Nouvelles

Le doigt d'honneur d’une avocate !

Main image

Jean-francois Parent

2017-10-20 15:00:00

Une juriste montre le doigt à ses détracteurs, jure comme un charretier et pratique la politique de la terre brûlée sur les réseaux sociaux...

Elizabeth Beck, associée et fondatrice de Beck et Lee
Elizabeth Beck, associée et fondatrice de Beck et Lee
Elizabeth Beck, Barreau 2004, pratiquant à Miami, diplômée de Yale, après un diplôme en sciences pures à UCLA, est l'associée et fondatrice de Beck et Lee, une boutique de litige floridienne. Elle doit sa renommée -grandissante - à son vitriol distillé sur Twitter.

  • Je le sais déjà que les tribunaux, c'est de la m***.

  • Peut-être que je vais devenir clown à temps plein. Le cr*** de droit, c'est stressant en tab***. Et personne ne sourit.

  • Un crotté. Vous êtes un crotté si vous n'êtes pas capable de vous trouver un avocat. Et c'est ce que les juges pensent de vous.


Voilà quelques-uns des commentaires, traduits librement, qu'on peut glaner après quelques minutes passées sur le compte de Elizabeth Lee Beck, mieux connue sous son sobriquet de Cranky Lawyer sur twitter.

L'avocate grincheuse, donc.

En septembre dernier, le grand public a fait sa connaissance alors qu'Elizabeth Beck a diffusé en direct une bagarre dans un procès, au cours de laquelle les avocats adverses ont tenté de la faire expulser de la salle d'audience manu militari.

Elle navigue dangereusement sur les eaux entre le premier amendement sur la liberté d'expression et le devoir de réserve des avocats, écrit le Daily Business Review dans un récent profil de l'avocate provocatrice.

« Hahaha. L'entraîneur des Dolphins est un ''coké''», écrit-elle au lendemain de la diffusion d'une vidéo montrant le patron des joueurs de l'équipe de football de la NFL prenant de la cocaïne.

« Je ne fais que me plaindre », dit-elle à la journaliste du Daily Business.

Ses sujets de prédilection : les théories conspirationnistes, les tribunaux, les avocats, la privatisation du FBI, les échanges d'insultes avec tout ce qui la contredit sur Twitter et... Donald Trump, avec qui elle a eu des joutes oratoires épiques sur Twitter justement.

Plaidant contre Trump en 2011 dans un dossier de redressement, ce dernier l'a qualifiée de dégoûtante. La bataille s'est déplacée sur les médias sociaux, et Elizabeth Beck est devenue @CrankyLawyer.

 Andrew S. Berman, associé chez Young Berman Karpf
Andrew S. Berman, associé chez Young Berman Karpf
Si son code de déontologie prohibe de s'en prendre directement à la magistrature, elle n'en marche pas moins sur la ligne ténue entre l'insulte et la critique.

Elle remet en question certains juges, sans les nommer, se demandant s'ils ont reçu des pots-de-vin. Malgré l'inconfort que ses propos suscitent chez certains de ses collègues, on lui concède le droit à son opinion.

« Ça ne m'enchante pas de voir une avocate ''twitter'' de cette façon. Mais le premier amendement ne réglemente pas le tact ou le style », explique Andrew S. Berman, un associé chez Young Berman Karpf et un membre du comité d'éthique du Barreau de la Floride.

L'ordre des avocats floridiens a confirmé au Daily Business Review qu'aucune enquête n'est menée au sujet de la @CrankyLawyer.

En conclusion de l'article, elle se dit déçue des avocats en général de ne pas être aussi volubiles qu'elle : « Ce sont des poltrons. »

Et vous, croyez-vous possible un Cranky Lawyer au Québec? Qu’en dirait le Barreau ?
7553

1 commentaire

  1. Anonyme
    Anonyme
    il y a 6 ans
    Enfin, du droit nouveau
    Un doc Mailloux du droit, c'est ce que ça prend ici!

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires