Carrière et Formation

Il plaque son cabinet pour la course à pied!

Main image

Camille Dufétel

2023-03-24 15:00:00

Si la conciliation vie pro/vie perso est souvent abordée, celle de la vie pro/vie sportive l’est moins, déplore un avocat qui quitte son cabinet pour se consacrer à l’athlétisme.

Kevin Robertson
Kevin Robertson
Me Kevin Robertson vient de quitter son cabinet, Patrice Brunet, avocat, à Outremont, après un an de pratique. La raison est simple. Pour lui, concilier sa carrière sportive et son métier d’avocat était ingérable.

« Le 18 février dernier marquait ma première année à titre d’avocat. Douze mois plus tard, je constate que ce fut une année en montagnes russes », a écrit Me Robertson sur LinkedIn.

« Depuis toujours, j’ai l’habitude de tout faire à vitesse grand V, ajoute celui qui a débuté l’athlétisme en 2014. Cependant, avec du recul, je comprends aujourd’hui que la qualité prime sur la quantité. Face à ce constat, j’ai décidé de m’investir davantage en athlétisme et de relever de nouveaux défis. »

Du haut de ses 24 ans, le Barreau 2022, qui ne regrette en aucun cas d’avoir étudié le droit ni d’être devenu avocat et a apprécié son expérience dans son cabinet, a dû se rendre à l’évidence.

Le métier d’avocat ne peut pas se marier avec une carrière sportive, même avec un employeur compréhensif. Cumuler les deux, c’est l’assurance d’en pâtir sur le plan de la santé mentale, croit-il.

D’autant que pour l’avocat, le sport n’est pas uniquement un loisir. Celui qui a déjà pratiqué le karaté, le soccer et le basketball, s’est finalement concentré sur la course à pied. Il est devenu spécialiste du 1500 mètres.

Il a déjà représenté le Canada à quatre reprises sur la scène internationale. En 2021 et en 2022, il était supporté par le gouvernement fédéral, mais aussi le provincial, puisqu’il avait obtenu un brevet, une subvention financière mensuelle pour lui permettre de se consacrer à sa pratique.

Kevin Robertson
Kevin Robertson
Un déclic

Il a perdu cette allocation cette année, et c’est d’ailleurs l’un des facteurs qui l’a poussé à quitter son cabinet. Pour obtenir ce brevet, il y a des standards spécifiques à atteindre, plus concrètement, des chronos.

L’avocat n’a pas atteint ces standards et sans vouloir mettre le blâme sur son emploi, il pense qu’il en avait beaucoup sur les épaules. Il a ressenti beaucoup de fatigue physique et mentale dans la dernière année.

Il parle d’un cercle malsain pour lui, parce que le fait de cumuler ces deux carrières faisait en sorte qu’il devenait insatisfait de ses performances sportives et du travail qu’il effectuait.

Ce qui a aussi été difficile pour lui est de ne connaître personne vivant la même situation que lui. À l’heure où la conciliation vie personnelle/vie professionnelle est de plus en plus abordée, en particulier dans le milieu juridique, il ne pouvait pas aborder sa problématique, la conciliation vie sportive/vie professionnelle.

Les sportifs qu’il connaît se consacrent à 100 % à leur sport ou sont encore aux études.

Et il y a une grande différence entre le fait d’être aux études et celui d’être sur le marché du travail, a constaté celui qui aimerait beaucoup participer aux Jeux olympiques d’été de Los Angeles en 2028, si ce n’est pas à ceux de Paris en 2024.

Il souhaiterait avant tout retrouver son brevet et exploiter son potentiel à 100 % pour ne pas avoir de regrets.

Kevin Robertson
Kevin Robertson
Pression du métier

Me Robertson a rejoint Patrice Brunet, avocat par un concours de circonstances. Durant la pandémie, alors qu’il recherchait un stage, le père d’un de ses coéquipiers en athlétisme, qui est avocat et qui avait déjà travaillé avec Me Patrice Brunet, les a mis en contact.

À la suite de plusieurs entrevues, il a été pris et a ainsi entamé sa carrière juridique. Dans ce cabinet, il assistait notamment diverses compagnies dans leurs démarches d’immigration. Il précise que Me Patrice Brunet, adepte de sport, était très conciliant avec lui.

« Mais c’est quand même le domaine juridique donc il y a beaucoup de pression, beaucoup d’heures, et il faut que les mandats soient effectués », souligne-t-il. Ce cabinet se situant loin de chez lui, il ajoute qu’il avait une heure de trajet le matin et une autre heure le soir, du temps finalement perdu.

Il espère aujourd’hui trouver un emploi, dans le domaine juridique ou non, avec des horaires plus souples pour avancer dans sa carrière sportive.

Kevin Robertson
Kevin Robertson
Un plan B pour la suite

Pourquoi a-t-il décidé d’étudier le droit et de devenir avocat ?

« C’est une très bonne question et à ce jour, je me le demande encore, répond Me Robertson. Mon plan numéro 1 était de devenir professeur d’éducation physique, mais considérant que je faisais déjà beaucoup de sport, j’avais décidé de m’inscrire dans ce domaine, quitte à changer par la suite. »

Après sa première session, il s’est rendu compte que ce domaine lui plaisait et qu’il rejoignait ses valeurs, lui qui se considère comme une personne très minutieuse. Il aime toujours le droit aujourd’hui.

Son intérêt pour celui-ci s’est aussi développé grâce à certaines séries sur Netflix, dont celle d’Aaron Korsh, Suits, qui se déroule dans un grand cabinet d’avocats et dans laquelle joue notamment Meghan Markle.

Ayant bien conscience qu’une carrière sportive n’a qu’un temps, Me Robertson se tiendra prêt à réintégrer, à l’issue de celle-ci, éventuellement un cabinet en droit du sport, ou une fédération.
6017

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires