quatre membres du public, ont conclu unanimement à la suspension.

    7. Je ne souscris pas souvent à la théorie du complot et je ne ferai pas exception ici compte tenu du manque d'éléments soutenant celui-ci. En effet, les paragraphes 111 suivants sont d'un ridicule. Si effectivement quelqu’un de l’équipe Deshaies avait eu cette information avant l'élection, pourquoi ne pas simplement l'avoir divulguée? De cette façon, ils auraient sûrement amélioré les chances de leur candidat. Désolé, mais je n'embarque pas. Une requête contenant tellement de détails mais qui omet de donner les circonstances en vertu desquels la demanderesse aurait « été informée récemment que des membres du c.a., qui faisait partie de l'équipe du candidat défait Me Luc Deshaies, aurait été au courant » ne me paraît pas crédible du tout.

    8. Le fait que la bâtonnière aurait été conseillée depuis le début cette affaire par une firme de relations publiques, telle qu'allégué dans la réponse à la mise en demeure, ma porte à réévaluer la trame factuelle depuis la divulgation des informations.

    9. Finalement, je me demande pourquoi Me Khuong utilise le même procureur dans ce dossier considérant le fait que celui-ci pourrait témoigner et confirmer certaines informations
    Pour résumer, la requête est fondée sur des conclusions qui semblaient avoir été tirées par les plus ardents supporters de la bâtonnière sans tenir compte cependant de la présomption de bonne foi. il y a tellement d’éléments politiques, que l'on comprend que l'on ne cible pas seulement bataille devant les tribunaux.

  12. Inspecteur Clouseau
    Inspecteur Clouseau
    il y a 8 ans
    complot ?
    Du vrai Bellemare....

  13. GBS
    GBS
    Ça manque de classe de donner les numéros de téléphone personnels des gens.

    Déjà que c'est assez rare qu'on envoie les procédures à la presse, ils auraient pu caviarder les informations personnelles sur les copies destinées au grand public.

    Soit qu'ils manquent de jugement, soit qu'ils veulent nuire. Dans les deux cas, c'est pas édifiant.

    Pour le reste, c'est un style que je n'aime pas, mais me Bertrand est loin d'être le seul avocat à vouloir être spectaculaire dans ses procédures. C'est un style. J'imagine que quand on décide d'envoyer les procédures aux médias, c'est d'autant plus important d'avoir un style sensationnaliste. C'est un peu spécieux de le critiquer sur son style.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires