Nouvelles

Le tribunal autorise un recours collectif contre les Sœurs grises de Montréal

Main image

Radio -canada

2022-03-16 10:15:00

Des enfants auraient été maltraités dans trois orphelinats de la métropole entre 1925 et 1973.

Me Jean-Daniel Quessy et la juge Suzanne Courchesne. Sources: Site web de Avocats Quessy et Archives
Me Jean-Daniel Quessy et la juge Suzanne Courchesne. Sources: Site web de Avocats Quessy et Archives
Une action collective intentée contre les Sœurs de la Charité de Montréal – aussi appelées « Sœurs grises » – pour des agressions qui auraient été commises contre des enfants pendant près de 50 ans vient d'être autorisée par la Cour supérieure du Québec.

Cette décision de la juge Suzanne Courchesne, rendue le 7 mars, fait suite à la demande de recours collectif déposée par le cabinet Quessy Henry St-Hilaire en juillet 2020, puis modifiée par la suite.

Les faits reprochés se seraient déroulés entre 1925 et 1973 à la Crèche d'Youville, à l'École Notre-Dame de Liesse et à l'Orphelinat catholique de Montréal.

Selon la poursuite, des préposés laïcs, des religieuses et d'autres personnes ayant œuvré dans ces trois établissements auraient perpétré des abus physiques, sexuels et psychologiques sur les enfants qui les fréquentaient.

Des vies « maganées pour absolument rien »

Pierre avait six ans lorsqu'il a été agressé pour la première fois à l'Orphelinat catholique de Montréal dans les années 60, des événements qui l'ont marqué au fer rouge.

« Il y avait une sœur qui venait me chercher, on ne me disait aucun mot, et il y avait un espèce de missionnaire », raconte-t-il. « La sœur fermait la porte. Et elle me laissait avec cet homme, que je ne connaissais ni d'Ève ni d’Adam. »

« Juste le voir, il me faisait peur, se rappelle Pierre. Et lui, le tabarnouche, il me prenait et il m'asseyait sur lui. Et là, je sentais bien que le bonhomme (...) était en érection. »

D'autres enfants ont vécu des événements similaires, selon lui. « Imaginez-vous tout le monde qui a souffert, combien de vies ont été maganées [sic] pour absolument rien », dit-il.

« Des millions » réclamés

La compensation exigée dans le cadre de cette action collective n'a pas encore été chiffrée.

En entrevue à ICI RDI lundi après-midi, l'avocat au dossier, Me Jean-Daniel Quessy, a évoqué « des millions » sans pouvoir être plus précis, expliquant ne pas encore être en mesure de quantifier le nombre de victimes présumées. Il a d'ailleurs invité celles-ci à communiquer avec son bureau pour s'inscrire au recours.

La firme Quessy Henry St-Hilaire, qui se spécialise dans ce genre de poursuite, a intenté plusieurs autres actions collectives contre des congrégations religieuses pour des raisons semblables.

Elle poursuit notamment les Sœurs de la Charité de Québec pour des agressions commises à l'orphelinat du Mont d'Youville. Son recours a été autorisé en août 2020.

3216

Publier un nouveau commentaire

Annuler
Remarque

Votre commentaire doit être approuvé par un modérateur avant d’être affiché.

NETiquette sur les commentaires

Les commentaires sont les bienvenus sur le site. Ils sont validés par la Rédaction avant d’être publiés et exclus s’ils présentent un caractère injurieux, raciste ou diffamatoire. Si malgré cette politique de modération, un commentaire publié sur le site vous dérange, prenez immédiatement contact par courriel (info@droit-inc.com) avec la Rédaction. Si votre demande apparait légitime, le commentaire sera retiré sur le champ. Vous pouvez également utiliser l’espace dédié aux commentaires pour publier, dans les mêmes conditions de validation, un droit de réponse.

Bien à vous,

La Rédaction de Droit-inc.com

PLUS

Articles similaires