Nouvelles

Les avocats, trop gourmands ?

Main image

Marie-ève Buisson

2022-08-17 15:00:00

Un avocat critiqué par un juge pour ses honoraires « excessifs » livre à Droit-Inc sa version des faits...

L'avocat Alain Arsenault. Source: Site web d’Arsenault Wee Dufresne
L'avocat Alain Arsenault. Source: Site web d’Arsenault Wee Dufresne
Après une carrière consacrée à la défense des victimes, l'avocat Alain Arsenault s'est récemment fait reprocher par le juge Thomas M. David des honoraires « excessifs » dans le règlement d'une action collective contre les Clercs de Saint-Viateur.

L'entente aurait accordé au cabinet d'avocats montréalais Arsenault, Dufresne et Wee, qui représentait les plaignants, plus de 8 millions de dollars en honoraires, sur un règlement de 28 millions.

L'abbé René Tessier a d'ailleurs profité de cette situation pour dénoncer les attentes irréalistes de juristes envers l'institution qu'est L'Église catholique.

« Il faut arrêter de penser que l’Église est riche à craquer parce que c’est complètement faux et il faut arrêter de penser à des montants astronomiques », a déclaré au Journal de Québec l'agent de communication du diocèse de Québec.

Des propos qui ont contribué à faire réagir Me Arsenault, qui a livré ses pensées dans un entretien à Droit-Inc.

Trop gourmand ? Pas vraiment

Me Alain Arsenault, qui représente les demandeurs dans plusieurs actions collectives contre le Clergé, croit que les avocats ne sont pas trop gourmands.

« Nous sommes en effet très gourmands pour les personnes ayant vécu des agressions sexuelles par des prêtres. Nous voulons aller chercher le maximum d’argent possible pour les victimes », indique-t-il.

Selon l’avocat, le montant réclamé à l’Église n’est pas exagéré.

« J’ai déjà vu dans des recours collectifs semblables, des indemnisations allant jusqu’à 250 000 dollars. Pourquoi est-ce que le diocèse de Québec ou de Montréal aurait un passe-droit là-dessus? Arrêtons de penser qu’ils ont une position privilégiée et qu’ils devraient moins payer que les autres. »

L’abbé René Tessier a décliné notre demande d’entrevue. Il a toutefois indiqué par courriel que « les plaignants ont beau obtenir plusieurs millions, il ne leur reste presque rien pour eux une fois que les avocats se sont servis très plantureusement ».

Un commentaire qui n’a pas plu à Me Arsenault. « Je suis particulièrement fâché de cette réponse, car c’est une insulte à l’ensemble des avocats et à nous particulièrement. J’ai consacré ma vie à représenter les victimes d’abus d’autorité et je n’ai pas fait d’argent avec ça ».

L’abbé Tessier faisait ici référence à la décision évoquée ci-haut dans le recours contre Les Clercs de Saint-Viateur et qui a depuis été porté en appel.

« Tout d’abord, il faut rappeler que le jugement a été porté en appel. Ensuite, lorsqu’on compare avec d’autres congrégations religieuses, le tribunal a déjà accordé 30 % et nous on réclamait 25 % pour à peu près le même nombre d’heures de travail. Si ce que fait l’abbé est de la tactique de négociation, moi je peux vous dire que ça ne m’impressionne pas », ajoute Me Arsenault.

Les avocats Justin Wee et Virginie Dufresne-Lemire. Source: Site web d’Arsenault Wee Dufresne
Les avocats Justin Wee et Virginie Dufresne-Lemire. Source: Site web d’Arsenault Wee Dufresne
Me Arsenault conclut en disant: « Entendre ce genre de personnage, du haut de sa sagesse, dire des imbécilités et des insultes, je ne suis pas sûr qu’on va en rester là ».

Rappelons que la Cour supérieure a autorisé en mai dernier une demande d’action collective contre le diocèse de Québec. Celle-ci vise l’ensemble des personnes ayant été agressées sexuellement par un membre du clergé diocésain depuis 1940.

Les demandeurs réclament environ 600 000 dollars par victime. Jusqu’à maintenant, 110 plaignants se sont manifestés. L'équipe d'Alain Arsenault, composée de Justin Wee et de Virginie Dufresne-Lemire, est derrière ce dossier avec celle de Bellemare Avocats.

Arsenault Wee Dufresne est impliqué dans 18 actions collectives contre des congrégations religieuses ou des diocèses.
9075

16 commentaires

  1. Paul
    Gourmandise
    Cet Avocat est très gourmand. Je serai curieux de voir ce qu’il reste aux victimes. Il est inacceptable qu’il prenne des millions de dollar en honoraires qui n’est pas représentatif du travail qu’ils ont réalisé. Il n’agisse pas dans l’intérêt des victimes mais dans l’intérêt de leurs propres poches.

    • Jean-Sylvio Ouimet
      Jean-Sylvio Ouimet
      il y a un an
      Nétiquette de Droit Inc.
      En rapport avec la "Netiquette de Droit Inc."

      Je considère que le commentaire de Me Arsenault, en sa conclusion, ne méritait pas autant d'attention.

      Concernant le caractère injurieux et diffamatoire de son commentaire, il aurait été difficile de faire pire.

      Me Arsenault conclut en disant: « Entendre ce genre de personnage, du haut de sa sagesse, dire des imbécilités et des insultes, je ne suis pas sûr qu’on va en rester là ».

      Voilà qui m'a particulièrement piqué pour quelqu'un qui devrait rechercher l'intérêt des victimes, alors que de manière certaine, son commentaire témoigne d'une quérulence certaine dans cette affaire.

      S'en donnera t-il une raison pour transformer son attitude en préjudice pour facturer des honoraires?

    • DSG
      Agreed
      People who enrich themselves from other peoples' misery and suffering are leeches.

  2. Jean-Sylvio Ouimet
    Jean-Sylvio Ouimet
    il y a un an
    Orgueil et condescendance ou justice et humilité ?
    Les commentaires de Me Arsenault ne me font pas pleurer, bien au contraire. Un commentaire qui n’a pas plu à Me Arsenault. « Je suis particulièrement fâché de cette réponse, car c’est une insulte à l’ensemble des avocats et à nous particulièrement. J’ai consacré ma vie à représenter les victimes d’abus d’autorité et je n’ai pas fait d’argent avec ça ».

    Pas fait d'argent avec ça!?! Tab..... ! Pour vous dire que je n'ai rien d'un religieux catholique. Y a des limites à rire du monde. À en comprendre ce "spécialiste" des questions religieuses en matière de litige, il s'est fait un devoir d'agresser l'agresseur pour lui soutirer le maximum d'argent possible.

    La principale vertu des poursuivants semble l'argent comme moyen de règlement. Et le rapport que j'en constate en lisant ce texte, c'est une vengeance d'ordre légale du procureur qui a une dent contre un homme religieux qui avait droit à son commentaire.

    On est loin ici de la défense humble et simple de la veuve et de l'orphelin dans cette affaire.

  3. A
    A
    Quatre avocats à la barre pour plaider une requête, ça soulève déjà des questions sur la compétence de chacun. Quatre! Pas moins de quatre.

    Durée de l'audience: un jour.

    A.B. c. Clercs de Saint-Viateur du Canada, 2022 QCCS 2484 (CanLII)

  4. A
    A
    Sur les 4 avocats, il y en a deux qui sont Barreau 2016 et 2014.

    Donc, respectivement 1 an de Barreau et 3 ans de Barreau lors de l'introduction de l'action.

    Qu'ils demandent chacun 250$ par heure comme le relève la décision du Juge, le Barreau devrait y voir...

  5. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an

    Quel manque de professionnalisme ahurissant.

    Les honoraires réclamés correspondent à plus de dix avocats senior se consacrant exclusivement et à temps plein pendant plus d’une année entière à un seul dossier, ce qui est hautement improbable pour un dossier de ce genre. Aucun rapport avec les intérêts des victimes, bien au contraire. Les avocats méritaient totalement de se faire remettre à leur place.

    Une honte pour nous tous. On se serait bien passer de sa “version des faits”.

  6. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    Qu'il ouvre ses livres!
    Me Arsenault va lui-même sur la place publique pour clamer qu'il ne fait pas d'argent avec ça. Qu'il ouvre donc ses livres pour le prouver.

  7. Jean
    Actions collectives
    Leur recette est de prendre des religieux décédés, d’alléguer des abus sexuels et de faire autoriser des demandes en autorisation plutôt faciles à obtenir. Puis de régler les dossiers pour des millions. Ils prennent alors 25%. Ils n’ont plaidé aucune cause au fonds. Et il ose dire qu’il ne fait pas d’argent !!! Ridicule la sortie de Me Arsenault: du self-serving image.

  8. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    .
    « nous on réclamait [72 000$ pour chacun des 110 plaignants] pour à peu près le même nombre d’heures de travail »

  9. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    Anonyme
    Je ne crois pas que c'est le seul avocat qui encaisse tant d'argent dans ce genre de dossier (recours collectif / agressions sexuelles). Ça me fait penser au fameux règlement de 60 M$ contre les Frères du Sacré-Cœur qui s'est finalisé l'année dernière. Il appert que le cabinet qui represente les victimes a touché 30 % de 60 M $ ...

  10. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    Il manque de panache, comme c'est souvent le cas chez les nouveaux riches
    "Me Arsenault va lui-même sur la place publique pour clamer qu'il ne fait pas d'argent avec ça."


    Pas exactement.

    Dans un article récent, on évoquait les complets bon marchés que Me Arsenault a porté pendant plusieurs décennies, et qu'il continue de porter alors qu'il a maintenant les moyens de se payer du luxe. Pour le journaliste c'était une manière de résumer un geste par lequel Me Arsenault savoure maintenant une vengeance professionnelle, après avoir passé pour un plouc pendant longtemps, aux yeux de bien des gens.

    L'air du temps étant favorable au type de cause qu'il mène, Me Arseneault ne prend effectivement pas beaucoup de risques, si bien qu'il devrait avoir la victoire modeste. Toutefois, comme bien des gens dans sa situation, le succès lui monte à la tête.

    Dans le film Ridicule, de Patrice Lecompte, l'ambitieux abbé de Villecourt, en pleine ascension, perd la faveur du roi pour une phrase de trop. Peut-être Me Arseneault perdra-t-il la faveur des juges de la même façon.

  11. Observateur anonyme
    Observateur anonyme
    il y a un an
    Franchement!
    Le Syndic du Barreau devrait faire une lecture attentive des propos de Me Arsenault. Il me semble que cela déconsidère la profession d'avocat...

    • Pigeon dissident
      Pigeon dissident
      il y a un an
      Mon grain de sel
      Il me semble que vous y aller un peu fort en réclamant l'intervention du syndic.

      Mais , évidemment il aurait été préférable pour Me.Arseneault de garder ses commentaires pour lui-même et ses collègues de bureau.

  12. Aanonyme
    Aanonyme
    il y a un an
    Inexactitudes
    Il y a matière à débat dans le jugement sur les honoraires, mais les commentateurs sur cette page ne savent pas de quoi ils parlent.
    1. Paul serait "curieux de voir ce qu’il reste aux victimes". Ben lisez donc le jugement : il leur restera 75% des 28 millions $.
    2. Selon DSG : "People who enrich themselves from other peoples' misery and suffering are leeches." That would include most of the criminal law and family law bar but more fundamentally, should people who represent victims of abuse work for free because of the nature of the injury?
    3. Jean-Sylvio Ouimet écrit : " il s'est fait un devoir d'agresser l'agresseur pour lui soutirer le maximum d'argent possible. La principale vertu des poursuivants semble l'argent comme moyen de règlement". À ce que je sache, c'est toujours l'obligation de l'avocat de la demande de soutirer le maximum d'argent possible et de règler s'il peut.
    4. Jean prétend que "leur recette est de prendre des religieux décédés, d’alléguer des abus sexuels et de faire autoriser des demandes en autorisation plutôt faciles à obtenir. Puis de régler les dossiers pour des millions. Ils prennent alors 25%. Ils n’ont plaidé aucune cause au fonds". Parfois les abuseurs sont décédés, parfois ils sont vivants, car les abus sexuels ne se prescrivent plus. Les autorisations sont relativement faciles à obtenir, les règlements beaucoup moins puisque les corporations réligieuses peuvent faire faillite. Un taux de 25% est tout à fait normal en responsabilité personnelle où l'avocat attend des années avant d'être payé. Et en matière d'abus, éviter les procès est une qualité plutôt qu'un défaut.
    5. Selon Anonyme, "Me Arsenault savoure maintenant une vengeance professionnelle, après avoir passé pour un plouc pendant longtemps, aux yeux de bien des gens". Me Arsenault n'a jamais manqué d'agressivité professionnelle ce qui lui a permis de poursuivre des autorités publiques et réligieuses alors que d'autres avocats ne l'osaient pas (les règles sur la prescription étant différentes à l'époque).

  13. HONTEUX
    HONTEUX
    il y a un an
    C. L.
    Franchement Me Arseneault, ce n’est pas les indemnités versées aux victimes qui ont fait sourciller le juge Davis, mais uniquement les honoraires de votre cabinet pour un dossier où vous avez fourni une preuve non crédible du taux horaire de l’avocate Dufresne et des heures investies par votre cabinet dans ce dossier.
    De plus, si vous avez tant à cœur l’intérêt de victimes que vous représentez, pourquoi avoir fait appel du jugement du juge Davis, avec cette fois l’aide du cabinet Kugler, plutôt que de diminuer vos honoraires tel que vous l’aviez initialement mentionné? Votre sortie est pathétique dans les circonstances.
    J’imagine que Kugler finance cet appel pour ne pas se voir mettre des bâtons dans les roues dans leurs propres dossiers d’actions collectives…

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires