Nouvelles

Décès d’un grand criminaliste

Main image

Didier Bert

2023-04-20 10:15:00

Cet avocat était devenu un des plus grands criminalistes québécois. Il s’est éteint…

Richard Shadley n’est plus… Source: Paperman
Richard Shadley n’est plus… Source: Paperman
L’avocat criminaliste Richard Shadley s’est éteint, suscitant des réactions émues dans toute la communauté juridique.

Admis au barreau en 1964, Richard Shadley a d’abord exercé comme procureur de la Couronne.

Après deux ans de pratique, le jeune avocat fonde le cabinet Shadley Mélançon, devenu récemment Shadley Knerr. Au fil des années, il se taille une réputation d’excellent criminaliste. Il aura plaidé devant tous les tribunaux, jusqu’à la Cour suprême.

« Richard était un allié infatigable, d'une précision chirurgicale et redoutable dans la salle d'audience, tout en respectant les normes les plus élevées de civilité, d'humilité et de professionnalisme. Il a acquis la réputation d'être le meilleur défenseur dans les affaires pénales difficiles », loue la famille dans l’avis de décès.

Richard Shadley a participé à plusieurs commissions d’enquête, telles que la Commission McDonald sur les activités de la GRC en 1979, la Commission Keable sur la conduite de la police après la crise d'octobre 1970, la Commission d'enquête sur l'administration de l'hôpital de Rivière-des-Prairies et la Commission Doyon sur l'achat de centrales électriques privées par Hydro-Québec en 1995.

En 1988, Richard Shadley recrute celui qui est alors un jeune avocat, Me Gilles Ouimet, actuel syndic de la Chambre de la sécurité financière (CSF). Me Ouimet travaille cinq ans aux côtés de Richard Shadley, « un des meilleurs avocats criminalistes de sa génération » dit-il, chez Shadley Mélançon Boro, avant une expérience à la Couronne fédérale et un retour en 1999 comme associé au cabinet qui s’appelle alors Shadley Battista.

« Il a été mon premier patron, mon premier mentor, j’ai appris beaucoup de Richard », salue Gilles Ouimet, qui a été marqué par « l’immense talent de plaideur, particulièrement en contre-interrogatoire » du criminaliste.

Le syndic de la CSF se souvient que les standards les plus élevés en éthique étaient incarnés dans le bureau.

« Richard m’avait dit très tôt: quand tu te poses la question de savoir si tu peux poser un geste, demande toi comment tu vas te sentir si tu dois aller devant le comité du Sénat pour l’expliquer, se rappelle Gilles Ouimet. Ça mettait la barre très haut. Il fallait être certain d’avoir pensé à tous les angles avant de pouvoir dire: je suis à l’aise de poser tel geste. »

Me Philipe Knerr, associé de Richard Shadley chez Shadley Knerr, rend un vibrant hommage à son associé et ami.

« La meilleure façon de décrire Richard est de dire qu’il était l’incarnation de toutes les qualités qu’on souhaite retrouver chez un criminaliste. Il était consciencieux, intelligent, empathique, avait un souci de l’éthique et un humanisme extraordinaire. Toutes ces qualités mises ensemble faisaient de lui un modèle pour tous et chacun. C’est la raison pour laquelle la communauté juridique dans son ensemble est en deuil », salue Me Knerr.

C’est en 2017 que Me Richard Shadley propose à Me Philippe Knerr de se joindre à son cabinet. « C’est grâce à lui que je suis l’avocat que je suis aujourd’hui », dit-il. « J’ai été extraordinairement choyé de le côtoyer professionnellement et personnellement. (…) Richard avait un coeur énorme. »

Avec le décès de Richard Shadley, « on perd un grand », poursuit Me Philippe Knerr, qui salue le vulgarisateur hors pair, le plaideur de grand talent, et les capacités extraordinaires en contre-interrogatoire de son associé.

« Parfois, on était plusieurs avocats à décortiquer une problématique. Richard écoutait tout, sans dire un mot. Puis, il proposait de simplifier le problème et de le ramener à la base. Il nous disait: essentiellement, la question est ceci. Son intervention était juste, et rendait notre problème beaucoup plus simple. C’est aussi pour cela qu’il était si bon devant un jury, et si apprécié de la magistrature », illustre Me Knerr.

Richard Shadley a enseigné le droit criminel à la faculté de droit de l’Université McGill.

Son fils Me Matthew Shadley et sa fille Me Lauren Shadley exercent au cabinet Shadley Knerr.

Le barreau du Québec l’a nommé avocat émérite en 2008. Il était fellow de l'American College of Trial Lawyers, dont il a dirigé le chapitre québécois.

Richard Shadley était aussi un passionné de hockey, un sport qu’il aura pratiqué jusqu’à l’approche de ses 70 ans, confie Gilles Ouimet. Il était un fervent partisan des Canadiens de Montréal. « Au bureau, nous avions des billets de saison, que Richard avait acquis depuis plusieurs décennies, quand les matches avaient lieu au Forum, et qui avaient été transférés au Centre Bell », se souvient Me Ouimet.

« Il faut avouer qu’il avait, de loin, les plus belles places pour assister à un match de hockey, à l’ancien Forum et ensuite au Centre Bell! » écrit l’avocat émérite Paul Ryan, fondateur de Ravinsky Ryan Lemoine, sur la page de l’avis de décès.

Parmi les nombreux hommages laissés au bas de l’avis de décès, Lyne Décarie, juge de la Cour supérieure du Québec, salue le défunt au nom de tous ses collègues: « Il a été un avocat d’exception qui a marqué son époque ainsi que ceux qui l’ont côtoyé. Son éthique professionnelle et ses qualités humaines faisaient de lui un modèle pour ses pairs et un avocat des plus appréciés à la Cour. Il nous manquera. »

« Dans ma vie d'avocate, il a toujours représenté la forme d'intégrité que, selon moi, tout avocat devrait avoir, quelqu'un qui fait ce qu’il dit. Au sein de la communauté juridique, nous devons tous nous efforcer de l'honorer et de préserver sa mémoire, en suivant son exemple », écrit Me Anne-France Goldwater, associée principale chez Goldwater Dubé.

« Le barreau pénal a perdu l'un de ses meilleurs avocats. Richard m'a donné mon premier emploi dans la défense pénale et j'ai eu la chance de passer les huit premières années de ma carrière à apprendre de lui », salue Me Mairi Springate, avocate en droit criminel et pénal, dans une publication sur les réseaux sociaux. « Il était brillant, profondément éthique et l'un des esprits les plus vifs que j'ai jamais rencontrés. Cet esprit était utilisé à des fins dévastatrices lors de ses légendaires contre-interrogatoires. »

De son côté, Me Gilles Ouimet, syndic de la Chambre de la sécurité financière, rend hommage au défunt sur LinkedIn: « Il est sans contredit l'avocat qui aura eu le plus d'influence sur l'orientation de ma carrière de criminaliste. Richard était un modèle exceptionnel pour tous les avocats qui croisaient sa route. Il était un redoutable plaideur - il fallait le voir à l'œuvre en contre-interrogatoire, du grand art! - et un gentleman aux standards éthiques les plus élevés. Il aura contribué à former plusieurs générations de criminalistes pendant sa longue et brillante carrière. La communauté des criminalistes perd un autre de ses grands. »

Richard Shadley laisse dans le deuil ses quatre enfants et ses deux petits-enfants.
5049

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires