Campus

Jodi Ettenberg : de juriste à globe-trotter

Main image

Céline Gobert

2011-03-16 13:15:00

En 2008, six ans après l’obtention d’un diplôme universitaire en droit civil et en common law à McGill, Jodi Ettenberg quitte son emploi de juriste à New-York et décide de partir faire le tour du monde. Elle témoigne de cette expérience.

"Jusqu’où notre éducation juridique influence-t-elle notre pensée ? Cette question me hante, où que je sois. Même si mon quotidien est éloigné des préoccupations juridiques, mon esprit se retrouve toujours à analyser la politique et la culture d’un nouvel endroit. Je suis toujours en quête de l’origine, cachée derrière mes actions. Si l’on extrait la fille de la loi, peut-on extraire la loi de la fille ? La réponse est claire : non.

Sur le toit d’un minibus, j’ai chanté une berceuse à une chèvre sur mes genoux- j’ai échoué sur le fleuve Irrawady en Birmanie - taillé la route à travers le Laos, vécu avec des nomades en Mongolie, vu Bangkok (et ma rue) en flammes. Et dans toutes ces (més)aventures, je me suis posée des questions sur les raisons qu’ont les gens de faire ce qu’ils font et sur tout ce qui constitue la société. Je pense que cette soif de comprendre le fond des choses, je l’ai apprise à l’école de droit d’abord, dans ma pratique professionnelle ensuite.

On me demande souvent l’intérêt d’avoir fait tant d’études pour finalement partir en voyage. Certains (les touristes) veulent comprendre pourquoi j’ai renoncé à un salaire new-yorkais, même s’ils ont l’impression que c’est une bonne chose. D’autres (principalement des américains) m’interrogent sur ma dette scolaire. Je leur rétorque que mes frais de scolarité au Canada étaient si raisonnables que j’aurais réglé n’importe quelle dette uniquement avec mes premières années de pratique- réponse qui les laisse bouche bée. Les derniers (les autochtones) sont déconcertés de me voir me nourrir d’une soupe de nouilles lorsque je pourrais me trouver confortablement assise derrière un bureau.

Dans ma famille, on plaisante en disant que j’ai postulé à l’école de droit uniquement parce que l’on m’avait parié qu’ils ne me prendraient pas ! Et c’est vrai ! Quand McGill m’a acceptée, à peine sortie du CEGEP, j’aurais bien refusé l’offre par orgueil. Mais je ne désirais rien d’autre que d'apprendre une nouvelle façon de penser le monde.

Mon éducation n’a pas cessé de m’influencer depuis et - à ceux qui me demandent pourquoi je fais tout ça - je leur réponds ceci : parce que l’on m’a enseigné que je pouvais. Et je ne suis pas la seule dans ce cas. A la question : « Comment votre formation juridique change-t-elle votre manière de percevoir le monde d'aujourd'hui? », des romanciers, des humoristes, des employés de la Croix-Rouge parlent tous de cette influence. Pour ma part, il est clair que mon regard sur les endroits que je visite et cette voix qui a poussé tous ces gens à me lire, je ne les dois qu’à mes études de droit."

Pour lire la totalité du texte sur McGill Focus, cliquer ici.


Le blog de Jodi Ettenberg : [http://www.legalnomads.com/]


Jodi Ettenberg en bonne compagnie à Chiang Mai
Jodi Ettenberg en bonne compagnie à Chiang Mai



13419

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires