Nouvelles

Naissance d’une legaltech mondiale

Main image

Didier Bert

2023-04-17 11:15:00

Deux legaltechs fusionnent pour créer un joueur de taille mondiale, disposant de ressources incomparables…

Les logos des firmes Fastcase et vLex.
Les logos des firmes Fastcase et vLex.
C’est tout le paysage de la recherche et de la technologie juridique qui est bouleversé par cette fusion.

Les firmes vLex et Fastcase ont annoncé leur mariage, conduisant à la création d’une entreprise unique, vLex Group, détenant la plus grande base de données mondiale, rapporte Lawnext.

vLex donne accès à des collections complètes de droit dans plus de 100 pays. Elle dessert plus de deux millions d’utilisateurs sur l’ensemble de la planète. Son assistant de recherche juridique utilisant l’intelligence artificielle, dénommé Vincent, fonctionne en anglais et en espagnol.

Relativement peu implanté aux États-Unis, vLex vient d’engager un partenariat avec l’American Bar Association pour fournir un accès au contenu antitrust du barreau.

De son côté, Fastcase revendique une base d’abonnés de plus d’un million d’avocats aux États-Unis. Cela représente les trois quarts de tous les avocats américains. La firme a noué de nombreux partenariats avec les barreaux d'État. Elle a été une des premières legaltech à intégrer GPT 3.5 d’Open AI.

La nouvelle firme, vLex Group, affirme disposer de la plus grande bibliothèque juridique mondiale. Elle entend s’appuyer sur la fusion pour accélérer les investissements dans l’intelligence artificielle en droit.

« Notre vision est d'avoir une bibliothèque juridique mondiale avec toutes les lois du monde en ligne et accessibles à tous, et traduisibles de toutes les langues à toutes les langues, commente Ed Walters, le PDG de Fastcase, cité par Lawnext. Je ne pense pas qu'il y ait une autre entreprise qui puisse réaliser cette vision. »

Dur pour le duopole

Pour les deux firmes désormais réunies en une seule, cette fusion signe la fin du duopole Wexis, qui désigne les deux acteurs majeurs de l’information juridique aux États-Unis, à savoir WestPublishing - filiale de Thomson Reuters - et LexisNexis.

« Ce marché a été dominé dans le monde entier par deux entreprises depuis aussi longtemps que l'on se souvienne. C'est le début de la fin du duopole de la recherche juridique », pointe Ed Walters.
1603

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires