Nouvelles

Qui sont les meilleurs plaideurs du Québec ?

Main image

Jean-francois Parent

2017-11-22 15:00:00

Une analyse statistique révèle les grands gagnants des tribunaux québécois…

Johanne Marcil à son compte
Johanne Marcil à son compte
Lorsque vient le temps de plaider -et de gagner- une cause, les grands cabinets et les Montréalais mordent la poussière.

C'est ce que révèle une analyse statistique de quelque 400 000 causes plaidées au Canada de 2014 à 2016, publiée récemment par Premonition AI, une firme américaine spécialisée dans l'analyse algorithmique des litiges.

Audrey-Ann Fex qui fait dans la fiscalité
Audrey-Ann Fex qui fait dans la fiscalité
Premonition a ainsi déterminé les dix plaideurs les plus efficaces en Cour d’appel, en Cour Supérieure et en Cour du Québec.

Les surprises sont nombreuses : par exemple, les deux meilleures plaideuses en Cour supérieure, pratiquent à l’extérieur de Montréal : une spécialiste du droit de la famille de Sherbrooke, Me Johanne Marcil, à son compte, et une toute jeune Barreau 2013, établie à Trois-Rivières, Me Audrey-Ann Fex, qui fait dans la fiscalité.

Yves Desaulniers avocat de Rimouski
Yves Desaulniers avocat de Rimouski
Certains des meilleurs plaideurs en Cour du Québec sont aussi des « régionaux »: un avocat de Rimouski, Me Yves Desaulniers, ou Me Denis Otis, de Rouyn.

C'est seulement en Cour d'appel que les Fasken, Norton et autres Stikeman apparaissent, comme Me Pierre Bienvenu, de Norton Rose. À égalité avec des cabinets boutiques de Sherbrooke et de Montréal, ainsi qu’une plaideuse du DPCP de Gatineau, par exemple.

En clair : le nom et le prestige d'un avocat ou d'un cabinet ne garantit en rien sa capacité à gagner un procès, et encore moins à ferrailler devant un juge.

Denis Otis de Rouyn
Denis Otis de Rouyn
Ainsi, « nos analyses révèlent que les grandes firmes, qui coûtent le plus cher, offrent souvent les pires taux de succès, soutient Guy Kurlandski, PDG de Premonition. En analysant les honoraires des avocats, puis en les recoupant avec leur taux de succès, on remarque que certains avocats de grandes firmes ne méritent pas mieux qu’un salaire de 20 $ l’heure, tandis que certains avocats de boutiques vaudraient au moins le double de ce qu’ils gagnent ».

Le meilleur cabinet? Bélanger, Sauvé obtient deux mentions, dans les cours supérieure et du Québec. C’est également le cas de Weidenbach Leduc Pichette, le contentieux d'Intact Assurance.

Le taux de succès

Les meilleurs plaideurs sont ceux qui ont remporté 100 % de leurs causes jugées par un des tribunaux québécois.

Pierre Bienvenu de Norton Rose
Pierre Bienvenu de Norton Rose
C'est en calculant le nombre de plaidoiries qui se sont soldées par une décision favorable que l'algorithme de Premonition peut ensuite leur attribuer un gagnant.

Pour la Cour d'appel, 7 000 décisions rendues entre 2014 et 2016, soit trois années calendrier, ont été analysées. Elles impliquaient 3500 avocats.

En Cour supérieure, pour la même période, on a comptabilisé 16 800 décisions impliquant 7200 avocats.

En Cour du Québec, c'était 7500 décisions et 3400 avocats.

Guy Kurlandski PDG de Premonition
Guy Kurlandski PDG de Premonition
Premonition a comptabilisé les plaideurs selon deux critères : le nombre moyen de dossiers menés à leur conclusion par un plaideur ou un cabinet, et le taux de décisions favorables pour chacun d'entre eux.

Et c'est ainsi que l'on observe que dans les tribunaux, dix noms se démarquent.

Ce sont ceux qui ont plaidé entre 5 et 25 causes pendant les trois années sous étude, et remporté 100 % de leur dossier.

Des causes plus difficiles?

Déterminer le vainqueur d'un procès est un jugement de valeur, concède Premonition dans son rapport. Obtenir une réduction des dommages, même si on a perdu la décision, peut être considéré comme une victoire pour la défense.

Nathan Huber directeur de l'analyse chez Premonition
Nathan Huber directeur de l'analyse chez Premonition
La difficulté des causes est par ailleurs souvent invoquée par les firmes pour expliquer pourquoi leur taux de succès devant les juges est bas. « C'est parfois vrai, les tendances restent les mêmes lorsqu'on analyse les décisions à la lumière de la complexité du dossier, rétorque Premonition. Les meilleurs plaideurs se distinguent non pas par leur taux de succès, mais parce qu'ils perdent moins, et moins souvent que leurs collègues. »

En outre, chaque cause doit être évaluée selon son propre mérite, poursuit Nathan Huber, directeur de l'analyse chez Premonition. « Mais avec la masse de données analysées—plusieurs millions de causes aux États-Unis, en Angleterre, au Canada et en France—ce sont les tendances que l'on peut observer. »

« Par exemple, un constructeur automobile a fait appel à nous pour identifier de quoi les gens se plaignent le plus, et comment cela oriente les litiges », ajoute Guy Kurlandski.

Le classement est établi par ordre alphabétique

Cour d'appel

Me Pierre Bienvenue, Norton Rose, Montréal
Me Laurent Brisebois, Ministère de la Justice Canada
Me Alain-Claude Desforges, Bélanger, Sauvé à Montréal
Me Josée Thibault, Delorme LeBel Bureau Savoie, Sherbrooke
Me André Lemay, Tremblay Bois Mignault Lemay à Québec
Me Emily K Moreau, DPCP à Gatineau
Me Antoine Piché, DPCP à Montréal
Deveau Bourgeois Gagné Hébert
Fasken Martineau Dumoulin
Stikeman Elliott

Cour supérieure

Audrey-Ann Fex, Daigle Fiscalistes, Trois-Rivières
Kenneth Gauthier, Baie-Comeau
Johanne Marcil, Sherbrooke
Les avocats Mario Bouchard, Alma
Martineau Daoust Boulianne Pelletier, à Rouyn-Noranda  
Fraticelli Provost (intégré à Langlois depuis 2017)
Verge Bernier, du contentieux du TAT
Weidenbach Leduc Pichette

Cour du Québec

Mathieu Cloutier, Cour municipale de Gatineau
Me Michel Derouet, Trudel Nadeau, Montréal
Me Yves Desaulniers, Desaulniers, Bérubé Avocats, Rimouski
Me Benoit Gagnon, Centre communautaire juridique de l'Estrie
Benoit Galipeau, Archer avocats et conseillers d'affaires, Granby
Me Jasmin Laperle-Marquis, Hinse Tousignant & Associés, Drummondville
Me Denis Otis, Lalancette Otis, Roberval
Bélanger Sauvé
Weidenbach, Leduc, Pichette

Source : Premonition, Canada Courts Report 2017
61054

6 commentaires

  1. Me Jaloux
    Me Jaloux
    il y a 6 ans
    Remporté 100 % de leur dossier.
    Gagner 100 % de ses causes est possiblement signe d'être «frileux» quand viens le temps de choisir ses combats !?!

  2. Lieutenant Commander Data
    Lieutenant Commander Data
    il y a 6 ans
    Fine analyse
    Sans vouloir enlever quoique ce soit à Me Audrey-Ann Fex qui n’a sans doute pas demandé de faire partie de cette « étude », son nom apparaît dans 73 décisions de la Cour supérieure dont 64 ont été rendues le même jour, le 12 juin 2014, dans les dossiers de la pyrrhotite et où elle apparaît comme « third chair » de son bureau. On y dit de son bureau qu’ils sont « Procureurs de certains demandeurs et de certains défendeurs depuis le 8 avril 2014 » donc je ne serais même pas capable de dire à la face même du jugement s’ils ont gagné ou perdu. Il y a des limites à dire n’importe quoi et ne pas prendre 5 minutes pour observer les données qu’on génère.

  3. Anonyme
    Anonyme
    il y a 6 ans
    peu fiable
    Le manque de sérieux de cette étude est risible: un des avocats mentionnés est « Procureurs De La Demanderesse » !(page 72 du PDF)

    L'AI, c'est bien utile dans certains domaines, mais pas pour ce genre d'analyse, qui ne veut selon moi rien dire, du reste.

    Un avocat qui fait du recouvrement bancaire est sans doute assez mauvais s'il ne gagne pas plus que 95% de ses dossiers, alors qu'un avocat qui ne fait que des litiges entre actionnaires et qui gagne 60-70% du temps est probablement bon. Encore là, la multiplication des conclusions dans les procédures rend la détermination du gagnant pour le moins difficile, sauf en appel, et encore là, seulement dans certains cas.

  4. Me Sceptique
    Me Sceptique
    il y a 6 ans
    Mais qui est donc ce/cette prodige?
    En lisant le rapport, il est intéressant de noter que l'un ou l'une des plaideur(se)s les plus prolifiques devant la Cour supérieure du Québec est nul autre que : "Procureurs De La Demanderesse". That's a good one Premonition!

  5. Anonyme
    Anonyme
    il y a 6 ans
    Un peu de discernement
    Tellement con comme étude. Comme si un élément quantitatif (nombre de causes gagnées) fait que l'avocat est des meilleurs plaideurs. Il n'y pas que la présenation de la cause qui importe. Il y a le bien-fondé aussi. Dans combien de cas, un mauvais avocat gagne parce que sa cause est bonne (on l'a tous vu)

    Un peu de discernement, quand même.

    • Joe Bloe
      Joe Bloe
      il y a 6 ans
      Faut lire...
      « Déterminer le vainqueur d'un procès est un jugement de valeur, concède Premonition dans son rapport. Obtenir une réduction des dommages, même si on a perdu la décision, peut être considéré comme une victoire pour la défense. »

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires