Nominations

Cet avocat vient en aide aux enfants

Main image

Camille Dufétel

2023-02-28 08:30:00

Un avocat qui rêvait de « défis humains » vient d’obtenir un poste au sein d’une Fondation. Laquelle ? Et quel avocat ?

Me Vincent Lachance. Source: LinkedIn
Me Vincent Lachance. Source: LinkedIn
Me Vincent Lachance a intégré le 16 janvier la Fondation Dr Julien en tant qu’avocat-médiateur. Il était jusqu’alors avocat en litige en responsabilité civile chez BCA Avocats où il est resté une année.

« J’identifie tous les stress toxiques qu’un enfant ou sa famille peuvent vivre, afin de les éliminer », détaille-t-il.

Rappelons que la Fondation Dr Julien permet à chaque enfant issu d’un milieu vulnérable de « développer son plein potentiel grâce à la pédiatrie sociale en communauté ».

Le Barreau 2021 précise qu’un stress toxique peut avoir diverses raisons, comme un enfant qui a des problèmes d’apprentissage mais n’a pas les ressources nécessaires à l’école. « Je vais aider l’enfant à obtenir des ressources ».

Quelle que soit la situation, il s’assure que le développement de l’enfant ne soit pas compromis, au niveau légal. Il touche au droit de l’immigration, au droit du logement, au droit civil… « C’est vraiment très large, assure-t-il. Je suis un généraliste et je dois trouver des solutions très originales pour aider rapidement la famille. »

Le Garage à musique

Me Lachance précise qu’il travaille comme seul avocat au Garage à musique, l’un des centres affiliés à la Fondation, spécialisé en pédiatrie sociale et qui combine la pratique collective de la musique ainsi qu’un accompagnement scolaire adapté.

Il suit ainsi, au sein de ce Centre, les familles qui viennent consulter un pédiatre. Durant deux journées cliniques où plusieurs intervenants sont présents ainsi que des personnes importantes pour l’enfant, il pose des questions au niveau légal.

Concrètement, si des problèmes de voisinage perturbent par exemple l’enfant, il peut accompagner la famille pour un changement de logement, ou pour faire en sorte que ces troubles s’arrêtent. Par la suite, il fait des suivis auprès des familles.

« Je vois à quel point cette Fondation aide énormément de personnes chaque jour et c’est beau à voir », lance l’avocat.

Un changement souhaité

Chez BCA Avocats, son ancien employeur, Me Lachance décrit une pratique très variée axée sur la responsabilité civile et la responsabilité médicale. Il décrit les associés Me Pierre Bazinet et Me Benoît Chartier comme de très bons mentors.

Il évoque une très belle expérience mais qui le rejoignait moins au niveau des valeurs. « Je trouvais qu’il me manquait quelque chose dans mon emploi, et je ne savais pas trop quoi, remarque-t-il. Ça m’a pris un an à déterminer que ce qui me manquait, c’était le côté humain. »

Il explique avoir fait auparavant son stage chez Therrien Couture Joli-Cœur et s’être alors rendu compte que le milieu des gros cabinets ne l’intéressait plus.

Au départ, « je me suis dit, ‘je vais aller vers le droit criminel, je vais aller à l’Aide juridique’ », poursuit-il. À l’Aide juridique, aucun poste en droit criminel n’était ouvert au moment de sa recherche d’emploi.

Il a tout de même remis sa démission à BCA Avocats pour le 22 décembre et s’est dit qu’il prendrait le temps de rechercher un emploi. Dans le même temps, il a vu passer sur LinkedIn le poste d’avocat-médiateur au de la Fondation Dr Julien.

Il a réalisé que les tâches et les valeurs décrites dans l’offre cochaient toutes les cases de ce qu’il recherchait, et a appliqué.

''Timing'' parfait

L’avocat dit avoir eu un coup de cœur durant les entrevues et explique que sa dernière journée à l’emploi de BCA Avocats est aussi celle où la Fondation lui a indiqué que le poste était pour lui.

« La première journée de mon emploi à la Fondation, j’étais assis dans la cuisine et je me sentais bien. Ça faisait longtemps que je ne m’étais pas senti aussi bien professionnellement parlant ».

L’avocat adepte de ski de fond avait besoin de se trouver. « Il y a tellement de pratiques en droit, que je ne savais pas ce qui m’intéressait, et là, je crois que je m’en rapproche, souligne-t-il. C’est apaisant. »

L’avocat trouve d’ailleurs important de parler de ce type de pratique, de droit intégré en pédiatrie sociale, dont tous les étudiants ne connaissent pas nécessairement l’existence.

Il a d’abord obtenu un baccalauréat en économie et politique à l’Université de Montréal avant d’en décrocher un second en droit, puis un Juris Doctor. Il dit d’être tourné vers le droit précisément pour « aider et redonner à sa communauté », même si c’est « vraiment cliché ».

L’avocat se dit par ailleurs très impliqué dans le milieu culturel, notamment auprès de la Jeune Troupe du Théâtre de Quat’Sous à Montréal, par le biais d’activités de financement pour soutenir la relève.
2902

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires