Dans la course au bâtonnat

Le Barreau du Québec à l’étranger

Main image

Luc Deshaies

2015-01-29 14:15:00

Le Barreau est régulièrement appelé à intervenir auprès de ses homologues étrangers pour faire part de sa réalité juridique. Me Luc Deshaies nous en dit un peu plus...

Me Luc Deshaies pratique en relations de travail depuis plus de 25 ans au sein du cabinet Gowlings
Me Luc Deshaies pratique en relations de travail depuis plus de 25 ans au sein du cabinet Gowlings
La délégation des Barreaux de Montréal et de Québec est récemment revenue de la séance solennelle de la rentrée du Barreau de Bruxelles.

Me Émile Langevin s’y est distingué en montant sur le podium à l'occasion d'un concours d’éloquence, alors qu'au cours des 18 derniers mois, Me Paul-Matthieu Grondin, Me Jason Novak et Me Jean-François Labadie de Québec avaient fait de même à Bruxelles et Montréal.

La cérémonie de la rentrée s’est déroulée en dépit des tristes événements survenus la veille à Verviers en Belgique où des terroristes ont été interceptés. Malgré la menace qui sévissait au Palais de justice de Bruxelles, tous les délégués internationaux, incluant ceux du Québec, ont souligné le courage du Bâtonnier de Bruxelles, Me Stéphane BOONEN, qui a décidé de tenir la séance de la rentrée malgré l’alerte.

Des événements d'une telle ampleur permettent de constater que le Barreau du Québec est membre d’une grande confrérie d’avocats internationaux avec qui nous pouvons partager nos expériences et nos difficultés.

C’est dans cette perspective d’échange que j’ai participé au cours des deux dernières années à la création de différentes tables rondes qui nous ont permis de créer et entretenir des liens avec nos confrères hors Québec. Me Sonia LeBel et Me Simon Tremblay ont notamment présenté à Paris une conférence sur les commissions d’enquête alors que Me Julie-Martine Loranger et Me Suzanne Gagné Ad. E., de Québec, ont partagé avec nos homologues français la réalité des recours collectifs au Québec, dans le contexte où se mettait en branle ce type de recours en France.

Me Daniel Desjardins, de Bombardier, la bâtonnière Johanne Brodeur Ad. E. ont expliqué la réalité québécoise et nord-américaine des juristes d’entreprises, tout en précisant que ces avocats restent membres du Barreau, ce qui n'est pas le cas en France, une distinction qui a suscité de nombreuses discussions.

De notre côté de l’Atlantique, Me Pierre‑Olivier Sur, bâtonnier de Paris, assisté de Me Sylvain Lussier Ad. E., est venu nous entretenir du secret professionnel dans le contexte de l’affaire Sarkozy. L’an dernier, Me Bernard Quesnel, bâtonnier de Bordeaux, et Me Pierre-Marc Johnson G.O.Q., MSRC, avaient par ailleurs participé à Montréal à une conférence sur le droit commercial en France dans le cadre d’un colloque sur l’accord Canada‑Europe.

Colloque de l’American Bar Association à Montréal

À la même époque, la bâtonnière Brodeur Ad. E., le bâtonnier Gérald R. Tremblay Ad. E. et moi avons également convaincu la direction de l’American Bar Association, Section of International Law (ABASIL) de tenir à Montréal l'édition 2015 de son colloque annuel.

En octobre prochain, près de 1 000 avocats pratiquant à travers le monde sont donc attendus à Montréal à l'occasion de cet événement d'envergure. Il va sans dire que le caractère bilingue de notre pratique et le bijuridisme de notre droit intéressent les avocats d’autres juridictions, pour qui nos expériences novatrices, particulièrement en droit collaboratif et en mode alternatif de résolution de conflits, sont des références significatives et d'importantes sources d'inspiration.

En cette ère de collaboration et de partage, il est plus que jamais impératif que le Barreau du Québec continue de rayonner sur la scène internationale.

Me Luc Deshaies pratique en relations de travail depuis plus de 25 ans au sein du cabinet Gowlings. Il a occupé le poste de bâtonnier de Montréal pour le mandat 2013-2014 et à ce titre, il a siégé au conseil exécutif et au conseil général du Barreau du Québec.

Il a déposé sa candidature dans l’objectif d’être élu au poste de bâtonnier du Québec pour l’exercice 2015-2017. Il souhaite partager sa vision du Barreau, les sujets d’actualité qui le concerne et les projets futurs qu’il souhaitera bâtir au cours de ce mandat avec la nouvelle équipe qui sera constituée.
11086

16 commentaires

  1. Aka
    Pourquoi tant de voyages à l'extérieur?
    Quand je lis des articles comme celui-ci, je me demande qui paie pour ces voyages. Est-ce que les voyages sont payés a même les coffres du Barreau du Québec ? Avons-nous les moyens de payer ces voyages? En quoi ces voyages sont-ils benefiques pour l'ensemble des membres du barreau du Quebec? Qui vérifie les dépenses?

  2. Anonyme
    Anonyme
    il y a 9 ans
    Nécessite des éclaircissements
    "C’est dans cette perspective d’échange que j’ai participé au cours des deux dernières années à la création de différentes tables rondes qui nous ont permis de créer et entretenir des liens avec nos confrères hors Québec."

    Je comprends du texte de Me Deshaies qu'il défend le poste de dépenses "missions internationales" du Barreau, en défense à Me Lu Chan Khuong qui souhaite y mettre un frein.

    Je ne veux pas mettre des mots dans la bouche de Me Deshaies mais il semble soulever ses voyages dans le cadre de la mission du Barreau, alors il me semble que certains points méritent respectueusement des éclaircissements afin de comprendre s'il y a ou non des dérapages dans les dépenses du Barreau.

    Faut-il comprendre que ces voyages étaient effectués alors qu'il était associé au sein d'un grand cabinet? Les frais étaient-ils payés par le Barreau ou par son cabinet? Si payés par le Barreau, il se pose la question du rayonnement incident de son cabinet par la même occasion et des mandats qui ont été obtenus alors qu'il était en représentation pour les fins du Barreau.

    Idem pour les autres avocats mentionnés qui partent à l'étranger. S'ils retirent des mandats de leurs voyages, est-il vraiment équitable que ces frais soient payés par le Barreau.

    Il y a une véritable question d'équité envers le reste de la profession et d'un possible détournement, quoique probablement non volontaire, de la mission du Barreau à des fins privées. N'oublions pas que notre profession est constituée de nombreux civilistes et criminalistes notamment qui n'ont aucun intérêt à ce genre de "rayonnement" puisque leurs mandats leur viennent de la province. Il ne semble pas équitable de faire payer à ces avocats, plus encore lorsqu'ils sont au début de leur carrière et qu'ils doivent payer d'importantes cotisations professionnelles dont une partie, quoiqu'infime, partira à ce genre de déplacement.

    Je peux me tromper sur mes conslusions et questionnements mais je pense que ces éclaircissements seront les bienvenus car je ne suis probablement pas le seul à se poser des questions.

  3. Stéphane Lacoste
    Stéphane Lacoste
    il y a 9 ans
    Toujours douteux ces commentaires anonymes
    Je trouve toujours douteux ces commentaires anonymes et je ne comprends pas pourquoi Droit-inc. les permet.

    Ceci étant, je suis persuadé qu'il est bon pour le Barreau dans sa mission de protection du public d'entretenir des liens avec d'autres barreaux que ce soit pour l'avancement du droit comparé ou l'établissement de règles de reconnaissance des compétences ou pour faciliter le commerce international. Ce ne sont que des exemples. À l'heure des cabinet internationaux et de la mondialisation des affaires, le Barreau ne peut s'isoler et doit au contraire participer pleinement avec les autres barreaux.

    Il est bien entendu légitime de se demander si on en a pour notre argent, mais l'isolationnisme ne m'apparait pas une option acceptable. On peut bien discuter du choix de tel ou tel événement, ou de tel ou tel hôtel etc. mais je m'en remets avec confiance à nos instances. Je suis plutôt fier de voir Luc Deshaies nous représenter aussi bien. Je le lui ai d'ailleurs déjà dit.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 9 ans
      Pq permettre les commentaires anonymes?
      i) Parce que l'identité d'un commentateur n'est pas pertinent à sa prise de position?

      Je vous retourne la question: qu'est-ce que ça changerait à votre argumentaire si vous connaissiez l'identité de la personne à qui vous répondez?

      ii)Parce que ça permet de s'exprimer candidement?

      Parce que la plupart d'entre nous avons des clients/ associés/ employeurs qui pourraient nous tenir rigueur d'offrir une opinion personelle sur un sujet avec lequel ils ne seraient pas d'accord...

  4. Anonyme
    Anonyme
    il y a 9 ans
    Merci pour la réponse sur les commentaires anonymes
    Je ne comprends pas non plus où est le problème d'autant qu'il semble que ce qui est reproché c'est la non-identification et non le contenu des messages qui ne font que soulever des questions. Je ne vois pas quelle est l'utilité d'obtenir l'identité des commentateurs.

    Notez que les auteurs utilisent les pseudonymes depuis très longtemps lorsqu'un de leurs textes risque de créer de la controverse. C'est le cas par exemple de Boris Vian lorsqu'il a écrit "j'irai cracher sur vos tombes", l'auteur s'appelant alors Vernon Sullivan. B. Vian n'aurait peut-être jamais écrit le livre si il avait su qu'il devrait révéler son identité. La possibilité de faire des commentaires et des analyses anonymes est une composante de la liberté d'expression.

  5. Stéphane Lacoste
    Stéphane Lacoste
    il y a 9 ans
    Le courage de ses opinions
    Parce qu'il faut avoir le courage de ses opinions. À visière levée ou pas du tout.

    • Santiago
      Santiago
      il y a 9 ans
      Monsieur Lacoste
      Monsieur Lacoste vous êtes salarié chez les Metallos, c'est très bien vous pouvez dire tout ce qu'il vous plaît, ce n'est pas le cas de tout le monde.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 9 ans
      Le "courage de ses opinions"
      c'est très facile lorsque le message à une saveur de cheering: "...mais je m'en remets avec confiance à nos instances. Je suis plutôt fier de voir Luc Deshaies nous représenter aussi bien. Je le lui ai d'ailleurs déjà dit." mais pour ceux qui souhaitent poser certaines questions plus difficiles l'anonymat a son avantage.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 9 ans
      Pourquoi juste le nom
      Pourquoi ne pas mettre en plus votre numéro de téléphone, votre adresse personnelle et votre numéro de membre pour être sur que le barreau sache qui s'exprime.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 9 ans
      À visière levée ou pas du tout.
      Pas très convaincant comme argument. Vous auriez mieux fait de répondre aux questions du premier commentaire qui vous répondait plutôt que de chercher à les éviter comme vous faites avec votre slogan.

      Pour ma part je n'y souscris pas. C'est un blog ici, pas un tribunal ou cadre professionnel. Je n'ai pas à mettre ma réputation professionnelle en jeu à toutes les fois que je commente, surtout que comme l'écrivait l'autre, j'ai des clients qui pourraient avoir des opinions divergentes.

      Les idées sont là, vous pouvez y répondre ou non, mais ceux qui comme vous traitent les anonymes de peureux ont plutôt l'air de chercher à faire des attaques personnelles. Pas certain que ça fait d'eux des personnes plus valeureuses.

  6. Stéphane Lacoste
    Stéphane Lacoste
    il y a 9 ans
    Pas du tout
    D'abord, puisque nous discutons sur un site juridique, c'est Maitre pas monsieur. Ensuite, je ne suis pas chez les métallos mais chez Teamsters Canada et je n'ai pas non plus une liberté totale. Seulement, si je ne peux parler librement, je me tait.

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 9 ans
      c'est Maitre pas monsieur.
      Trèèès décevant comme commentaire. Aux dernières nouvelles, l'un n'excluait pas l'autre et les 2 sont donc tout à fait valides.


      "Seulement, si je ne peux parler librement, je me tait.". Justement, je respecte mon employeur et je ne voudrais pas que mes opinions lui soit attribué, mais à ce que je sache ça ne m'enlève pas le droit de parôle... sur un BLOG!

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 9 ans
      Non monsieur
      Même s'il s'agit d'un site à saveur juridique tout le monde peut y apporter son opinion et tout contenu est publique. Par ailleurs quelle est la pertinence de vous appeler Maitre? Le faites-vous à la pharmacie, au restaurant et au bureau du médecin? Ceux ici qui commentent sans être avocats devraient signer Monsieur ou Madame?
      Tous les blogues, que ce soit ici ou sur tout autre plate-forme permettent l'anonymat afin de cultiver un débat, vous pourriez formuler le même commentaire sur les blogs de La Presse ou le Globe and Mail par exemple et on vous répondrait la même chose.
      Bienvenue dans l'ère moderne où le concept Internet existe. Si ce concept ne vous plaît pas, soumettez vos commentaires dans des tribunes plus classiques comme les éditoriaux de journaux. Même les lignes ouvertes ne vous satisferont pas...

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 9 ans
      C'est Maître pas monsieur
      Je ne pense pas que vous agissiez comme avocat ici. Il s'agit d'un blog à contenu juridique mais d'un blog avant tout et la rédaction d'un commentaire n'exige pas des qualités outrecuidantes donc Monsieur c'était très correct mais bon...

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a 9 ans
      Charlie Hebdo, Raef Badawi
      Votre commentaire "si je ne peux parler librement, je me tait (sic)" ne pourrait pas plus mal tomber avec l'actualité...

    • Santiago
      Santiago
      il y a 9 ans
      Content maintenant?
      Me Lacoste je suis certain que plusieurs lecteurs ont trouvé vos commentaires ridicules et vous associeront maintenant à cela, toujours satisfait d'avoir publié votre nom?

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires