Fusions et acquisitions

Fusions-acquisitions : l’heure du ralentissement?

Main image

Camille Dufétel

2022-10-13 14:15:00

Un ralentissement du marché des fusions-acquisitions se fait ressentir depuis plusieurs mois, selon plusieurs avocats. Droit-inc a parlé à un pro de Montréal…

Charles Spector, associé au sein du groupe de droit des sociétés du bureau de Montréal de Dentons. Sources: LinkedIn et Shutterstock
Charles Spector, associé au sein du groupe de droit des sociétés du bureau de Montréal de Dentons. Sources: LinkedIn et Shutterstock
Les activités de fusions et d’acquisitions ont ralenti au cours des neufs premiers mois de l’année 2022 en raison des risques économiques et géopolitiques, selon des avocats de Bennett Jones LLP cités dans le Canadian Lawyer.

Misetich Dann, Christian Gauthier et Harinder Basra de Bennett Jones LLP ont d’ailleurs signé un article de blog à propos du paysage canadien des fusions-acquisitions, dans lequel ils précisent que « des transactions sont en cours et des opportunités sont là », mais que « les investisseurs font preuve de retenue » et que « le temps de conclure une transaction à tout prix est révolu ».

« Il y a effectivement un ralentissement par rapport à ce que l’on a vécu dans les deux dernières années, confirme à Droit-inc Charles Spector, associé au sein du groupe de droit des sociétés du bureau de Montréal de Dentons. Mais pendant ces deux années, c’était presque de la folie furieuse. Il y avait tellement de transactions, c’était même vraiment difficile ! »

En 2020 et en 2021, les taux d’intérêt demeuraient intéressants, selon Charles Spector. Le marché boursier, à l’époque, a aussi aidé. « C’était attrayant à la fois pour des acheteurs financiers et pour des acheteurs stratégiques », remarque-t-il.

Incertitudes

Depuis, la configuration n’est plus la même. Les taux d’intérêt ont augmenté, et « toutes sortes de raisons géopolitiques » ont fait en sorte, d’après l’associé, qu’il y a eu une légère baisse dans le volume. En particulier dans les quatre derniers mois, a-t-on remarqué chez Dentons.

Charles Spector évoque en particulier, pour ce qui est des raisons géopolitiques, la guerre en Ukraine et les craintes que celle-ci, qui a notamment un impact sur les coûts de l’énergie, dure encore longtemps. « On se rend compte aussi que cela peut arriver n’importe où », affirme-t-il.

L’inflation a aussi un effet très important, et ajoute un risque additionnel, d’après l’associé qui remarque que les effets de la pandémie jouent un rôle dans ce ralentissement. Il donne l’exemple de ceux qui ont quitté leur emploi sur la base du « quiet quitting », ou démission silencieuse.

Retour à l’avant-pandémie ?

Le rythme des transactions est désormais, d’après Charles Spector, à peu près le même qu’avant la pandémie. Mais il dit avoir aujourd’hui davantage affaire à des acheteurs stratégiques qu’à des acheteurs financiers.

Les avocats de Bennett Jones précisent dans leur billet, pour leur part, que les neuf premiers mois de 2022 ont quand-même vu un volume de transactions plus élevé que celui de l’année 2018 dans son ensemble.

Récession à venir

Malgré tout, des défis importants sont à prévoir pour les trois derniers mois de 2022, à l’heure où les banques centrales du monde entier continuent d’augmenter les taux d’intérêt dans leur lutte contre l’inflation, d’après les avocats de Bennett Jones LLP.

« Si je me fie aux économistes, bien plus au courant que moi des statistiques, j’estime qu’une récession est possible, peut-être pas trop sévère, dans les prochains six à neuf mois », ajoute Charles Spector.

Cela n’a pour l’instant aucun impact sur les embauches à venir au sein de Dentons, d’après l’associé, qui précise que le cabinet est satisfait de ses performances.

Pour les avocats de Bennett Jones, « ce qu’il faut, c’est la stabilité, afin que les acheteurs et les vendeurs puissent avoir une meilleure idée des prix, de l’exécution et des risques ». C’est ce qui permettra de définir « de nouvelles bases de référence pour les performances post-pandémiques des entreprises et de leurs industries ». Pour eux, « ce n’est pas si, c’est quand ».
3437

1 commentaire

  1. Avocat sain d'esprit
    Avocat sain d'esprit
    il y a un an
    Qui peut se dire sain d'esprit et passionné des fusions-acquisitions
    Comme citoyen et juriste, je m'interroge sérieusement sur la santé mentale des avocats qui se disent ''passionnés des fusions-acquisitions''.

    Un dossier à surveiller.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires