Nouvelles

Le Barreau de Québec prône le droit à la déconnexion

Main image

Sonia Semere

2023-02-02 12:00:00

Le droit à la déconnexion est un sujet d'intérêt majeur dans le milieu du travail depuis plusieurs années. Le Barreau de Québec s’est emparé du sujet…

Me Marianne Plamondon. Source: Langlois
Me Marianne Plamondon. Source: Langlois
Ce mercredi 1er février, le Barreau de Québec a lancé, pour la première fois en collaboration avec le Barreau de Montréal, la troisième édition de son « Défi… On décroche » avec comme thématique La trêve de 7 à 7.

L’objectif de ce défi ? Durant tout le mois de février, entre 19h et 7h, les avocates et avocats sont invités à reporter au lendemain toute communication professionnelle non urgente.

Me Marianne Plamondon, avocate en droit du travail et de l’emploi, associée chez Langlois Avocats et porte-parole de cette initiative, s’intéresse particulièrement au droit à la déconnexion depuis plusieurs années.

Droit-inc a pu évoquer avec elle l’importance des enjeux autour de ce concept dans le milieu juridique.

« Avec la multiplication des technologies de l’information, les gens se retrouvent à ne plus avoir de frontière entre la vie personnelle et professionnelle », constate Me Marianne Plamondon.

Le but de ce défi est donc de faire en sorte que l'hyperconnectivité n’affecte pas leur santé mentale. Mais surtout, pour Me Marianne Plamondon, à travers cette initiative lancée par le Barreau de Québec, il y a un réel objectif de conscientisation.

Pour les cabinets d’avocats, l’heure est désormais à l’adoption des bonnes pratiques. Mais attention, avertit l'avocate, « ça ne veut pas dire qu’il faut arrêter de répondre aux clients quand il y a une urgence, mais plutôt de mieux prioriser les communications à l’extérieur des heures de travail ».

Cette hyperconnectivité s’est assurément aggravée avec le développement du télétravail ces dernières années.

« Il n’y a plus de limites, les gens répondent le soir, pendant les vacances… Il faut vraiment déterminer quels types de communication nécessitent d’être pris en compte », insiste Me Marianne Plamondon.

Mais alors, avec déjà deux éditions au compteur, y a-t-il eu une évolution dans les mentalités ces dernières années dans le milieu juridique ?

Selon l’associée chez Langlois, ce qui est sûr, c’est que cette initiative oblige vraiment à la réflexion au sein des cabinets d’avocats. Celle-ci ajoute également que l’engouement pour le défi ne fait que s’accentuer.

Côté cadre juridique, contrairement à l’Ontario qui a passé le cap l’an dernier, le Québec ne semble pas prêt à légiférer sur cette question.

« Pour le moment, tout ce qu’on a ce sont les périodes de repos prescrites par les lois sur les normes du travail dont le droit de refus de travailler passé un certain nombre d’heures. À l’heure actuelle, ça reste donc assez limité », conclut Me Marianne Plamondon.
3991

4 commentaires

  1. Chose
    Chose
    il y a un an
    Pas contre
    Moi ça me va... Tant que le Barreau reconnaît également le droit de l'avocat de favoriser les connectés dans la distribution des dossiers, de sorte que nos clients reçoivent un service conséquent avec les honoraires que nous leur imposons.

  2. DSG
    droit à la déconnexion
    Sure, do that while working at a big firm and you'll be permanently disconnected from your job.

  3. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    Je ne le crois pas
    Le code de déontologie passe avant le reste. Difficile de se déconnecter complètement alors.

  4. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    Se limiter à leur seule mission
    Les Barreaux devraient se limiter à protéger le public, en tenant compte évidemment de difficultés de la pratique privée.

    Je ne pense pas que dans les réponses données à un syndic, le droit à une déconnexion soit une défense valide. Je ne pense pas que la réponse puisse satisfaire un client qui a déboursé 30 000$ en honoraires et dont la vie est en cours de destruction.

    Au final, les Barreaux tentent de se donner bonne conscience, mais ils devraient se limiter à l'application du Code de déontologie et à le faire avec modération, ce qu'ils font généralement.

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires