Entrevues

Comment améliorer le système de justice?

Main image

Elyse L. Perreault

2018-10-09 11:15:00

Trois avocats, un consensus : le désengorgement des tribunaux passe en partie par l'éducation des citoyens au système de justice...

Mes Gilles Trudeau, Pierre Noreau et Denis Roy
Mes Gilles Trudeau, Pierre Noreau et Denis Roy
La récente course électorale provinciale a ramené bien des débats sur la table en matière de problématiques auxquelles fait face notre système de justice. Parmi celles-ci : l’engorgement des tribunaux et le manque d’accessibilité des citoyens au système de justice.

Mes Gilles Trudeau, Denis Roy et Pierre Noreau sont trois avocats qui s'intéressent à notre système de justice. Droit-inc leur a posé quelques questions.

Besoin d’éducation criant pour désengorger le système

«Il faut à tout prix que notre gouvernement prenne les moyens nécessaires afin que la population connaisse et comprenne la Loi et le système de justice», s’entendent-ils pour dire.

D’une part, ils estiment que des citoyens mieux éduqués à cet égard pourront éviter d’entrer dans le tourbillon de la justice en faisant des choix plus éclairés, sachant mieux quels gestes pourraient les mettre dans l’embarras et comment ne pas se faire berner.

D’autre part, ils croient que si la population connaît les rouages du système, mais aussi les autres ressources qui peuvent lui venir en aide en cas de litige, elle pourra opter pour d’autres alternatives en cas de pépin, plutôt que d’avoir le réflexe de se tourner vers les tribunaux dès le début.

Des citoyens laissés à eux-mêmes

«Selon notre système de justice, à compter de l’âge de 18 ans, tout citoyen est réputé connaître et respecter la Loi, dit Me Roy. Mais on constate vite que c’est loin d’être le cas!», poursuit-il.

Le juriste, qui a été président de l’aide juridique pendant 12 ans, interroge la logique de s’attendre à ce que la population connaisse et comprenne bien le fonctionnement du système de justice alors qu’on ne lui fournit aucun outil pour y parvenir. Il est d’avis que des cours sur le sujet devraient être obligatoires au secondaire.

Son confrère, Me Noreau, renchérit:

«On parle minimalement d’une base, d’une matrice! Ce serait un bon début, dit-il. La plupart des gens ne savent même pas en quoi consiste un contrat, ni quand ou comment il est applicable! Pourtant, c’est le genre d’apprentissage qui va nous servir toute notre vie», souligne-t-il.

Le rôle des médias

Me Noreau note que les médias ont aussi leur part de responsabilité dans l’ignorance des citoyens sur les questions juridiques.«Très peu de dossiers civils sont médiatisés. Quand ils pensent Justice, les gens imaginent automatiquement un gros procès criminel devant juge et jury», dit-il.

«Plusieurs n’ont aucune idée du fonctionnement applicable aux causes civiles, alors quand ils entrent dans le système, ils sont perdus», renchérit-il.

«De plus, l’image du système de justice que projettent les médias éveille la crainte… Elle contribue à miner la confiance de la population envers le système», déplore son collègue Me Trudeau.

Et l’aide juridique dans tout ça?

Selon Me Trudeau, il va sans dire qu’outre l’éducation du peuple, un investissement majeur dans les services d’aide juridique serait également bénéfique au désengorgement des tribunaux.

«Les avocats de l’aide juridique sont des acteurs importants dans le système de justice, dit-il. Ils connaissent bien les citoyens et leurs problématiques et peuvent sans contredit contribuer positivement aux changements qui s’imposent», ajoute-t-il.

Somme toute, le juriste se dit optimiste pour la suite des choses. Cela dit, il conclut en disant: «Mais comme pour tous les systèmes aussi gros et complexes, il faut être patient et savoir donner du temps au temps...»
9438

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires