Miller Thomson

L’intégrité d’une avocate d’expérience

Main image

Sophie Ginoux

2021-03-15 11:15:00

Place aux femmes d’exception dans Droit-Inc! Voici le résumé de notre rencontre avec une associée, à la carrière accomplie en fiscalité et en planification successorale...

Me Nathalie Marchand. Photo : Site web de Miller Thomson
Me Nathalie Marchand. Photo : Site web de Miller Thomson
Nathalie Marchand a déjà été une « hockey mom » lorsque ses deux enfants étaient plus jeunes. « Mon mari et moi étions très impliqués auprès d’eux, raconte-t-elle. Quand ce n’était pas moi, c’était lui qui se rendait aux pratiques. Ça prenait de l’organisation! »

De l’organisation, Me Marchand n’en a jamais manquée, puisque cette associée du bureau montréalais de Miller Thomson cumule près de 30 ans de métier.

Il faut dire que Nathalie Marchand a toujours été fidèle à ses convictions et à ses principes. Le premier d’entre eux étant la stabilité.

« J’ai voulu être avocate dès mon enfance et n’ai pas démordu de cet objectif », raconte Me Marchand. En effet, lorsque devenue avocate, au sein du cabinet boutique Bramen Barcki Moreau, elle ne l’a quitté que lorsqu’il a fusionné avec Miller Thomson.

« On peut donc dire que oui, j’aime la continuité. »

Un parcours étonnant lorsqu’on connaît la volatilité du milieu juridique. Mais c’est selon l’avocate ce qui constitue une des clefs de sa carrière : « Dans mon domaine de droit, et surtout ma pratique, la stabilité et la loyauté sont des atouts essentiels. On suit des entreprises et des familles à long terme, et on devient leur mémoire juridique. »

Effectivement, les domaines de pratique de Me Marchand que sont la fiscalité et la planification successorale d’entreprises, ce qui comprend les réorganisations corporatives, les questions transfrontalières (Canada/États-Unis), les fusions et acquisitions, mais aussi les fiducies et les testaments la relient naturellement à des familles.

« Je suis pour certaines d’entre elles la conseillère de parents, puis de leurs enfants. Il y en a même dont je m’occupe depuis le début de ma carrière. Il est donc crucial que je connaisse parfaitement leur historique », explique l’avocate.

Une experte de confiance

Les collègues de Me Nathalie Marchand apprécient beaucoup la force tranquille qu’elle représente au sein de leur bureau. C’est même ce qui a convaincu l’avocat Troy McEachren d’intégrer l’équipe de Miller Thomson en 2015.

Me Troy McEachren. Photo : Site web de Miller Thomson
Me Troy McEachren. Photo : Site web de Miller Thomson
« Je voulais travailler avec elle, admet-il. Pour son intégrité sans égale, sa rigueur, l’excellence de sa pratique. Mais j’ai aussi découvert par la suite en Nathalie une personne de cœur, directe et qui amène de la légèreté dans une spécialité qui peut paraître un peu aride. C’est un plaisir de collaborer avec elle. »

« Le droit fiscal n’est peut-être pas aussi glamour que les vibrants plaidoyers que l’on peut voir dans les films, acquiesce Me Marchand en souriant. Mais personnellement, j’aime cette spécialité technique qui évolue constamment au fil des lois et des changements administratifs. »

La porte-étendard de la STEP montréalaise

Pour être tout le temps à jour, Me Nathalie Marchand suit de nombreuses formations. Mieux encore, elle a décidé de s’impliquer au sein d’un des plus importants organismes professionnels au monde pour les conseillers spécialisés dans la planification fiscale et successorale, la Society of Trust and Estate Practitioners (STEP).

Comme la STEP dispose de divisions internationales, y compris à Montréal, mais que cet emplacement manquait de rayonnement, Me Marchand a travaillé d’arrache-pied pour changer la donne.

À titre de présidente de cette division entre 2018 et 2020, ainsi que de membre du bureau national et du comité de planification de la conférence nationale annuelle de l’organisme, elle a selon son collègue Me McEachren « joué un rôle moteur dans la création de sujets de conférence et de sessions sur le droit civil et le droit comparé québécois ».

« Nathalie est même parvenue, ajoute-t-il, à démystifier ces matières pour des personnes extérieures au domaine juridique (assurances, comptables, etc.). C’est un grand succès pour le droit civil québécois, pour le Québec lui-même. Et bien sûr pour elle. »

La passion pour son métier déplacerait-elle des montagnes?

On le dirait bien.
23826

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires