Nouvelles

Un avocat lance son propre parti!

Main image

Stéphane Tremblay

2022-08-31 15:00:00

Un avocat se lance en politique en mettant sur pied son propre parti, dont l’objectif est de faire du Québec le 51e État des États-Unis…

Hans Mercier. Source: Site web du Parti 51
Hans Mercier. Source: Site web du Parti 51
Me Hans Mercier est bien connu pour avoir intenté un recours judiciaire en Cour supérieure contre le gouvernement du Québec pour faire tomber le passeport vaccinal, l’an passé. Voilà que l’homme d’affaires, propriétaire de deux restaurants à Saint-Georges et Beauceville, plonge dans l’arène politique.

Un grand saut en formant son propre parti politique, le Parti 51 !

Le Beauceron dit avoir remarqué que peu importe le parti au pouvoir, il y a toujours de la division. L’avocat est persuadé que son parti est le seul qui peut mettre fin à cette dispute entre les souverainistes et les fédéralistes.

L’homme de 49 ans et père de quatre enfants est convaincu qu’il est réaliste de croire que les Québécois puissent devenir Américains.

Me Mercier, vous êtes à la tête du Parti 51. Quel est ce parti?

C’est arrivé plusieurs fois que les Québécois ont failli devenir Américains. L’une des dernières fois a été durant l’accord du lac Meech, car ça devenait une alternative pour les anglophones. Les autres fois dans le passé, ça n’a pas fonctionné, parce que le Québec est très catholique, alors que plusieurs États américains sont protestants.

Quelle est la différence avec les autres partis souverainistes du Québec ?

Le Parti 51 est la solution rassembleuse et idéale pour tous les Québécois autant pour les souverainistes que les fédéralistes. Autant les anglophones que les francophones, autant les allophones que les Québécois de souche. Bref, pour tout le monde.

On est le seul parti, à ma connaissance, qui a des fédéralistes anglophones et des souverainistes francophones dans le même parti, justement parce que ça répond à ces besoins-là.

Mais le gouvernement du Québec a tenté à deux reprises par référendum de quitter le Canada, sans succès?

Même si vous pensez que mon idée est utopique, dites-vous que c’est moins utopique que le Parti québécois qui veut se séparer avec sa propre monnaie, son armée et son économie.

D'ailleurs, l’économie, ça doit être un point facile à vendre à vos futurs électeurs?

C’est vrai que c’est le plus facile car un Québec avec un dollar américain, pas de TPS, dans un marché mondial ferait exploser notre économie. Nous serions tous plus riches.

Si l’économie est un point fort du Parti 51, la langue est sûrement un point faible. La langue française serait-elle menacée dans un Parti 51?

Les États-Unis n’ont pas de langue officielle au niveau fédéral. Le Parti 51 permettrait de parler la langue voulue par le peuple. Les États-Unis ont essayé de faire de l’anglais la langue officielle, mais il y a trop de hispanophones. Les gens qui s’inquiètent pour la langue, je réponds qu’il est plus facile de se faire servir en français dans un dépanneur à Miami qu’à Montréal.

Non seulement aucune loi fédérale des États-Unis n’empêche un État d’opérer dans la langue de son choix, mais il est interdit par loi de refuser d’offrir des services gouvernementaux à une personne qui ne parle pas anglais.

Autre point qui serait difficile à faire accepter aux Québécois devenus Américains, la loi qui n’est pas assez contraignante sur les armes à feu. Vous craignez que le Québec, nouveau pays des États-Unis, devienne un signe de violence?

Ce n’est pas parce que vous avez le droit d’aller vous acheter une arme à feu demain matin que vous allez nécessairement y aller. Ce n’est pas dans la culture québécoise.

Vous devez surement faire face à de nombreuses idées préconçues donnant souvent une image noire des États-Unis?

Il y a énormément de préjugés qui ont la couenne dure, comme le fait qu’on n’aurait plus d’assurance-maladie, ce qui est complètement faux, parce que c’est un programme qui est essentiellement québécois. Si on veut le garder, on peut le faire. C’est nous qui décidons.

Sur le plan politique, y aurait-il une nouvelle constitution?

Bien sûr et on réduirait la machine gouvernementale passant de 125 députés actuellement à 75 avec 17 sénateurs régionaux, un pour chaque région du Québec. Tous seraient élus et non nommés. Même le Procureur général du Québec devrait être élu et non nommé parmi les députés du parti au pouvoir. Autre grande différence, les mandats seraient de quatre ans pour un maximum de deux mandats. Pas question de s’acheter une pension au Parti 51.

Quel serait l’article numéro un de la constitution?

Vivre et laisser vivre. La liberté de l’un s’arrête où la liberté de l’autre commence. Il faut parfois utiliser plus la carotte que le bâton. La pandémie a été un bon exemple d’abus de pouvoir de nos élus.

Parlant de la pandémie, vous avez été étiqueté complotiste, n’est-ce pas ?

Ça me fait rire car oui j’ai défendu devant les tribunaux l’obligation d’être vacciné. Pas parce que j'étais contre le principe, je suis moi-même vacciné, mais parce que je trouvais ça discriminatoire. Dès que nous avons un discours différent de celui qui est officiel, on passe pour des complotistes. Il faudrait avoir le droit encore à la nuance. Même des journalistes et des avocats disent ne pas avoir le droit de parler et d’exprimer librement leurs opinions par peur de représailles du patron. C'est grave car les journalistes sont le 4e pouvoir.

Les défis seront colossaux pour la prochaine campagne électorale. Soyons honnête, vous ne deviendrez pas le premier ministre du Québec demain matin?

Le plus difficile est de se faire connaître car nous n’avons pas la même visibilité que les partis officiels. Mais nous avons déjà des candidats dans cinq circonscriptions et la date limite pour présenter d’autres candidats est le 17 septembre. Il me reste encore du temps. Ça ne sera pas facile, mais si les gens comprennent bien la différence avec notre gouvernement proposé et celui actuellement en place, on peut créer la surprise.

Vous êtes le chef du parti, comment avez-vous l’intention de vous faire connaître davantage?

Je réalise des capsules vidéo sur le Web pour bien expliquer le parti, dont le slogan est liberté, sécurité et prospérité. J’explique les différences du gouvernement québécois actuel avec celui qu’il deviendrait en étant un État des États-Unis, et ce, chaque semaine. Tous les secteurs du législatif, de l’exécutif et du judiciaire sont clairement détaillés et expliqués avec des mises en contexte et des exemples. Les gens doivent bien comprendre le pourquoi d’aller voter le 3 octobre prochain.
5760

7 commentaires

    • Anonyme
      Anonyme
      il y a un an
      Danger!
      Si je vivais en Beauce, je me méfierais... Ils mettent quoi dans l'eau??? Me semble que les "champions" sont souvent beaucerons.

  1.  Semoi
    Semoi
    il y a un an
    Bien parti
    Ce type du parti 51 a-t-il lu les articles 48 et suivants du Code des professions ? Quelqu’un du Barreau pour lui rappeler 54 ?

    • youpee
      youpee
      il y a un an
      excellent
      Ahaha! Vous avez fait ma journée!

  2. DSG
    La langue française serait-elle menacée dans un Parti 51?
    No danger there. The French language is just flourishing in Louisiana.

  3. Anonyme
    Anonyme
    il y a un an
    Un connaisseur
    "il est plus facile de se faire servir en français dans un dépanneur à Miami qu’à Montréal" - tiens, un autre Beauceron qui est pas revenu à Montréal depuis les Olympiques de '76 et qui pense qu'on magasine encore chez Eaton. Dommage que la trail de ski-doo ne travers pas le pont Jacques-Cartier, je suis sûr que ça élargirait ses horizons.

  4. JP
    Ce serait une bonne idée
    On arrêterait peut-être d'être l'endroit parmi les plus pauvres en Amérique du Nord (et nettement).

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires