Alexandre Genois est étudiant à la maîtrise en droit de l'environnement, développement durable et sécurité alimentaire
Alexandre Genois est étudiant à la maîtrise en droit de l'environnement, développement durable et sécurité alimentaire
Le 7 septembre dernier, Alexandre Genois, étudiant à la maîtrise en droit de l'environnement, développement durable et sécurité alimentaire à l'Université Laval, a pris le départ du Tor des géants à Courmayeur dans vallée d'Aoste située au nord de l'Italie, rapporte Le Fil.

Il était parmi les 444 participants sur 760 qui ont réussi à relever le défi en allant jusqu'au bout de cette course de montagne longue distance, reconnue comme la plus exigeante des courses à pied en milieu naturel.

Parfois « ça va moins bien, on a le goût d'abandonner mais on trouve la motivation pour continuer », avoue le jeune triathlonien de 24 ans de la ville de Cap-Santé qui espérait parcourir les 336 km sans interruption, avec 24 km de grimpe en 115 heures.

Il a finalement complété sa course en 128 heures au 209e rang. « Je suis très satisfait. D'autant que j'y allais avec l'objectif de finir la course. C'était ma première participation et j'affrontais des coureurs expérimentés. Je l'ai fait jusqu'au bout. On va au bout de soi-même. »

Le Tor qui se déroule dans un environnement magnifique mais très accidenté, comprend le passage de 25 cols de plus de 2 000 mètres d'altitude. Le parcours, ponctué de postes de ravitaillement, traverse une trentaine de villages et de hameaux.

Durant l'épreuve, Alexandre Genois a perdu 10 kilos, il dormait entre deux et trois heures par nuit. Il a subi des périodes d'orages et a dû faire face à de grandes variations de température. « Au bas d'un col il faisait 15 degrés. Une fois au sommet, le mercure était descendu sous zéro. »

Pour se préparer, l'athlète de 1,95 mètre et 90 kilos avait effectué une randonnée de 900 km pendant un mois cet été en Espagne, chargé d'un sac à dos de 25 kilos. Ce sportif endurant pratique en compétition la course à pied depuis l'âge de 16 ans, et régulièrement la natation et le ski de fond.

C'est en 2011 en Suisse que l'étudiant a découvert la course d'ultra-longue distance, avec l'Ultra-Trail du Mont-Blanc .

Il souhaite continuer de repousser ses limites. « Je veux tester les limites d'endurance du corps humain, lesquelles semblent très, très élevées ».